Ombre & Plumes – 15 – Le vent se lève – I


D’ombre et de plumes

15

Le vent se lève – I


La jeune femme brune eu quelques ratés au début, les pieds de Thrista en souffrirent, mais le jeune homme fut impressionné de la rapidité avec laquelle la garde du corps parvint à suivre ses mouvements. Après seulement quelques minutes de danse elle pouvait suivre ses pas sans problèmes. Ils tournoyaient entre les autres couples de danseurs, allant et venant au rythme lent des cordes de l’orchestre, la pièce était à présent emplie de la mélodie gracieuse et seules quelques rares bribes des conversations parvenaient aux danseurs depuis les côtés de la salle. La valse continua ainsi encore pendant quelques temps, le jeune homme ne parvenant pas à savoir si sa partenaire appréciait ou non cette performance, elle ne laissait presque rien paraître. Lorsque les dernières notes retentirent enfin, résonnant plus longtemps que les autres à mesure qu’elles s’effaçaient pour laisser place au silence, la garde du corps tenta de retourner au bord de la piste afin de surveiller de nouveau la princesse mais Thrista lui attrapa le poignet alors qu’elle tentait de se dégager. Elle eut un mouvement de recul mais il ne la laissa pas se dégager le bras ce qui la força à se retourner.
« La musique est finie, mais pas la danse.»

Avant qu’elle ne puisse protester le jeune homme l’attira de nouveau vers lui, se remettant en position une main sur son épaule, l’autre sur sa hanche et fit un léger signe de la tête vers sa droite.

« Et apparemment Siléna n’est pas prête à te laisser t’en sortir comme ça, dit-il avec un sourire, mi-jovial mi-désolé. »

Hannah jeta un rapide regard dans la direction que lui indiquait Thrista et remarqua la princesse qui les fixait avec attention, un sourire satisfait au visage. Elle soupira en se retournant vers le jeune homme, se détendant lentement alors qu’une autre musique commençait sur un rythme plus rapide et cette fois-ci accompagnée d’un canteur.
« Dans ce cas finissons cette danse le plus vite possible…, répondit-elle, exaspérée.

– Nous ne pouvons pas aller plus vite que la musique, répliqua l’adolescent avec un sourire joueur alors qu’ils se mettaient de nouveau à tourbillonner. »

Ils commencèrent à tournoyer lentement, suivant le même rythme que pour la valse précédente, sans se préoccuper du décalage avec le morceau que l’orchestre jouait à présent. Au fur et à mesure que la musique progressait Thrista remarqua que la jeune femme brune accélérait, petit à petit elle augmentait la cadence de ses pas, sans même s’en rendre compte. Lorsqu’il s’en rendit compte il leva les yeux et la fixa un instant, tentant de déceler des bribes d’émotions qui lui passaient par la tête. La garde du corps regardait autour d’elle d’un air distrait et le jeune homme ne parvint pas à décoder l’expression qu’elle avait au visage mais il remarqua le subtil éclat que possédaient à présent ses yeux et cela le fit  sourire légèrement. Bien sur il détourna le regard dès qu’elle regarda de nouveau dans sa direction et fit de son mieux pour cacher le subtil mouvement de ses lèvres mais la voir montrer autre chose que du désintérêt pour la première fois de la soirée rendit Thrista un peu plus enthousiaste. Ils se mirent ainsi à tournoyer de plus en plus vite, allant même jusqu’à effectuer quelques mouvements un peu plus complexes, et alors que la musique changeait de nouveau, se retrouvant alors au stade ou le nouveau morceau se mélangeait avec l’ancien, les traits de la jeune femme s’étaient détendus. Cela eut pour effet d’agrandir le sourire de Thrista et alors que le rythme de la musique s’accéléra encore il profita d’un pas sur le côté pour s’incliner vers sa partenaire.
« Eh bien je dois dire que tu progresse vite !, s’exclama-t-il avec un sourire. »

Ils s’éloignèrent l’un de l’autre en faisant tous deux un pas en arrière, restant joint uniquement au niveau des mains, avant de se rapprocher de nouveau. Hannah ne répondit pas, aussi Thrista reprit.
« Cette valse commençait à m’ennuyer un peu, que dirais-tu d’accélérer un peu les choses ? »

Avant que la jeune femme n’ait le temps de protester il l’entraîna à sa suite dans une ronde rapide ou ils tournoyaient en un large cercle. Ils enchaînèrent ensuite des mouvements d’une danse en couple des régions du sud, le jeune homme brun guidait Hannah en la faisant alterner pas en avant, en arrière, de côté, un tour sur elle-même puis un autre. Tous deux effectuèrent ainsi une chorégraphie de plus en plus complexe et fluide, Thrista s’amusant à tester les limites de la jeune femme et Hannah faisant de son mieux pour suivre. A la constante surprise du jeune homme cette dernière parvenait à reproduire les mouvements qu’il lui montrait, mouvements qu’il avait mis des mois à apprendre et plusieurs années à perfectionner. A présent Thrista arborait un large sourire, cela faisait longtemps qu’il ne s’était autant défoulé et amusé en dansant, et le fait que la garde du corps de la princesse affiche aussi un sourire, bien que timide, rendait ce moment appréciable, presque agréable. Ils continuèrent à danser, exécutant de nouveaux mouvements à chaque note, chaque fois un peu plus complexe et plus travaillé, ne se préoccupant plus de ce qui les entouraient que la musique. Ce ne fut que lorsque la musique s’arrêta enfin et qu’ils achevèrent leur chorégraphie par un dernier tourbillon, qu’ils remarquèrent l’espace qui s’était ouvert autour d’eux. Haletant et sentant son sang battre dans chacune de ses veines, Thrista détourna les yeux de ceux aux reflets verts de sa partenaire pour regarder autour de lui et remarqua le silence qui régnait dans la grande salle de bal. Hannah elle aussi avait le souffle court, mais ce ne fut que lorsque le jeune homme brun se tourna et observa les alentours qu’elle remarqua l’atmosphère étrange qui planait autour d’eux. Ils étaient seuls au milieu de la piste de danse, tous les invités formaient à présent un cercle autour d’un espace d’une dizaine de mètres carrés à l’intérieur desquels il n’y avait plus qu’eux. Tous les autres couples de danseurs s’étaient arrêtés et rangés sur le côté pour les admirer, sans s’en rendre compte ils étaient devenus le centre de toute l’attention, captivant l’ensemble de la salle par la qualité de leur danse. Thrista jeta un regard rapide en direction d’Hannah après l’avoir passé sur le public qui les observait, la jeune femme venait tout juste de remarquer l’audience qu’ils avaient captivée et il vit son sourire vaciller. Il sentit sa main trembler légèrement dans la sienne, il se rendit alors compte qu’ils se tenaient toujours la main, mais avant qu’il ne puisse lui demander ce qui n’allait pas un tonnerre d’applaudissements retentit dans la salle. Nombre des invités souriaient et les félicitaient pour leur magnifique performance. Le jeune homme aperçut alors la princesse qui les regardait, le prince à ses côtés. Elle affichait un air plus que surpris mais celui-ci céda rapidement la place à un large sourire lorsqu’elle croisa son regard et elle applaudit également. Il sentit la garde du corps se raidir alors qu’on les félicitait et su qu’elle aurait préféré être n’importe où plutôt qu’à cet endroit en ce moment. Il lui serra discrètement la main pour attirer son attention.
« Fais comme moi, murmura-t-il avant de s’incliner pour saluer la foule. »

La jeune femme hésita un instant avant d’en faire de même, ils se relevèrent et s’inclinèrent de nouveau en faisant face à un côté différent avant de se relever une dernière fois et de se diriger vers l’un des buffets sur les côtés de la salle. L’orchestre, qui était resté silencieux jusqu’à présent, reprit sur une valse et les invités reprirent leurs conversations et leurs danses là où ils les avaient interrompues. Thrista entraîna la garde du corps près du buffet et ce ne fut que lorsqu’ils y parvinrent, après être passé en s’excusant entres de nombreux admirateurs qui souhaitaient les féliciter personnellement, qu’il lâcha enfin la main de celle-ci. Thrista regarda de nouveau Hannah et vit que son sourire forcé, qui avait prit la place du sourire naturel qu’elle avait arboré pendant qu’ils dansaient, avait également disparu au profit d’une expression fermée.
« Je suis désolé, je ne pensais pas qu’on attirerait autant l’attention… Je voulais juste…, commença-t-il mais il n’eut pas le temps de finir car un instant après la princesse arrivait, accompagnée du prince et de Todd.
– Eh bien je dois dire que je suis impressionné par vos talents de danseurs à tous les deux !, s’exclama Siléna avec un grand sourire satisfait.
– Je suis d’accord avec Siléna, cette danse était superbe !, ajouta le prince avec un signe de tête. »

Thrista lança de nouveau un regard vers la jeune femme brune avant de répondre et vit qu’elle le regardait également, dès que leurs regards se croisèrent elle détourna les yeux et s’éloigna sans dire un mot. Thrista hésita à la suivre mais finalement ne bougea pas et se retourna vers le couple royal.
« Eh bien disons que je cache bien mon jeu , s’exclama-t-il avec un sourire moqueur. Mais apparemment ton petit jeu n’a pas eu l’air de beaucoup plaire à ta garde du corps…, ajouta-t-il en faisant un signe de tête vers la brune qui s’éloignait.
– Je suis sûre qu’elle n’a pas tant détesté cette petite expérience que ça…, répondit la princesse en faisant la moue. »

Lorsqu’elle cligna des yeux Thrista aurait juré qu’elle lui avait adressé un imperceptible clin d’œil, il se raidit et sentit son visage rosir légèrement, mais elle ne fit rien pour confirmer cette impression et il tenta de ne plus y prêter attention. Le prince se tourna vers sa femme et, avec un sourire que Thrista trouva un peu trop enjoué, lui proposa une nouvelle danse. Cette dernière accepta avec plaisir et après avoir salué Thrista et Todd, ils se dirigèrent vers la piste de danse. Le brun aperçu la garde du corps de l’autre côté de la salle, surveillant discrètement la princesse, la mine renfrognée.
« Eh bien il à l’air d’apprécier la danse plus qu’on ne le pensait…, dit Todd, observant toujours le jeune couple royal qui se mettait en position pour la seconde fois. »

Thrista eu un léger gloussement, ce qui attira l’attention du blond.
« Non, je crois qu’il veut prendre sa revanche pour tout à l’heure, son sourire était un peu trop enjoué à mon goût si tu veux savoir…, répondit-il. »

Le garde du corps le regarda un instant avant de se tourner de nouveau vers  le couple, il remarqua le large sourire du prince et la soudaine hésitation de la princesse alors qu’ils se mettaient à danser. Un sourire apparut  alors également sur son visage.
« Effectivement, maintenant que tu le dis…, constata-t-il avec un petit rire. »

Un court silence s’installa ensuite entre eux pendant qu’ils observaient les danseurs effectuant des mouvements gracieux sur la piste avant que Todd ne reprenne la parole.
« Ne t’inquiète pas, elle n’aime pas être le centre de l’attention c’est tout. Je suis sur qu’elle a apprécié votre danse. Dit soudain Todd sans détourner le regard du couple royal. Elle souriait n’est-ce pas ? Malheureusement elle est trop fière pour l’avouer. »

Thrista posa de nouveau son regard sur la garde du corps brune, elle regardait dans sa direction mais il ne pouvait dire si c’était lui ou le couple royal qu’elle observait.
« Si tu le dis, répondit-il en soupirant légèrement.
– Crois moi, je la connais bien, répliqua le blond avec un sourire narquois. Tiens ! Je crois que la reine vient vers nous !, s’exclama-t-il ensuite en désignant la souveraine qui s’approchait d’un petit coup de tête.
– Bonsoir jeunes gens, déclara la femme brune au teint mat en arrivant devant Todd et Thrista. Je suis contente de vous revoir Thrista, Todd, ajouta-t-elle en s’inclinant tout à tour devant l’un puis l’autre.
– Dame Léna. C’est un plaisir, répondirent les deux adolescents d’une même voix. » La souveraine leur sourit chaleureusement en retour avant de reprendre.
« Cette soirée est un grand bonheur pour nous tous et j’espère que vous prenez plaisir à y participer. Mais je ne suis pas venu pour vous surveiller, je voulais savoir si tu me ferais l’honneur d’une danse mon cher Thrista, expliqua-t-elle, toujours avec le même sourire chaleureux au visage. Je suis désolé de vous interrompre dans votre discussion. Mais cela fait si longtemps que nous n’avons pas eu l’occasion de discuter et il me tarde d’en savoir plus sur ces fameux voyages, s’excusa-t-elle auprès du garde du corps qui ne put cacher sa surprise. »

Thrista fut surpris un instant, ne s’attendant pas à ce que la reine elle-même vienne lui proposer une danse, mais il accepta sans hésiter après un court instant.
« Bien sur Dame Léna, cela serait un grand plaisir !, s’exclama-t-il en posant un verre qu’il avait fini de boire avant de lui tendre son bras. Je te dis à plus tard dans ce cas Todd, ajouta-t-il à l’attention du garde du corps qui le regardait toujours avec surprise.
– Euh… Oui, oui, à tout à l’heure, répondit le blond après un instant de latence en le regardant les yeux ronds. »

Alors qu’ils se dirigeaient vers la piste de danse la reine s’arrêta un instant auprès de la fille du seigneur Junon qui discutait avec deux jeunes femmes qui semblaient fascinées par sa présence. Elle glissa quelques mots à l’attention de la jeune femme, à la surprise et la grande joie des deux autres qui ne purent s’empêcher de lui faire des compliments, puis elle et Thrista se mirent en position sur la piste de danse et commencèrent à tournoyer. Todd regardait Thrista et la souveraine et ne remarqua pas la jeune femme aux cheveux châtains clairs, descendant en longues boucles le long de son dos, qui s’avançait vers lui d’un pas nonchalant.
« Bonsoir messire, m’accorderiez vous cette danse ?, demanda-t-elle avec un sourire timide. »

Le blond se tourna vers elle et fut surprit de se retrouver devant la fille du seigneur Junon, pendant un moment il ne sut que répondre et cela la fit rigoler légèrement. Son rire léger le sortit de son indécision et Todd sourit à son tour avant de s’incliner devant-elle.
« Bien sûr, ce serait un honneur de danser avec vous ma demoiselle, répondit-il. Mais, si je puis me permettre, les titres sont inutiles avec moi, je ne suis ni un noble ni un chevalier. Je ne suis qu’un humble garde du corps, appelez moi Todd, ajouta-t-il avant de se relever. »

Lorsqu’il croisa de nouveau le regard de la jeune femme celle-ci arborait un large sourire et eu à nouveau un rire, plus franc et plus joyeux.
« Ai-je dis quelque chose de drôle damoiselle Junon ?, demanda-t-il, incertain. »

Celle-ci se renfrogna un instant mais reprit quasiment immédiatement son air jovial et prit à nouveau la parole avant que le garde du corps ne puisse le faire.
« Non, non, bien au contraire. Je raffole un peu plus des conventions que mon cher frère, mais cela ne signifie pas que je les apprécie toutes. Il est beaucoup plus agréable de faire sans, hélas dans ce monde ce n’est pas si facile… Mais je ne suis pas ici pour débattre, s’exclama la jeune femme en attrapant le blond par le poignet avant de l’entraîner sur la piste de danse sans qu’il puisse protester. Oh, et ‘ma demoiselle’ ça ne le fera pas le moins du monde, mon nom est Melodie Junon. Si tu veux que je t’appelle Todd alors appelle moi Mel, ou au moins Melodie !, s’exclama-t-elle en plaçant sa main sur l’épaule du jeune homme et en prenant la sienne pour la placer sur sa hanche avant de l’entraîner à sa suite. »

Le garde du corps ne put ignorer la ressemblance de caractère avec la princesse, ce qui le fit sourire. Il hocha la tête, laissant de côté la surprise qu’il avait ressentie à l’apparition de cette étrange jeune femme.
« Bien ma d- Melodie, dans ce cas je serais honoré de te faire découvrir mes talents de danseur !, répliqua le jeune homme avec un sourire espiègle. »

Ils se mirent alors à tournoyer tous les deux, changeant de sens au gré des accords.

Thrista et Lena passèrent plusieurs fois devant le jeune couple royal alors qu’ils se mouvaient sur la piste de danse et à chaque fois Thrista pu voir le sourire du prince qui entraînait Siléna dans une danse complexe au grand damne de celle-ci. Il aperçut également la jeune femme aux cheveux de jais qui observait la princesse en retrait depuis les côtés de la piste de danse et eut un sourire en la voyant plus concentrée que jamais.
« Que penses-tu du prince ?, demanda la reine avec un sourire alors qu’ils tournaient l’un autour de l’autre, liés uniquement par les paumes de leurs mains.
– Eh bien ma première impression de lui à été très bonne. Thédric Junon est fils d’une ancienne famille noble et prestigieuse mais il reste humble. Je ne vante pas mes mérites en temps que juge de caractère, mais il me paraît être un homme bien. Je dois dire, cependant, que je n’ai pas été grandement surpris par lui, il était évident pour moi que Siléna n’accepterais jamais d’épouser quelqu’un qui voudrait lui marcher sur les pieds. Ils ont un caractère semblable et complémentaire ce qui est une bonne chose. »

La reine acquiesça silencieusement avant de répondre, un sourire s’étirant à nouveau sur son visage.
« Depuis toute petite elle ne supporte pas de faire ce qu’on lui demande, je dois avouer que cela m’a quelque peu surprise qu’elle accepte de se marier aussi facilement. »

Ce fut au tour de Thrista d’acquiescer.

« Je pensais qu’elle ferait de la résistance, qu’elle aurait imaginé un nouveau stratagème pour se défiler, mais c’était sans compter sur Thédric. Je ne l’avais jamais rencontré avant de lui présenter Siléna, aussi je ne savais à quoi m’attendre que ce que Marco m’en avait dit. Je dois dire que sa description était plutôt exacte, il m’avait promis qu’il ne marierait pas notre fille à un homme qu’elle n’apprécierait pas et il a tenu parole. Ils se sont entendu beaucoup plus rapidement que je ne le pensais. Et dire qu’aujourd’hui ils sont officiellement les futurs héritiers du royaume… »

La reine soupira et prit un instant un air mélancolique avant de retrouver son sourire.
« Les enfants grandissent si vite, je vous vois encore Siléna et toi en train de fuir Oscius dans les jardins du palais… Mais je ne dois pas être mélancolique en ce jour de fête ! Dis m’en donc plus sur ton périple Thrista, on me dit que tu reviens de Simériah.
– Oui, j’ai beaucoup voyagé ces deux dernières années. Je voulais voir de nouveaux types de magie et m’entrainer pour devenir meilleur. Cela fait un peu plus de deux ans à présent.
– Simériah est un continent ancien, la magie y est encore très puissante, je suis sûre que tu as dû trouver de nombreuses choses intéressantes. J’y suis moi-même déjà allé il y à longtemps, à l’occasion de la signature d’un traité commercial, et j’ai pu voir les temples d’Oriandre. On dit que ce sont les joyaux d’émeraude du monde connu, je n’ai compris pourquoi on les appelait comme ça qu’après les avoir vu. » Thrista acquiesça.
« J’ai eu la chance de pouvoir les admirer de mes propres yeux, répondit-il. »

L’image des hautes colonnes des temples dédiés à la déesse Oriandre, symbole de la sagesse et de la fertilité, taillées avec précision dans de l’émeraude lui revint en tête. Chacun des quatre temples possédait huit large colonnes toutes réalisées par des moines plus d’un millénaire auparavant, sur toute leur longueur on pouvait admirer de fines et précises gravures représentant la déesse lors de ses passages sur les terres simériennes. Nul ne pouvait contester la majesté de ces bâtiments millénaires tant les colonnes frappaient l’esprit et l’imagination. Thrista avait eu l’occasion de pénétrer dans l’un des quatre temples, dont l’accès était d’ordinaire restreint au public, lors d’une cérémonie annuelle en l’honneur de la déesse.
« Je ne peux contester leur beauté, mais elle est égalée à mon goût par la cascade du palais impérial d’Yso. »

La reine eut un petit rire.
« Eh bien mon cher, ce sont là des propos dangereux, remettre en question la suprémacie d’Oriandre sur de simples seigneurs ?, répliqua-t-elle. Mais je dois avouer que, malgré la controverse qui l’entoure, le palais impérial est magnifique en bien des aspects. Tu t’y connais donc, à ce que je vois, tu n’as donc pas passé ton temps à t’entrainer… »

Thrista sourit et fit non de la tête.
« J’ai voyagé une partie du temps avec un ami qui était fasciné par tout ce qui nous entourait, nous avons donc étudié l’histoire des lieux ou nous nous trouvions, expliqua-t-il alors qu’ils entamaient une nouvelle ronde mais cette fois-ci leurs autres paumes collées.
– Quelqu’un que tu as rencontré au cours de ton voyage ?, demanda la souveraine, l’air curieuse.
– Oui, on peut dire cela, répondit Thrista avec un sourire. »

Il allait continuer mais une sensation de froid le saisit soudain, comme si on lui passait la lame gelée d’une épée le long de la colonne vertébrale. Il frissonna et fut immédiatement sur ses gardes. Ce n’était pas la première fois qu’il ressentait une telle chose, et d’habitude cela ne présageait rien de bon. Le jeune homme avait pris l’habitude de laisser son énergie s’étendre autour de lui, créant une fine toile de magie lui permettant de ressentir l’utilisation du mana dans les alentours. La sensation qu’il avait perçue était très faible, quasiment trop faible pour être d’une quelconque importance, mais il préférait rester sur ses gardes. Thrista regarda autour de lui, observant chaque personne qui dansait sur la piste ou regardait depuis le bord, tentant de déchiffrer chaque expression. Il ne remarqua rien au premier abord, tout semblait normal, les invités dansaient, riaient, buvaient et discutaient en toute tranquillité, mais alors qu’il allait détourner le regard il la vit. Un infime flash de chevelure rousse passant entre un groupe d’invités. Il se concentra et alors que l’éclair roux disparaissait de nouveau il y eut un éclat lumineux, un reflet de lumière sur… une lame ! Tous ses sens furent en alerte dès qu’il aperçut l’arme. Il jura silencieusement et se concentra sur la silhouette furtive, celle-ci semblait savoir ce qu’elle faisait, elle se mouvait discrètement parmi les invités sans attirer l’attention. Le jeune homme devina immédiatement ce qu’il allait se passer, aux vues de là où elle se dirigeait.
« Thrista ? Tout va bien ?, demanda la reine, le faisant soudain sursauter. »

Il remarqua alors qu’ils avaient arrêté de danser et qu’il se tenait immobile, il tenta de se détendre afin de ne pas inquiéter la reine d’avantage avant de se rappeler qui elle était. Il croisa le regard de la souveraine et redevint aussitôt sérieux.
« Je suis désolé dame Léna, mais je crois que non, dit-il simplement avant de se tourner à nouveau, la silhouette s’éloignait en direction de la jeune héritière du royaume. Je crois que Siléna est en danger…, s’exclama Thrista avant de partir en direction de la princesse avant que la reine ne puisse protester. »

Espérons que j’arrive à temps !, pensa-t-il en se précipitant entre les invités, des perles de sueur froide recouvrant sa nuque. Il arrivait au bord de la piste lorsqu’il perdit de vue l’éclair roux. Le jeune homme regarda autour de lui, cherchant frénétiquement la silhouette des yeux mais ne parvenant pas à la trouver. Il avança donc en direction de la princesse, tentant de calmer son cœur qui battait de plus en plus fort, et fit de son mieux pour ne pas sembler alarmé. L’adolescent n’était plus qu’à quelques mètres de Siléna lorsqu’il la vit enfin. Une grande femme rousse au visage fin qui se tenait droite et regardait fixement la princesse, elle tenait discrètement une étrange dague dans sa main et fit un mouvement pour affermir sa prise qui n’échappa pas au jeune homme. Il regarda à nouveau la princesse, apercevant Hannah non loin de là, et sut tout de suite qu’il n’arriverait jamais à temps. Il avait reconnu ce style, ce n’était pas une simple dague, c’était une dague de lancer et elle était prête à faire son office. Il s’élança en direction de la femme rousse au moment où celle-ci tendait les muscles de son bras pour lancer son arme. Tout sembla ensuite se passer au ralenti. Thrista savait qu’il n’aurait jamais le temps d’intercepter l’arme et encore moins de sauver la princesse.
« Hannah !, s’écria-t-il par réflexe, alors que la dague allait quitter la main de la femme rousse, avant de se diriger vers l’assassin. »

La garde du corps se tourna vers lui, puis vers la femme et enfin vers la princesse, analysant la situation en un éclair. Sans perdre un instant elle s’élança vers la princesse, la bousculant elle et le prince afin de les mettre hors de portée du projectile. La femme rousse ne prit même pas le temps de vérifier si son coup avait touché, dès que son projectile eut quitté sa main elle tourna les talons et se précipita vers la sortie sans accorder un seul regard aux alentours. A l’instar de celle qu’il poursuivait, Thrista bouscula un bon nombre d’invités alors qu’il tentait de la rattraper, ne s’arrêtant pas pour s’excuser de peur de la perdre de vue. Alors qu’il arrivait près de l’une des sorties il vit la chevelure rousse et le bout d’une robe noire disparaître à l’angle du couloir, aucun des gardes ne l’avaient apparemment remarquée. Il aperçut également sur sa droite le ministre des arts affalé sur sa chaise, ronflant bruyamment et l’image de l’émissaire des Iles Karnines lui revint en mémoire. Le jeune homme s’arrêta une fraction de seconde sur le pas de la grande porte menant sur le couloir pour regarder derrière lui, il vit un attroupement autour de la princesse et Hannah se relever et lui faire un bref signe de tête. Il jeta un regard dans la direction de Todd, suivit de près par la reine, qui se dirigeait déjà vers sa partenaire. Il hésita un instant à l’appeler avant de se mettre à courir dans la direction empruntée quelques secondes plus tôt par la femme rousse, sachant qu’il n’y avait pas de temps à perdre faisant confiance à Hannah pour le mettre au courant. Le jeune homme ne se préoccupa pas des regards étonnés que les gardes lui lancèrent alors qu’il passait devant eux et traversa le couloir en trombe. Il en traversa plusieurs de suite, sans regarder derrière lui pour savoir s’il était suivi par les gardes du château, avant d’arriver enfin sur la terrasse menant aux jardins du palais. Il aperçut la silhouette agile courant déjà sur le mur du palais en direction du port et jura à voix basse avant de se remettre à sprinter. Il concentra son énergie dans ses jambes pour leur donner plus de puissance et parcouru l’allée boisée en quelques enjambées avant de sauter par dessus le haut mur, malheureusement l’assassin semblait également maîtriser la magie car elle se trouvait déjà quasiment hors de vue. Il retomba sur les pavés au milieu d’une foule d’hommes, de femmes et d’enfant célébrant le mariage par des chants joyeux. Il se fraya ensuite un chemin parmis la foule et jeta un regard en face, apercevant celle qu’il poursuivait, elle semblait toujours se diriger vers le port mais Thrista savait qu’il ne pouvait la perdre de vue au risque de la laisser s’échapper. Le jeune homme prit appuis sur un mur pour sauter sur le toit de l’un des larges bâtiments bordant la longue avenue, cela lui permit d’apercevoir plus distinctement la femme qui s’enfuyait. Il atterrit sur le toit au moment où une voix l’interpella, il se retourna et aperçu Hannah qui fonçait à travers l’allée du jardin. Le jeune homme lui fit signe de le suivre et reprit sa course, manquant de déraper sur les tuiles recouvrant les habitations. La garde du corps le rattrapa alors qu’il sautait sur le second toit, atterrissant avec souplesse sur sa droite.
« La princesse va bien !, glissa-t-elle alors qu’ils reprenaient leur course, ce à quoi Thrista acquiesça.
« Elle est là bas, expliqua-t-il en pointant le doigt vers la silhouette qui se glissait dans une rue secondaire. Je n’ai pas pu bien l’apercevoir mais je crois que c’est l’émissaire des Karnines, la femme rousse, ajouta-t-il. »

La jeune femme hocha la tête à son tour et ils accélérèrent l’allure, ne ralentissant même plus pour se réceptionner en passant d’un toit à l’autre. Ils commençaient à rattraper la femme lorsqu’ils arrivèrent en bordure du port. L’assassin sauta par dessus le toit et se dirigea vers le haut mur, ne ralentissant pas une seconde. Elle escalada ensuite un haut bâtiment et pris appuis sur une cheminée pour sauter sur l’un des passages longeant la falaise et menant sur les hauteurs de la ville. Thrista et Hannah suivirent le même passage quelques secondes plus tard, maudissant les larges marches pavées qui les obligeaient à ralentir légèrement l’allure. Lorsqu’ils arrivèrent enfin sur le haut de la falaise ils furent quelque peu surpris de voir la silhouette de la femme s’éloigner vers les remparts protégeant l’entrée du port. Thrista allait formuler sa surprise à haute voix lorsqu’il fut frappé par une forte bourrasque de vent et failli trébucher, il se reprit à temps mais fut ralenti. Hannah elle, au contraire, sembla accélérer et alors qu’ils passaient devant l’un des large postes de garde postés le long du mur, elle sortit une lame de sa manche. Thrista se rendit compte qu’elle portait encore la robe de bal et se demanda un instant si elle cachait toujours des armes sur elle. La jeune femme brune tendit son bras et projeta la lame droit devant elle avec force, le brun pensa qu’elle allait toucher sa cible lorsque la femme se retourna d’un coup et dévia la lame sur la droite à l’aide d’un long couteau ressemblant étrangement à celui qu’elle avait utilisé un peu plus tôt. Cela eu pour effet de la faire ralentir, elle aussi devait lutter contre les fortes bourrasques de vent qui soufflaient à cette hauteur. Ce ralentissement, aussi léger soit-il, sembla donner l’avantage à Hannah qui en profita pour se lancer en avant et en un éclair elle se retrouva devant la femme rousse, lui barrant le chemin.
« Halte ou cette fois je ne louperais pas !, s’écria-t-elle en sortant une seconde lame de sa manche alors que l’assassin se précipitait toujours en avant. »

La femme rousse sembla hésiter un instant puis fit immédiatement demi-tour avant de se retrouver face à face avec Thrista. Le jeune homme s’arrêta de courir à son tour et s’exclama.
« Vous ne pouvez plus fuir, rendez-vous ! »

Il n’était pas sur que sa voix ai portée jusqu’à la femme par dessus ce vent mais il fut rassuré lorsque la femme hésita de nouveau, se retournant vers Hannah puis de nouveau vers lui. Il la reconnut immédiatement, c’était bien l’intrigante femme rousse qu’il avait vu au bras du ministre quelques heures plus tôt, mais pourquoi l’émissaire des Iles Karnines voulait-elle assassiner la princesse de Tébor ? Il retournait la question dans tous les sens dans sa tête pendant que la femme se tournait alternativement vers lui puis vers Hannah, elle semblait réfléchir à la meilleure solution pour s’échapper. Se battre ne semblait pas exclu réalisa alors le jeune homme, aussi se prépara-t-il à lui faire face. Il y eut une autre forte bourrasque de vent et Thrista failli de nouveau se laisser emporter, manquant de passer par dessus le bord du mur et de sombrer dans l’océan plusieurs dizaines de mètres plus bas. Il entendit Hannah de nouveau.
« Ce n’est même pas la peine d’y penser, vous ne faites pas le poids !, s’exclama la jeune femme. »

La rousse se tourna un instant vers elle puis, après quelques secondes lâcha son arme et leva les bras en signe de résignation. Thrista soupira de soulagement avant qu’il ne remarque qu’elle s’était mise à rire. Même s’il ne parvenait pas à l’entendre il voyait ses épaules tressauter à la faible lumière du ciel étoilé et il aperçut la surprise sur le visage de la garde du corps.
« Vous êtes trop tard !, s’exclama-t-elle, toujours en riant, avant de reculer d’un pas vers le bord. »

Thrista comprit ce qu’elle allait faire un instant avant que cela ne se produise mais il était déjà trop tard. Apparemment Hannah avait compris elle aussi car il l’entendit crier, ses mots cependant furent absorbés par le vent qui envoyât soudain une forte bourrasque, faisant basculer la femme dans le vide et la projetant vers les vagues déchaînées tout en bas.


Chapitre précédent *-* Sommaire *-* Chapitre Suivant

Advertisements

2 thoughts on “Ombre & Plumes – 15 – Le vent se lève – I

  1. Pingback: Ombre & Plumes – 14 – Bal d’honneur | Tales of Ore

  2. Pingback: Ombre & Plumes – 15 – Le vent se lève – II | Tales of Ore

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s