Ombre & Plumes – 15 – Le vent se lève – II

le vent se lève II.png


D’ombre et de plumes

15

Le vent se lève – II


« Non ! »

Cette fois le cri de la jeune garde du corps lui parvint et il la vit se précipiter vers le bord, il n’eut que le temps de lui attraper le poignet pour la retenir de sauter après la femme rousse.
« Arrête ! Ça ne sert à rien, tu ne pourras pas la rattraper !, s’écria-t-il alors que la silhouette disparaissait dans les profondeurs de la nuit. »

Hannah se tourna vers lui l’air furieux et Thrista cru qu’elle allait l’attaquer, mais elle n’en fit rien et se détourna en lançant un juron rageur. Le jeune homme regarda vers le bas un fois qu’il fut sûr que la brune ne tenterai pas de sauter mais ne parvint pas à distinguer quoi que ce soit, même les vagues n’étaient pas discernables de cette hauteur. Le vent soufflait toujours fort, aussi préféra-t-il se reculer. Il rejoint Hannah près du muret de l’autre côté du mur, elle s’était appuyée contre celui-ci, les bras croisés, et regardait l’endroit ou la femme se tenait quelques instants plus tôt, le regard noir.
« Il n’y a aucune trace d’elle…, dit Thrista alors qu’il s’appuyait également contre le mur non loin. »

Il n’obtint aucune réponse et préféra donc ne rien ajouter. Ils restèrent ainsi en silence quelques secondes avant qu’un bruit de pas ne lui fasse lever les yeux. Il aperçu Todd qui se dirigeait vers eux à vive allure. Il était suivi d’une dizaine de gardes.
« Que se passe-t-il ?!, demanda le blond en reprenant son souffle. Vous l’avez eu ?, ajouta-t-il en regardant Thrista. »

Le brun secoua lentement la tête et se tourna vers l’immensité noire en face. Le vent soufflait toujours et on pouvait entendre les vagues se fracasser contre les énormes blocs de pierre blanche qui formaient ce rempart infranchissable. Il y eut soudain un léger bruit sur sa droite et Thrista vit Hannah tomber à genoux au sol, Todd et lui se précipitèrent vers elle.

« Hannah ?!, s’écria le blond. Tout va bien ? »

Il la rattrapa au moment ou elle allait s’effondrer de tout son long, ses yeux roulèrent dans ses orbites et elle perdit connaissance. Thrista prit le poignet de la garde du corps et sentit le pouls saccadé et précipité de la jeune femme, elle suait à grosse gouttes.
« Quelques chose ne va pas !, s’exclama-t-il en regardant Todd. Elle est brûlante…
– Que lui arrive-t-il ?, demanda le blond, l’air inquiet.
– Je ne sais pas…, répondit Thrista en examinant la jeune femme de plus prêt. »

Il avait déjà vu plusieurs des fièvres foudroyantes mais jamais spontanées comme celle-là. Il remarqua alors que le côté gauche de la robe de la jeune femme était déchirée et en s’approchant aperçu une longue entaille sur son flanc. Du sang en coulait à petit filet mais ce sont quelques gouttes d’un liquide noirâtre qui attirèrent son attention. Du poison, reconnu-t-il soudain. Mais quand ? Il allait la montrer à Todd lorsque des voix retentirent derrière eux.
« Laissez nous passer !, il reconnu la voix autoritaire d’Oscius et lorsqu’il se tourna il vit le chef de la garde royale s’approcher d’eux à grand pas, suivi de près par la souveraine.
– Que ce passe-t-il ?, demanda cette dernière en arrivant près du petit groupe.  »

Elle semblait prête à ajouter quelque chose lorsqu’elle fut interrompue par une autre voix derrière elle. Un vieil homme, que Thrista reconnu comme étant Zani, le prêtre de Sha’ana, se faufila entre elle et Oscius avant de se pencher vers Hannah.
« Veuillez m’excuser dame Léna pour mon manque de respect mais je pense que les questions devront attendre, cette jeune femme est très mal en point. »

Il commença à examiner Hannah avant même que la reine ne puisse protester, mais elle n’en fit rien et mit fin au murmure désapprobateur des gardes.
« Regardez ici. »

Thrista pointa l’endroit ou la robe avait été déchirée.

« Je crois qu’elle à été empoisonnée. »

Puis, après une seconde de silence.

« Lorsqu’elle s’est interposée entre la dague et la princesse ! »

Il venait de comprendre. La dague devait être empoisonnée et avait dû la blesser ! Zani déchira légèrement la robe à l’endroit de l’entaille et passa un doigt sur la blessure avant de sentir le sang qui en coulait légèrement. Il hocha la tête.
« Oui, cela me semble être de la sève de sureau noir. Ce poison est extrêmement mortel, nous n’avons pas beaucoup de temps !, s’exclama-t-il en sortant une petite poche en cuir de sa poche. Je vais tenter d’en ralentir les effets un maximum mais il va falloir l’emmener au temple pour que nous puissions faire quoi que ce soit pour l’aider… »

Il sortit une petite fiole contenant un liquide violet et le tendit à Todd.
« Fais lui boire ça, c’est un élixir de Clélie, cela devrait la calmer suffisamment longtemps. »

Todd prit la petite fiole et la regarda un instant, semblant hésiter pendant que le vieil homme s’affairait déjà autour de la plaie, élargissant l’ouverture de la robe pour y avoir un meilleur accès. La peau autour de l’entaille commençait déjà à prendre une couleur grise et Thrista sut qu’il n’y avait pas beaucoup de temps. Il allait intimer à Todd de faire boire à Hannah le contenu de la fiole lorsque la reine s’agenouilla à ses côtés.
« Todd !, s’exclama-t-elle, le sortant de sa torpeur. Hannah est en danger, ce n’est pas le moment d’hésiter ! Tu peux avoir foi en Zani, je lui ferais confiance jusqu’aux portes de cendre s’il le fallait. »

Cela sembla réveiller le jeune homme blond et il déboucha la bouteille pendant que la reine ouvrait légèrement la bouche de la garde du corps, il y versa ensuite le peu de liquide que contenait la fiole. Hannah sembla immédiatement se calmer au soulagement visible du blond. Pendant ce temps Thrista observait Zani. Le vieil homme plaça la paume de ses deux mains au dessus de la blessure et ferma les yeux, après quelques secondes de concentration une faible lueur orangée en émana et un fin filament recouvrit la blessure. Il formula ensuite quelques mots et le filament explosa en une gerbe d’étincelles, laissant une odeur âcre dans l’air. La jeune femme brune, toujours inconsciente, eut un soubresaut de douleur puis se calma de nouveau.
« Je viens de cautériser la blessure et de brûler ce qu’il restait du poison autour, maintenant il faut évacuer ce qui s’est infiltré dans son sang. Il faut l’emmener au temple le plus rapidement possible !, ajouta-t-il en se relevant, l’air soucieux.
– Ce ne sera pas nécessaire, j’ai envoyé un méssager prévenir le temple, il reviendra au château avec de l’aide. Le palais est beaucoup plus près, intervint la reine en se relevant à son tour. »

Zani se tourna vers elle et s’inclina légèrement.
« Merci ma Dame, cela est bien pensé. Nous devons nous dépêcher à présent, chaque minute compte. »

Todd hissa la jeune femme sur son dos avec l’aide de Thrista puis il partit avec Zani en direction du château. Le jeune homme brun les regarda s’éloigner puis se tourna vers la reine.
« Ne t’inquiète pas, elle est entre de bonnes mains, déclara-t-elle en croisant son regard.
– Oui, je leur fais confiance, répondit-il en hochant la tête avant de se rappeler pourquoi ils étaient là. Siléna va-t-elle bien ?
– Oui, ne t’inquiète pas, elle était surtout choquée mais elle n’est pas blessée. Marco et Thédric s’occupent d’elle, dit Léna en acquiesçant. »

Thrista lâcha un petit soupir de soulagement..

« Maintenant, explique moi ce qu’il s’est passé… »

C’était un ordre plus qu’une demande mais Thrista ne s’en offusqua pas, la reine venait d’assister à une tentative d’assassinat envers sa fille et sa première réaction avait été d’aider la garde du corps, elle était donc dans son droit en demandant à savoir ce qu’il s’était passé. Le jeune homme inspira une gorgée d’air frais avant d’expliquer à la souveraine ce qu’il avait vu, repoussant l’image de la garde du corps inconsciente dans un coin de son esprit. La grande femme brune l’écouta tout au long de son récit sans trahir aucune émotion, pas même lorsqu’il lui annonça l’avoir reconnue comme l’émissaire des Iles Karnines. Uniquement lorsqu’il arriva au moment ou la femme rousse s’était jetée du haut du mur se pencha-t-elle pour observer l’étendue noire en dessous d’eux. Oscius en fit de même, intimant silencieusement à ses gardes d’enquêter sur cette affaire et d’envoyer une patrouille au pied du mur pour rechercher un éventuel corps. La reine resta un moment silencieuse à contempler les flots noirs avant de finalement donner l’ordre à Oscius de s’occuper de tout cela. Ce dernier hocha simplement la tête et se dirigea vers la tour de garde des remparts d’où sortait une patrouille. La reine et Thrista, accompagné d’une dizaine de gardes, repartirent ensuite en direction du palais. Alors qu’il marchait derrière la souveraine, Thrista ne put s’empêcher d’être impressionné et de se demander comment réagissaient les envoyés des autres pays lorsqu’ils se retrouvaient en face d’elle. Il ne parvenait pas non plus à se départir du sentiment que quelque chose d’étrange se tramait, pourquoi un émissaire des Karnines tenterait-il d’assassiner l’héritière du royaume de Tébor ? Il tourna et retourna cette question tout au long du trajet vers le palais, sans parvenir à y trouver de réponse.

L’astre solaire, qui était déjà presque à maxima, répandait une chaude et agréable lumière sur la ville, Thrista était content d’avoir choisi l’une des places à l’ombre, il pouvait ainsi profiter du beau temps sans pour autant souffrir des rayons cuisant du soleil à cette heure. Il n’avait d’ailleurs jamais compris comment la princesse, qui se trouvait à quelques mètres en face de lui, baignée de lumière, pouvait supporter la chaleur intense qui prenait possession de la peau lorsque l’on s’exposait trop longtemps et encore moins comment elle pouvait l’apprécier. La jeune femme était en grande discussion avec la fille du seigneur Junon, dont Thrista apprit un peu plus tôt qu’elle s’appelait Melodie. A sa droite se trouvaient le roi et la reine, accompagnés d’Oscius, de Todd, du seigneur Junon et de Zani, ce dernier se trouvait juste sur la droite de Thrista. Le groupe discutait à présent des événements de la veille, tentant de comprendre pourquoi un assassin des Iles Karnines avait été envoyé pour tenter de tuer la princesse. Thrista avait dû relater ces deux derniers jours, et à plusieurs reprises, l’enchaînement rapide qui avait mené jusqu’en haut des murailles du port étant donné qu’Hannah, la seule autre témoin de l’entièreté des faits, n’avait pas encore totalement récupéré. Zani avait, grâce à l’aide de deux autres prêtres du temple de Sha’ana, qui avaient apporté une étrange malle remplie de fioles, d’ingrédients et d’outils étranges, réussi à stabiliser l’état de la jeune femme brune. Il était parvenu à extraire la majeure partie du poison, permettant à son organisme de mieux se défendre contre ce qu’il en restait.
« Cela devrait suffire. Je ne peux en faire plus, son sort est maintenant entre ses propres mains. Mais elle est forte, je suis étonné qu’elle ait résisté aussi longtemps aux premiers effets de la sève avant de perdre connaissance. Elle devrait s’en sortir, il lui faut du repos à présent, avait-il au bout d’un peu plus de trois heures de soins intensifs. »

Thrista avait vu le soulagement sur le visage de Todd qui était resté fermé depuis qu’ils étaient de retour au palais. Le vieil homme était resté au chevet de la jeune femme toute la nuit pour veiller sur elle, permettant aux deux adolescents de se reposer, mais le blond avait insisté pour rester avec elle. Thrista était donc retourné seul dans la salle du bal après avoir dit au garde du corps qu’il pouvait avoir confiance en Zani. A sa surprise lorsqu’il arriva dans la grande salle rien de l’agitation à laquelle il s’attendait ne transpirait. Seuls quelques gardes supplémentaires révélaient la tension sous-jacente qui régnait dans le palais. La reine et les autres chefs de la garde avaient fait un impressionant travail pour que la panique ne s’installe pas. Ce fût la princesse qui le rejoint la première.
« Thrista ! Mes dieux, tu vas bien !, s’écria-t-elle en s’approchant rapidement. »

Le jeune avait sourit.
« C’est plutôt à moi de te dire ça Siléna, ce n’est pas moi qu’on a essayé d’assassiner…, répondit-il mi-joueur mi-sérieux. »

La princesse se renfrogna légèrement mais reprit rapidement la parole.
« Oh ! Et Hannah ! Comment va-t-elle ? Ma mère m’a dit qu’elle avait été blessée et me protégeant !, questionna-t-elle au moment ou Thédric les rejoignaient. »

Il parut soulagé de trouver Siléna et salua Thrista d’un signe de tête.
« Elle ne va pas bien, elle a été gravement blessée par le poison sur la dague. Mais le prêtre Zani et Todd s’occupent d’elle, je leur fait confiance. Zani à réussi à empêcher le poison de prendre complètement effet et il en a extrait autant que possible de son corps. Elle n’a pas encore repris connaissance mais d’après lui, elle devrait s’en sortir. »

Cela parut rassurer la jeune femme qui s’autorisa enfin à sourire légèrement.
« Ouf, tant mieux… »

Puis vint la question que Thrista attendait.

« Et l’assassin, vous l’avez retrouvé ? »

Le jeune homme hésita un instant mais su que quoi qu’il arrive, la princesse aurait les réponses à ses questions d’une façon ou d’une autre.
« Non, nous ne l’avons pas eu. L’émissaire des Iles Karnines à réussi à nous échapper en se jetant dans la mer depuis le haut du mur.
– Cette grande femme rousse ?, s’exclama la princesse un peu trop fort, ce fit se retourner plusieurs personnes.
– Oui, acquiesça Thrista. Je ne sais pas pourquoi elle voulait ta mort, mais je l’ai reconnue de ce matin. »

La princesse allait lui poser d’autres questions lorsque la reine arriva et les interrompit sous l’expression agacée de Siléna, mais la jeune femme se détendit rapidement.
« Je suis désolé de vous interrompre mais ce n’est pas le moment de poser des questions Siléna, pour le moment nous ne connaissons pas tous les faits et nous ne pouvons que conjecturer. Mais, continua la reine alors que la princesse allait protester, tu pourras poser toutes les questions que tu voudras une fois que je saurais ce qu’il s’est réellement passé de la bouche de Thrista et des gardes présent. Pour le moment Marco a réussi à faire taire tout bruit sur l’incident et à faire continuer la soirée dans le calme, profitez en, nous en discuterons à nouveau demain. Et pas de mais jeune femme !, ajouta-t-elle en direction de sa fille. »

Elle se tourna ensuite vers Thrista.

« Lorsqu’Oscius sera de retour nous aurons à te poser à nouveau des questions mais, pour le moment tu peux rester aux côtés de Siléna, dit la reine avant de s’éloigner et de rejoindre son mari. »

Thrista acquiesça silencieusement. Cela ne le surprenait pas, malgré la confiance que les royaux avaient en lui, ils voudraient vérifier l’exactitude de son témoignage et la concordance avec ceux de Hannah et des autres garde pour obtenir le plus de faits possibles. Il comprit également le discret message de la rein lui demandant de veiller sur sa fille pour le moment.
« Je te raconterai tout ce que je sais, promis, dit Thrista à l’attention de la blonde. Mais pour le moment, ne spolions pas le travail de ton père et profitons de la soirée. Elle est en votre honneur, raison de plus !, s’exclama-t-il avec un sourire légèrement forcé. »

Il était encore fatigué de sa course pour rattraper la femme rousse et fut donc soulagé de voir la princesse accepter son conseil sans protester.
« Une dernière danse ?, proposa le prince à sa femme, ce que Siléna accepta volontiers.
– Je te tiens à ta parole Thrista, ajouta-t-elle alors qu’ils s’éloignaient vers la piste de danse. »

L’adolescent passa le reste de la soirée à flâner autour du buffet, picorant ici et là des fruit exotiques, des pâtisseries et des boissons rafraîchissantes. A un certain point Todd le rejoint, lui expliquant que l’état de santé d’Hannah était stable et qu’elle dormait à présent. Ils discutèrent ensuite de tout et de rien, faisant des petit commentaires sur les invités, certains vêtus de tenues excentriques, d’autres ne possédant plus une seule once de sobriété. Thrista ne parvint pas à se détendre complètement, toujours tendu à l’idée qu’une nouvelle tentative sur la vie de la princesse puisse avoir lieu, mais il parvint tout de même à profiter du moment qu’il passait en compagnie du blond. Il fut rassuré lorsque les premiers invités commencèrent à partir et étonné qu’autant de temps se soit écoulé sans qu’il ne le remarque. Le septième septime de Primaire débutait déjà lorsqu’il se retira enfin, acceptant volontiers l’offre du roi de passer le reste de la nuit dans l’une des chambres du palais qui servaient à accueillir les invités. Il ne se changea même pas, déposant simplement son pendentif sur la table de chevet, avant de se laisser tomber comme une pierre sur le lit et de sombrer.
« Je n’arrive toujours pas à croire que quelqu’un ait tenté d’assassiner la princesse…, commenta discrètement le garde du corps blond à l’attention de Thrista qui était assis à sa droite. Quel intérêt les îles Karnines auraient-elles à faire une chose pareil ? Tébor est le pays avec lequel elles font le plus de commerce… » Thrista secoua discrètement la tête.
« Je n’en sais pas plus que toi. La femme rousse n’a rien dit avant de sauter… » Répondit-il la mine sombre.
« Personne ne comprends son geste, intervint Zani en se penchant légèrement vers eux, les deux jeunes hommes se tournèrent vers lui. Le fait qu’on ait attenté à la vie de la princesse est grave mais ne pas en connaître les raisons l’est encore plus. Cela ne présage rien de bon… »

Il allait ajouter quelque chose lorsqu’un groupe de gardes s’approchèrent de l’assemblée et s’arrêtèrent devant les souverains et Oscius en les saluant. L’un d’eux s’avança, tenant un parchemin scellé entre les mains, et prit la parole.
« Mes salutations mon Roi, ma Reine, dit-il en s’inclinant.
– Des nouvelles ?, demanda alors le roi.
– Non messire, répondit le garde en secouant la tête. Nous avons fouillé les eaux tout autour du mur, les falaises et les rochers mais il n’y a aucune trace de corps. Nous poursuivons les recherches mais il y a peu d’espoir de le retrouver un jour, il a sûrement été emmené au large. »

Le roi hocha la tête l’air grave en se tournant vers sa femme.
« Très bien, continuez ainsi et prévenez nous s’il y a quelconque nouvelle, dit-elle alors, le soldat hocha la tête.
– Bien ma Dame, répondit-il, mais il ne fit aucun mouvement pour partir.
– Autre chose ?, demanda la souveraine.
– Oui ma Dame. Une missive des forces galadéennes, expliqua-t-il en tendant le parchemin scellé qu’il tenait en main. »

Le roi Marco le récupéra et l’ouvrit, sa femme se penchant par dessus son épaule pour le lire. Lorsqu’il eut fini il avait l’air légèrement surpris, il le tendit à Oscius qui le lu à son tour.
« Puis-je me permettre de vous demande ce que c’est ?, intervint Zani d’un air curieux.
– Un message du commandant De Guidre qui nous informe qu’il a assisté à l’incident lors du bal et qu’il a ordonné des recherches de son côté. Malheureusement il nous informe que lui non plus n’a rien trouvé pour le moment, expliqua le roi. Je dois avouer que cela me surprend un peu. Je ne m’attendais pas à ce que l’armada galadéenne se soucie de cela. L’intention est cependant bienvenue.
– Je me chargerai de le remercier pour son aide, annonça la reine. Merci, vous pouvez disposer si cela est tou. Passez vous rassasier en cuisine si vous avez faim, ajouta-t-elle à l’attention des gardes qui saluèrent à nouveau le groupe et repartirent du côté d’où ils étaient venu.
– Nous devons la vie de notre fille et celle du prince à votre courage, annonça le roi en se tournant vers Todd et Thrista. Votre amie également, elle n’a pas hésité à mettre sa vie en jeu pour protéger Siléna, et pour cela nous vous seront éternellement reconnaissant.
– En effet, confirma la reine. Sans Hannah, notre princesse ne serait peut être plus là aujourd’hui. Nous ne savons comment vous remercier, si vous désirez quoi que ce soit vous n’avez qu’à demander et ce sera vôtre. »

La surprise s’afficha sur le visage de Todd et il regarda les souverains avec de grand yeux un instant avant de répondre.
« Je suis honoré par votre générosité, mais Hannah et moi n’avons fait que ce pour quoi vous nous aviez engagé. A vrai dire je n’étais même pas apte à réagir à ce moment. Vous avez sauvé la vie de ma partenaire et vous nous avez déjà payé, nous ne pouvons rien demander de plus.
– Balivernes !, s’exclama le seigneur Junon, faisant sourire Marco. Ne soyez pas si modeste jeune homme ! Votre amie est sauve et vous avez empêché un meurtre certes, mais ne gâchez pas cette oportunité, vous n’en aurez pas beaucoup d’autres comme celles-là, croyez moi !
– Merci seigneur Junon. » Répondit Todd, légèrement mal à l’aise. Mais nous ne le méritons pas. J’en parlerais avec Hannah mais pour ma part il n’y à rien que je désire, ajouta-t-il. »

Le père du prince allait répliquer à nouveau mais le roi le coupa dans son élan.
« Allons Stanis, si Todd ne souhaite rien nous ne pouvons l’obliger. »

Stanis Junon soupira avant de lever les mains en signe de reddition.
« Je ne vous force à rien bien sur. Comprenez juste la valeur de la faveur que vous souhaitez refuser, répliqua-t-il, un léger sourire amical au visage. »

La reine proposa alors des rafraîchissements et une collation, on fit venir des boissons et des plats légers des cuisines et les souverains reprirent les discussions à propos de l’incident de la veille et des préparations futures pour le jeune couple. Zani quant à lui préféra discuter avec Thrista et Todd, ce dernier le remercia longuement d’avoir sauvé Hannah d’abord, puis ils discutèrent des connaissances de Zani en matière de poisons et ce dernier leur expliqua en quelles occasions il avait acquis son savoir, leur donnant à plusieurs reprises des conseils pour reconnaître tel ou tel substance. L’après midi avança à grand pas et alors que le soleil déclinait déjà depuis un moment dans le ciel Zani prit congé du groupe pour aller vérifier l’état de la garde du corps brune. Todd en fit autant et suivit le vieil homme jusqu’à la chambre ou la jeune femme se reposait. Thrista lui resta quelques temps pour profiter des rayons faiblissant du soleil avant de rentrer, se promettant de passer voir la jeune femme plus tard. Le prince vint s’asseoir à côté de lui, prenant place là où se trouvait le blond un peu plus tôt et ils discutèrent pendant le reste du temps, parlant principalement de la princesse et du mariage. Le ciel était sombre et la nuit tombait lorsque le jeune homme brun rentra enfin au château, prenant congé du couple royal, du seigneur Junon et d’Oscius, seuls personnes restantes sur la terrasse après que la princesse, son maris et sa sœur aient décidé d’aller se promener dans les jardins.

Il marchait à présent dans le dédale de couloirs en direction de la chambre où se trouvait la garde du corps, profitant de l’agréable lumière qui filtrait à travers les fenêtres. Lorsqu’il entra dans la pièce il aperçut la jeune femme assise sur un large lit près de la fenêtre, elle était étonnement pâle mais en dehors de cela semblait s’être remise et fixait le ciel bleu à travers les immenses fenêtres. Todd, lui, était debout sur une petite terrasse qui donnait sur la ville et admirait silencieusement le paysage illuminé par le soleil couchant. Hannah se tourna vers lui lorsqu’il referma la porte et le fixa un instant sans rien dire ce qui rendit le jeune homme un peu mal à l’aise.
« Bonjour, dit-il un avec un petit sourire nerveux. Je venais voir comment tu allais.
– Je vais mieux, répondit la jeune femme brune en détournant le regard. Je ne suis pas encore en pleine forme mais le prêtre qui m’a soigné à dit que je devrais être sur pieds dès demain. Pas de quoi s’inquiéter, j’ai vu pire, ajouta-t-elle l’air blasé.
– Pas beaucoup pire, je dois dire, intervint le blond en rentrant dans la pièce, il salua Thrista d’un signe de tête.
– Qu’est-ce qui te dis que tu sais tout de moi ?, rétorqua la jeune femme. »

Son ton était resté neutre mais le regard qu’elle lança au blond indiqua à Thrista qu’il avait dû se passer quelque chose avant qu’il n’arrive. Il ne voulait pas interférer dans leurs affaires et préféra tenter de changer de sujet pour calmer l’atmosphère.
« Je suis désolé que nous n’ayons pas pu l’attraper, tu t’es mise en danger plus que nécessaire pour ce résultat…, s’excusa-t-il. »

Cela sembla marcher car la jeune femme le fixa à nouveau un instant, ses traits se détendirent très légèrement et un semi sourire s’invita sur son visage avant de disparaître aussitôt.
« Je sais, Todd m’a expliqué. Ce n’est pas grave, je ne faisais que ce pourquoi nous sommes payés, répondit-elle.
– Tu aurais quand même être plus prudente et me laisser y aller, commenta le blond, l’air morose alors qu’il vint s’asseoir sur l’un des fauteuils en face du lit. »

Hannah le fixa un instant mais ne répondit pas et préféra se tourner de nouveau vers le paysage.
« Hannah, tu ne peux pas continuer comme ça !, s’exclama Todd en se levant à nouveau. Ce n’est pas la première fois que tu agis comme ça, tu te mets en danger sans raisons. Un jour cela va- »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase, la brune se tourna vers lui d’un coup, le regard noir et les jointures de ses poings serrés presque aussi blanche que les pierres du palais.
« Laisse moi tranquille, répondit-elle seulement d’une voix basse mais emplie de colère. »

Thrista cru voir une lueur violette dans son regard mais cela s’était passé si vite qu’il pensa avoir rêvé. Todd se leva lentement et soupira.
« Je vais faire un tour, annonça-t-il avant de se diriger vers la porte. Je suis juste inquiet pour toi, ajouta-t-il avant de la refermer derrière lui et de disparaître dans le couloir. »

Le jeune homme brun resta là un instant sans rien dire, observant la jeune femme qui fixait le mur du regard, le poings toujours serrés.
« En tout cas je suis content que tu ailles bien, dit-il au bout de quelques longues secondes de silence avant de se retourner lentement vers la porte lorsqu’il comprit qu’elle ne répondrait pas. »

Il s’arrêta un main sur la poignée, hésitant à donner voix à ses pensées mais renonça finalement.

« Je te laisse tranquille, à plus tard, ajouta-t-il en jetant un dernier regard vers la jeune femme avant de sortir de la pièce. »

Il aurait juré qu’elle réprimait ses larmes mais, à nouveau, ne put en être sûr. Il marcha un certain temps, laissant ses pas le guider le long des colonnes de marbre blanc pendant que ses pensées volaient librement d’une idée à l’autre, et se retrouva dans la cours intérieure du palais. Il n’arrivait toujours pas à comprendre pourquoi la femme rousse avait tenté d’assassiner la princesse. Pourquoi le Îles Karnines auraient-elles intérêt à faire une chose pareille ? Plus frustrant encore, il avait l’étrange impression que les derniers mots de la femme rousse n’étaient pas destinés à Hannah mais annonçaient quelque chose d’autre, quelque chose de plus grave encore… Il soupira, sa rencontre avec Hannah et Todd quelques minutes plus tôt ne cessait de lui revenir en tête et il ne comprenait pas ce qui avait bien pu se passer pour les mettre en de si mauvais termes. Il n’eut pas le temps d’y songer davantage car, alors qu’il arrivait devant la large fontaine au centre de la cours, il aperçut le jeune homme blond et celui-ci l’aperçut également.
« Thrista !, s’exclama Todd en lui faisant signe de venir s’asseoir à ses côtés. »

Thrista se dirigea vers lui et s’installa sur sa gauche.
« Je suis désolé pour tout à l’heure, annonça le blond. Hannah et moi venions d’avoir une discussion qui l’horripile au plus haut point mais que je trouve nécessaire. Excuse nous si nous t’avons manqué de respect, c’est juste que…
– Tu es inquiet pour elle ?, finit le brun en hochant la tête.
– Oui, elle est toujours trop impulsive et prends trop de risques… J’ai peur qu’un jour cela finisse par finir mal. »

Le blond arborait un air sombre en disant cela.

« Et elle ne veut pas me l’entendre dire… Enfin, bref !, s’exclama-t-il en se forçant à sourire. Changeons de sujet veux-tu… Dis-moi, que compte tu faire maintenant ? »

Le brun lui lança un regard interrogateur.
« Je veux dire, maintenant que le mariage est passé. Tu disais que tu ne restais que le temps du mariage et qu’ensuite tu reprendrais la route.
– Ah oui !, acquiesça le brun. »

Il réfléchit un instant avant de répondre.

« Eh bien à vrai dire, je ne sais pas encore, je pensais repartir vers l’ouest, mais rien n’est fixé. Cela dépendra de mon humeur au moment de partir je pense. Et puis je vais peut-être rester quelques jours de plus, avec ce qu’il s’est passé…, répondit-il en portant son regard vers l’horizon. Il n’est pas encore temps de rentrer, je veux voyager, découvrir de nouvelles choses et apprendre encore plus. Pour être honnête je ne sais pas… »

Todd acquiesça et le regarda un instant, semblant réfléchir à ce qu’il allait dire, avant de sourire à nouveau, cette fois-ci sincère.
« Dans ce cas, que dirais-tu de voyager avec nous ? »


Chapitre précédent *-* Sommaire *-* Chapitre Suivant

Advertisements

One thought on “Ombre & Plumes – 15 – Le vent se lève – II

  1. Pingback: Ombre & Plumes – 15 – Le vent se lève – I | Tales of Ore

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s