Ombre & Plumes – 18 – Campement


D’ombre et de plumes

18

Campement


Thrista para un coup de pied bas de Todd au moment où celui-ci tentait de le surprendre après une feinte sur la gauche. Il se retourna ensuite rapidement et tenta un coup de poing du dos de la main mais Todd avait vu le coup venir et s’était baissé, le blond recula alors de quelques pas, un petit sourire au visage.

« Tu te débrouille plutôt bien je dois dire…, commenta-t-il avec un sourire en se reculant de quelques pas pour se remettre en garde. »

Cela faisait une vingtaine de minutes déjà qu’ils s’échangeaient des coups, chacun tentant de prendre le dessus de l’autre mais n’y parvenant pas.

« C’est ton père qui t’as appris ces techniques ? »

Thrista acquiesça.

« Pas toutes, mais les bases oui, c’est lui, expliqua-t-il, le sourire aux lèvres, en lançant un coup de pied glissé pour faucher le blond, mais ce dernier s’était reculé juste avant.

– Eh bien il a fait du bon boulot ! Aller, assez d’échauffement pour le moment, montre moi ce que tu as dans le ventre !, s’écria-t-il en se mettant en garde, cette fois l’air sérieux.

– Comme tu voudras !, s’exclama Thrista en se mettant en garde à son tour. »

Jusqu’à présent ils n’avaient fait que s’échauffer, échangeant des coups pour se tester d’abord, puis, au fur et à mesure, en devenant plus sérieux et en tentant de prendre le dessus l’un sur l’autre. Ils n’avaient pas encore eu recours à la magie mais le brun savait que Todd voulait voir de quoi il était capable, aussi se concentra-t-il. Ils s’étaient éloignés du campement près des rochers d’une trentaine de mètres pour ne rien abîmer et pour ne pas déranger Hannah qui méditait à présent, assise sur la plus haute pierre, tournée en direction de l’ouest. Thrista se concentra, puisant dans ses réserves de mana et le focalisant dans ses poings, il fixa ensuite son regard sur Todd et remarqua de légères étincelles qui grésillaient tout le long de son corps. Le blond semblait vibrer sur place, un large sourire au visage. De la magie élémentaire, pensa Thrista, et de la foudre en plus… Il n’avait pas croisé énormément d’élémentalistes de la foudre mais du peu qu’il avait pu voir ils étaient en général puissant et rapides, et se faire toucher par un coup pouvait se révéler dévastateur. La magie de la foudre était difficile à maîtriser mais pour ceux qui y parvenaient, ils contrôlaient une puissance avec laquelle il était difficile à rivaliser. Cet entraînement promet d’être sportif !, pensa le brun avec un léger sourire.

« Quand tu veux…, commenta-t-il, sa voix légèrement plus basse que d’habitude du fait de la concentration. »

Il n’eut pas le temps de rajouter quoi que ce soit, le blond s’était élancé en l’air directement vers lui, son poing se dirigeant droit vers son visage. On pouvait à présent voir de petit arcs électriques apparaître et disparaître sur ses bras. Thrista s’écarta pour éviter le coup et se retourna immédiatement, il ne devait pas rester exposé ou bien il ne durerait pas longtemps. Il eut à peine le temps de se remettre en garde que Todd était déjà à sa hauteur. Un échange de coups s’en suivit, Thrista tentait de dévier les différents coups de poings et de coudes que Todd lui envoyait tout en faisant attention de ne pas le laisser prendre le dessus. Les coups que lui envoyait l’ex garde du corps de la princesse étaient plus rapides et plus puissants que quelques minutes plus tôt. Un poing grésilla en passant non loin de l’oreille de Thrista et ce dernier rétorqua avec un coup de paume au niveau du torse, ce qui eu pour effet de faire reculer le blond de quelques pas. Todd se redressa avec un petit rire.

« Dis donc, tu frappe plus fort que tout à l’heure ! Magie de renforcement ?, demanda-t-il.

– Quelque chose comme ça, répliqua le brun avec un petit sourire. »

Il se décala immédiatement sur la droite car Todd avait repris ses appuis et s’était à nouveau élancé vers lui. Le blond loupa son coup et son poing ne fit que frôler le torse de Thrista avant d’aller s’écraser contre un rocher derrière lui. Thrista vit les craquelures s’étendre sur la surface de la pierre lorsque le blond se remit en position.

« Eh bien ! Mieux vaut ne pas me faire toucher par ça !, s’exclama-t-il avec un sifflement admiratif.

– J’ai comme l’impression que tu ne t’inquiètes pas autant que ça…, commenta Todd d’un ton moqueur. J’essaye de me retenir mais ce n’est pas facile, ajouta-t-il avec un sourire.

– Que dirais-tu de faire les chose un peu plus sérieusement alors ?, demanda le brun. »

Todd l’observa un instant avant que son sourire ne s’agrandisse.

« Si tu es sur que c’est ce que tu veux, alors allons y !, s’exclama le blond en se redressant légèrement. »

Il laissa retomber légèrement ses épaules avant de les contracter à nouveau, ses poings brandis devant lui. Il ferma les yeux pendant une fraction de seconde avant de les rouvrir, Thrista sut ce qui allait se passer mais ne pu retenir sa surprise lorsqu’il ressentit la vague d’énergie émaner de son partenaire d’entraînement. Tout le monde pouvait ressentir, à différent degrés, ce que l’on appelait « l’aura » d’un mage lorsque celui-ci utilisait la magie, mais seuls ses pratiquants ou ceux avec une perception suffisamment affûtée pouvaient la voir. Thrista faisait évidemment partie du second groupe et était donc à ce moment témoin de la densité de mana qui se dégageait du blond, il avait presque du mal à croire que quelqu’un puisse dégager une énergie aussi dense. Mais il savait aussi qu’un bon mage savait comment cacher ou amplifier son aura pour impressionner son adversaire. Il avait eu recours à cette technique plusieurs fois pour faire fuir des voleur ou des animaux sauvages et il avait été témoin de cela lors de son combat contre Zani. Il vit des petit éclairs apparaître et disparaître ça et là autour du corps du blond et confirma l’impression de sérieux qui émanait à présent de lui en croisant son regard. Il n’était pas noir mais ne possédait plus la petite étincelle amusée qui le caractérisait d’habitude. Il est vraiment sérieux cette fois-ci, pensa le brun, eh bien ne le décevons pas alors !

Thrista était déjà en garde et son mana coursait dans chacun de ses muscles, aussi n’eut-il pas de mal à puiser un peu plus dans ses réserves pour augmenter sa magie de renforcement. Ce n’était pas une protection à proprement parler, car elle n’empêchait pas qu’il se fasse blesser, mais le renforcement grâce au mana lui permettait de ne pas subir autant les chocs magiques et de limiter les dégâts pris tout en augmentant son potentiel d’attaque. C’était une technique que Thrista affectionnait particulièrement car c’était la première de celles que son père lui avait appris qu’il avait réussi à maîtriser. Il se concentra pour ne laisser aucune ouverture dans son renforcement et reposa son attention sur le blond qui n’avait cessé de fixer depuis le début et hocha la tête pour lui signifier qu’il était prêt. Todd n’attendit pas plus longtemps pour bondir et s’élança vers le brun, son poing droit levé et grésillant bruyamment. Thrista concentra son mana dans son bras gauche et se tourna pour ne faire qu’à moitié face au blond, il attendit que Todd frappe pour dévier son poing droit et tenta un contre de son propre droit mais fut soudain privé d’air alors que son adversaire lui infligeait un lourd coup de genoux au ventre. Le brun fut projeté sur plusieurs mètres avant de se rétablir tant bien que mal. Il n’avait pas subi toute la puissance du coup mais le fait que Todd ait pu l’atteindre aussi facilement le surprit. Il leva le regard vers le blond alors qu’il se relevait et remarqua à nouveau le sourire moqueur sur son visage.

« Surpris ?, le nargua le blond. »

Thrista ne répondit pas mais afficha son plus faux sourire en se remettant en garde. Il se concentra à nouveau sur son adversaire, augmentant l’intensité de son renforcement une seconde fois avant de faire signe à Todd qu’il l’attendait. Le blond baissa sa garde avant de s’approcher lentement, son sourire toujours large. Il ne s’arrêta qu’une fois en face du brun, à peine à un mètre de distance. Ils restèrent un instant à se fixer, la pression de chacun de leur mana faisant vibrer l’air autour d’eux. Soudain Todd bougea. Il frappa tenta de frapper Thrista simultanément des deux poings, le brun eut le temps de voir des éclairs grésiller autour des poings du blond alors qu’il sautait en arrière pour les éviter. Il dut presque immédiatement s’élancer sur la gauche à nouveau alors que l’ex garde du corps frappait la zone ou il se tenait un instant plus tôt, noircissant l’herbe qui y poussait. Au moment ou il s’écartait de la trajectoire électrisée du coup il tenta de riposter en envoyant un coup de pied, mais à son tour il ne toucha que le sol, Todd s’était élancé en l’air et atterrit quelques pas plus loin. Thrista se prépara à envoyer une décharge d’énergie au blond, il concentra le mana dans ses mains et les joignit au moment de relâcher le mana accumulé, mais il ne put mener son sort à bien. Todd avait déjà retrouvé son équilibre et se tenait à présent à genoux, les paumes des mains plaquées au sol et les yeux fermés. Thrista ne comprit ce qui allait se passer qu’au moment ou le blond rouvrit les yeux et leva la tête vers lui, sa bouche formulant silencieusement la fin d’une incantation. Il remarqua alors les marques au sol qui convergeaient toutes vers lui. Le ciel s’assombrit soudain et il n’eut le temps que de lâcher un juron avant de lever ses bras au dessus de lui et de matérialiser une protection.

« Gass noraes ! »

Dès qu’il eu prononcé les deux mots en ancien langage trois dômes d’énergie verte apparurent au dessus de lui, empilés les uns au dessus des autres. A peine avait-il fait ceci que le ciel noir gronda, l’air vibra et un énorme éclair vint le frapper directement, touchant de plein fouet les boucliers d’énergie, faisant voler en éclat le premier. Thrista dut fermer les yeux un instant tant l’intensité de la lumière dégagée était forte, il concentra le reste de sa puissance sur les deux boucliers restant. Lorsqu’il rouvrit les yeux toute trace d’énergie s’était dissipée, ses boucliers s’étaient évanouis dans le ciel de nouveau bleu. Le jeune homme sentit ses jambes faiblir sous lui, malgré les boucliers et son sort de renforcement il avait été touché de plein fouet. Il se maintint tout de même debout et regarda autour de lui, il dut cependant attendre que la poussière soulevée par le choc retombe. Lorsque les derniers grains de terre se dissipèrent et que l’air fut à nouveau clair il aperçut Todd, debout face à lui, un large sourire au visage. Le blond semblait surpris mais exalté à la fois.

« Wow !, s’exclama ce dernier en s’essuyant la sueur qui perlait sur son front. Ça c’était de l’entraînement !, ajouta-t-il en riant légèrement. »

Il s’approcha de Thrista et fixa son regard bleu sur le brun, l’observant un instant de bas en haut pendant quelques instants avant de poser une main sur son épaule.

« Excuse moi si je t’ai surpris, j’espère que je ne t’ai pas blessé au moins… ?, demanda-t-il ensuite.

– Non non, tout va bien, répondit Thrista, le souffle un peu court.

– Tant mieux alors !, s’exclama le blond avant de redevenir légèrement plus sérieux. Encore une fois je suis désolé, je ne peux pas m’empêcher d’en faire trop quand je suis excité et je dois t’avouer que ce petit combat m’a vraiment motivé. Peut-être trop d’ailleurs, Hannah dit toujours que j’en fais des caisses…, avoua-t-il, l’air penaud. »

Thrista rit légèrement en voyant la tête du blond ainsi avant de répondre.

« Non, ne t’inquiète pas, je vais bien. Ça m’a juste surpris, je ne m’attendais pas à me faire avoir comme ça…, avoua le brun.

– D’accord, tant mieux. Eh bien je dois dire que tu m’a donné du fil à retordre toi aussi, c’est rare que je n’arrive pas à toucher mes adversaires plus facilement. Une fois de plus j’ai voulu en faire trop en t’immobilisant, quand je me bat j’ai du mal à me contrôler…, expliqua Todd en se grattant l’arrière de la tête. J’ai beaucoup de mal à ne pas prendre les duels, même pour un entraînement, à coeur…

– Ne t’inquiète pas, je te le répète, je vais bien. Et puis ce n’est pas comme si je ne savais pas me battre. J’ai déjà fais face à pire.

– Ah vraiment ?, demanda Todd avec une pointe d’ironie. Je dois dire que tu ne te débrouille pas trop mal toi même, c’est rare de voir un bouclier aussi rapidement et bien exécuté !, s’exclama-t-il. »

Thrista hoche la tête en remerciement.

« Merci, je dois dire que j’en suis plutôt fier à vrai dire, j’y ai mis du temps et de l’énergie…, répondit-il. Mais ton maniement de la foudre ne laisse pas à désirer non plus, tu me dépasses de loin en terme de puissance ! »

Ce fut au tour de Todd de hocher la tête en signe de remerciement.

« En parlant de ça, quel type de magie utilises-tu ? Je n’arrive pas à bien te cerner, j’ai l’impression que c’est de la sorcellerie, d’après les sorts que je t’ai vu utiliser, mais la façon dont tu te bats me fais penser à de la magie élémentaire… »

Le blond se recula et s’assit sur l’un des rochers à proximité en attendant la réponse de Thrista. Ce dernier hocha légèrement la tête avant de répondre.

« Eh bien disons que c’est un mélange entre les deux, j’utilise le mana à l’état pur pour me battre au lieu de l’utiliser comme canalisateur pour manier les éléments ensuite, expliqua le brun. Au lieu de le canaliser dans un sort ou dans des runes je le matérialise et je m’en sert comme protection et comme arme. »

« D’accord…, répondit Todd, l’air impressionné. Je dois avouer que je n’ai jamais vraiment envisagé cette possibilité pour me battre. Mon affinité avec la magie de la foudre est venue très facilement et je n’ai jamais envisagé une autre façon de faire… Par contre, cela doit te demander beaucoup d’énergie non ?

– Oui, c’est ce que mon père m’a expliqué au tout début. Le mana est une énergie qui s’épuise vite si on ne l’utilise pas à bon escient. La magie élémentaire est beaucoup plus facile de ce point de vue, on ne dépense que très peu de mana pour contrôler un élément, mais à mesure que j’ai appris à contrôler mes techniques j’ai aussi appris à optimiser mon utilisation du mana, continua-t-il. C’est assez dur et fatigant mais je suis assez fier du résultat et confiant dans son potentiel.

– Je ne peux pas parler pour ce type de magie mais ce que je peux te dire c’est que je te fais confiance pour y arriver !, s’exclama Todd avec un sourire. Après tout, malgré son hétéroclisme, chacun à une affinité différente avec la magie… »

Thrista acquiesça simplement avant de s’asseoir à son tour. Il regarda en direction du soleil, ce dernier avait quasiment disparu derrière l’horizon et le ciel avait pris une couleur orangée presque rouge. Le jeune homme avait retrouvé une respiration quasiment normale mais il sentait la fatigue du combat, court mais intense. Il avait utilisé beaucoup d’énergie pour parer le coup de Todd, trop à son goût. Cela le frustrait légèrement mais il laissa un petit sourire courir sur ses lèvres, il avait fait le bon choix en suivant les deux gardes du corps dans leur voyage. Tous les deux paraissaient puissants et il était sûr de pouvoir progresser avec leur aide ! Il tourna la tête en direction de l’amas rocheux et aperçu la silhouette d’Hannah toujours immobile.

« Elle médite souvent ?, demanda-t-il à l’attention de Todd en faisant un signe de tête vers le haut des rochers.

– Au moins une fois par jour oui, elle dit que ça l’aide à rester calme. Elle a, disons… quelques problèmes de tempérament parfois. Ne lui répète pas ce que je te dis hein, mais elle s’énerve assez facilement je dois dire…, commenta le blond avec un petit sourire en coin. C’est dans sa nature après tout…, ajouta-t-il, les sourcils très légèrement froncés.

« Enfin !, reprit-il, son visage se détendant immédiatement. On a bien fait de s’entraîner un peu, je suis content d’avoir pu me dégourdir et d’avoir commencer à voir de quoi tu étais capable. Je pense que c’est une bonne idée de s’arrêter là pour ce soir mais on pourra recommencer demain si ça te dit. »

Thrista acquiesça avec un sourire en répondant favorablement. Ils se levèrent et se dirigèrent vers le petit campement qu’ils avaient établis à l’abri des rochers. Un feu crépitait silencieusement, faisant réchauffer doucement de la viande séchée et des graines de sélaires dans une petite marmite. Todd appela la jeune femme alors qu’il s’asseyait non loin du feu avec Thrista.

« J’ai une faim de loup !, commenta-t-il alors qu’il servait le brun dans une gamelle en bois. Excuse nous pour les couverts rudimentaire mais nous n’avons pas grand chose d’autre à t’offrir…, dit-il en lui tendant son assiette.

– Ne t’inquiète pas, je m’en accommoderai sans problème !, répondit Thrista en prenant l’assiette qui lui était tendue. »

Il goûta et en pu s’empêcher de donner voix à son agréable surprise. La sauce, bien qu’un simple bouillon aromatisé aux épices, était délicieuse et donnait un goût étonnant mais très appétissant à la viande séchée.

« Merci, répondit le blond. Je n’ai pas fais grand chose, mais je suis content que ça te plaise. J’ai mis du temps avant de savoir bien la faire, c’était une idée d’Hannah au départ ce mélange. On ne savait pas quoi manger et on avait presque rien et puis elle a essayé et c’était délicieux. J’ai mis du temps avant d’arriver à faire la même, mais je suis plutôt satisfait du résultat !, s’exclama-t-il sans cacher sa fierté. N’est-ce pas Hannah ? Ajouta-t-il à l’attention de la brune qui venait de les rejoindre. »

Cette dernière le regarda un instant avant d’acquiescer.

« Oui, tu la réussis plutôt bien. Même si elle ne vaut pas l’originale…, répondit-elle avec un petit sourire en coin en s’asseyant, prenant l’assiette que Todd lui tendait.

– C’est ça, vante toi !, répliqua le blond.

– Mais je ne me vante pas, ce n’est pas moi qui l’ai inventée, c’est… »

Le visage de la jeune femme sembla soudain plus fermé alors qu’elle s’était interrompu.

« C’est… ?, demanda Todd avec curiosité, tenant la fourchetée de viande qu’il s’apprêtait à manger à quelques centimètres de sa bouche.

– Marion…, répondit Hannah en avalant sa bouchée de viande. »

Todd répondit par un simple « Oh… » avant de se remettre également à manger, l’air un quelque peu gêné.

Thrista ne releva pas, il comprit que quelque chose de grave devait s’être passé avec la personne dont Hannah parlait, mais il se promit silencieusement d’essayer d’en apprendre plus sur la jeune femme brune à l’avenir. Ils continuèrent à manger ainsi, un silence quelque peu pesant au départ mais qui s’allégea à mesure que Todd conversait avec Thrista de leur plan de voyage à lui et à Hannah et sur les différentes techniques qu’ils pourraient travailler lors de futurs entraînements. Hannah se joignait à eux de temps à autre, apportant son point de vue ou commentant simplement une réflexion de l’un des deux jeunes hommes. Il discutèrent ainsi jusque tard dans la soirée, se rapprochant du feu à mesure que la nuit tombait et sortant des couvertures pour se protéger du froid qui se répandait. Thrista remarqua que la jeune femme brune semblait moins réticente à l’idée qu’il les accompagne mais elle restait toujours très réservée et elle se renfermait assez rapidement lorsqu’on lui posait des questions trop personnelles. Cela contrairement au blond qui lui semblait plutôt à l’aise avec son histoire, même si il montrait bien qu’il n’appréciait pas tous les souvenirs dont il parlait. Thrista apprit ainsi qu’ils s’étaient rencontrés par hasard à l’occasion de la grande foire annuelle de Val Ysire presque trois ans plus tôt. Todd avait aidé la jeune femme à s’extirper d’une situation plutôt délicate où elle se faisait poursuivre par la garde pour avoir volé de la nourriture. Le blond avait malencontreusement réussi à la faire arrêter, et lui avec, en tentant de l’aider à se cacher. Tous les deux s’étaient retrouvés dans une cellule jusqu’au lendemain où Todd avait réussi à convaincre leurs geôliers de leur innocence. Ils ne s’étaient pas entendus du tout au départ, Hannah lui en voulant beaucoup pour l’avoir faite arrêter, mais ils avaient fini par faire équipe et s’étaient révélés être très efficace pour effectuer de petit boulots et gagner un peu d’argent. Ils avaient ensuite commencé à voyager dans tout le continent et étaient petit à petit devenus des amis très proches.

Ce n’est que lorsque les étoiles, brillant intensément dans le ciel nocturne, ne furent plus que les seules sources de lumière dans le ciel qu’ils se décidèrent enfin à dormir. Ils s’installèrent entre les rochers, non loin du feu dont les braises rougeoyaient encore, à l’abri du vent et d’une pluie éventuelle. Todd n’avait pas vu l’utilité de monter la tente car il faisait toujours relativement bon et sec, comme cela ne semblait pas déranger Hannah et que Thrista en avait l’habitude, ils acceptèrent donc de dormir à la belle étoile. Thrista se plaça un peu en retrait et après avoir souhaité une bonne nuit au duo de voyageurs il s’allongea, les bras croisés derrière la tête et resta un moment à fixer le ciel et les milliers de petit points lumineux qui le parsemaient. Il laissa ses pensées vagabonder, se remémorant le jour où il était parti de chez lui, ses premiers entraînements, l’incident étrange au palais d’Eneleïa et la réaction d’Hannah brune dans la soirée. Il ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il avait dû arriver quelque chose de semblable à la jeune femme car il avait déjà vu cette expression auparavant sur son propre visage, lorsqu’il fixait son reflet sur les berges du lac non loin de chez lui dans ses moments de mélancolie. Il sombra peu à peu, se laissant aller au doux son du vent sur les pierres, avant de s’endormir profondément, son pendentif luisant d’un faible éclat blanc et vert sous ses vêtements. D’autres images allaient venir cette nuit là, il le savait. C’est pourquoi il avait d’autant plus besoin du collier. Qui sait, peut-être cette nuit lui apporteraient-elles enfin des réponses ?


Chapitre précédent *-* Sommaire *-* Chapitre Suivant

Advertisements

Ombre & Plumes – 15 – Le vent se lève – II

le vent se lève II.png


D’ombre et de plumes

15

Le vent se lève – II


« Non ! »

Cette fois le cri de la jeune garde du corps lui parvint et il la vit se précipiter vers le bord, il n’eut que le temps de lui attraper le poignet pour la retenir de sauter après la femme rousse.
« Arrête ! Ça ne sert à rien, tu ne pourras pas la rattraper !, s’écria-t-il alors que la silhouette disparaissait dans les profondeurs de la nuit. »

Hannah se tourna vers lui l’air furieux et Thrista cru qu’elle allait l’attaquer, mais elle n’en fit rien et se détourna en lançant un juron rageur. Le jeune homme regarda vers le bas un fois qu’il fut sûr que la brune ne tenterai pas de sauter mais ne parvint pas à distinguer quoi que ce soit, même les vagues n’étaient pas discernables de cette hauteur. Le vent soufflait toujours fort, aussi préféra-t-il se reculer. Il rejoint Hannah près du muret de l’autre côté du mur, elle s’était appuyée contre celui-ci, les bras croisés, et regardait l’endroit ou la femme se tenait quelques instants plus tôt, le regard noir.
« Il n’y a aucune trace d’elle…, dit Thrista alors qu’il s’appuyait également contre le mur non loin. »

Il n’obtint aucune réponse et préféra donc ne rien ajouter. Ils restèrent ainsi en silence quelques secondes avant qu’un bruit de pas ne lui fasse lever les yeux. Il aperçu Todd qui se dirigeait vers eux à vive allure. Il était suivi d’une dizaine de gardes.
« Que se passe-t-il ?!, demanda le blond en reprenant son souffle. Vous l’avez eu ?, ajouta-t-il en regardant Thrista. »

Le brun secoua lentement la tête et se tourna vers l’immensité noire en face. Le vent soufflait toujours et on pouvait entendre les vagues se fracasser contre les énormes blocs de pierre blanche qui formaient ce rempart infranchissable. Il y eut soudain un léger bruit sur sa droite et Thrista vit Hannah tomber à genoux au sol, Todd et lui se précipitèrent vers elle.

« Hannah ?!, s’écria le blond. Tout va bien ? »

Il la rattrapa au moment ou elle allait s’effondrer de tout son long, ses yeux roulèrent dans ses orbites et elle perdit connaissance. Thrista prit le poignet de la garde du corps et sentit le pouls saccadé et précipité de la jeune femme, elle suait à grosse gouttes.
« Quelques chose ne va pas !, s’exclama-t-il en regardant Todd. Elle est brûlante…
– Que lui arrive-t-il ?, demanda le blond, l’air inquiet.
– Je ne sais pas…, répondit Thrista en examinant la jeune femme de plus prêt. »

Il avait déjà vu plusieurs des fièvres foudroyantes mais jamais spontanées comme celle-là. Il remarqua alors que le côté gauche de la robe de la jeune femme était déchirée et en s’approchant aperçu une longue entaille sur son flanc. Du sang en coulait à petit filet mais ce sont quelques gouttes d’un liquide noirâtre qui attirèrent son attention. Du poison, reconnu-t-il soudain. Mais quand ? Il allait la montrer à Todd lorsque des voix retentirent derrière eux.
« Laissez nous passer !, il reconnu la voix autoritaire d’Oscius et lorsqu’il se tourna il vit le chef de la garde royale s’approcher d’eux à grand pas, suivi de près par la souveraine.
– Que ce passe-t-il ?, demanda cette dernière en arrivant près du petit groupe.  »

Elle semblait prête à ajouter quelque chose lorsqu’elle fut interrompue par une autre voix derrière elle. Un vieil homme, que Thrista reconnu comme étant Zani, le prêtre de Sha’ana, se faufila entre elle et Oscius avant de se pencher vers Hannah.
« Veuillez m’excuser dame Léna pour mon manque de respect mais je pense que les questions devront attendre, cette jeune femme est très mal en point. »

Il commença à examiner Hannah avant même que la reine ne puisse protester, mais elle n’en fit rien et mit fin au murmure désapprobateur des gardes.
« Regardez ici. »

Thrista pointa l’endroit ou la robe avait été déchirée.

« Je crois qu’elle à été empoisonnée. »

Puis, après une seconde de silence.

« Lorsqu’elle s’est interposée entre la dague et la princesse ! »

Il venait de comprendre. La dague devait être empoisonnée et avait dû la blesser ! Zani déchira légèrement la robe à l’endroit de l’entaille et passa un doigt sur la blessure avant de sentir le sang qui en coulait légèrement. Il hocha la tête.
« Oui, cela me semble être de la sève de sureau noir. Ce poison est extrêmement mortel, nous n’avons pas beaucoup de temps !, s’exclama-t-il en sortant une petite poche en cuir de sa poche. Je vais tenter d’en ralentir les effets un maximum mais il va falloir l’emmener au temple pour que nous puissions faire quoi que ce soit pour l’aider… »

Il sortit une petite fiole contenant un liquide violet et le tendit à Todd.
« Fais lui boire ça, c’est un élixir de Clélie, cela devrait la calmer suffisamment longtemps. »

Todd prit la petite fiole et la regarda un instant, semblant hésiter pendant que le vieil homme s’affairait déjà autour de la plaie, élargissant l’ouverture de la robe pour y avoir un meilleur accès. La peau autour de l’entaille commençait déjà à prendre une couleur grise et Thrista sut qu’il n’y avait pas beaucoup de temps. Il allait intimer à Todd de faire boire à Hannah le contenu de la fiole lorsque la reine s’agenouilla à ses côtés.
« Todd !, s’exclama-t-elle, le sortant de sa torpeur. Hannah est en danger, ce n’est pas le moment d’hésiter ! Tu peux avoir foi en Zani, je lui ferais confiance jusqu’aux portes de cendre s’il le fallait. »

Cela sembla réveiller le jeune homme blond et il déboucha la bouteille pendant que la reine ouvrait légèrement la bouche de la garde du corps, il y versa ensuite le peu de liquide que contenait la fiole. Hannah sembla immédiatement se calmer au soulagement visible du blond. Pendant ce temps Thrista observait Zani. Le vieil homme plaça la paume de ses deux mains au dessus de la blessure et ferma les yeux, après quelques secondes de concentration une faible lueur orangée en émana et un fin filament recouvrit la blessure. Il formula ensuite quelques mots et le filament explosa en une gerbe d’étincelles, laissant une odeur âcre dans l’air. La jeune femme brune, toujours inconsciente, eut un soubresaut de douleur puis se calma de nouveau.
« Je viens de cautériser la blessure et de brûler ce qu’il restait du poison autour, maintenant il faut évacuer ce qui s’est infiltré dans son sang. Il faut l’emmener au temple le plus rapidement possible !, ajouta-t-il en se relevant, l’air soucieux.
– Ce ne sera pas nécessaire, j’ai envoyé un méssager prévenir le temple, il reviendra au château avec de l’aide. Le palais est beaucoup plus près, intervint la reine en se relevant à son tour. »

Zani se tourna vers elle et s’inclina légèrement.
« Merci ma Dame, cela est bien pensé. Nous devons nous dépêcher à présent, chaque minute compte. »

Todd hissa la jeune femme sur son dos avec l’aide de Thrista puis il partit avec Zani en direction du château. Le jeune homme brun les regarda s’éloigner puis se tourna vers la reine.
« Ne t’inquiète pas, elle est entre de bonnes mains, déclara-t-elle en croisant son regard.
– Oui, je leur fais confiance, répondit-il en hochant la tête avant de se rappeler pourquoi ils étaient là. Siléna va-t-elle bien ?
– Oui, ne t’inquiète pas, elle était surtout choquée mais elle n’est pas blessée. Marco et Thédric s’occupent d’elle, dit Léna en acquiesçant. »

Thrista lâcha un petit soupir de soulagement..

« Maintenant, explique moi ce qu’il s’est passé… »

C’était un ordre plus qu’une demande mais Thrista ne s’en offusqua pas, la reine venait d’assister à une tentative d’assassinat envers sa fille et sa première réaction avait été d’aider la garde du corps, elle était donc dans son droit en demandant à savoir ce qu’il s’était passé. Le jeune homme inspira une gorgée d’air frais avant d’expliquer à la souveraine ce qu’il avait vu, repoussant l’image de la garde du corps inconsciente dans un coin de son esprit. La grande femme brune l’écouta tout au long de son récit sans trahir aucune émotion, pas même lorsqu’il lui annonça l’avoir reconnue comme l’émissaire des Iles Karnines. Uniquement lorsqu’il arriva au moment ou la femme rousse s’était jetée du haut du mur se pencha-t-elle pour observer l’étendue noire en dessous d’eux. Oscius en fit de même, intimant silencieusement à ses gardes d’enquêter sur cette affaire et d’envoyer une patrouille au pied du mur pour rechercher un éventuel corps. La reine resta un moment silencieuse à contempler les flots noirs avant de finalement donner l’ordre à Oscius de s’occuper de tout cela. Ce dernier hocha simplement la tête et se dirigea vers la tour de garde des remparts d’où sortait une patrouille. La reine et Thrista, accompagné d’une dizaine de gardes, repartirent ensuite en direction du palais. Alors qu’il marchait derrière la souveraine, Thrista ne put s’empêcher d’être impressionné et de se demander comment réagissaient les envoyés des autres pays lorsqu’ils se retrouvaient en face d’elle. Il ne parvenait pas non plus à se départir du sentiment que quelque chose d’étrange se tramait, pourquoi un émissaire des Karnines tenterait-il d’assassiner l’héritière du royaume de Tébor ? Il tourna et retourna cette question tout au long du trajet vers le palais, sans parvenir à y trouver de réponse.

L’astre solaire, qui était déjà presque à maxima, répandait une chaude et agréable lumière sur la ville, Thrista était content d’avoir choisi l’une des places à l’ombre, il pouvait ainsi profiter du beau temps sans pour autant souffrir des rayons cuisant du soleil à cette heure. Il n’avait d’ailleurs jamais compris comment la princesse, qui se trouvait à quelques mètres en face de lui, baignée de lumière, pouvait supporter la chaleur intense qui prenait possession de la peau lorsque l’on s’exposait trop longtemps et encore moins comment elle pouvait l’apprécier. La jeune femme était en grande discussion avec la fille du seigneur Junon, dont Thrista apprit un peu plus tôt qu’elle s’appelait Melodie. A sa droite se trouvaient le roi et la reine, accompagnés d’Oscius, de Todd, du seigneur Junon et de Zani, ce dernier se trouvait juste sur la droite de Thrista. Le groupe discutait à présent des événements de la veille, tentant de comprendre pourquoi un assassin des Iles Karnines avait été envoyé pour tenter de tuer la princesse. Thrista avait dû relater ces deux derniers jours, et à plusieurs reprises, l’enchaînement rapide qui avait mené jusqu’en haut des murailles du port étant donné qu’Hannah, la seule autre témoin de l’entièreté des faits, n’avait pas encore totalement récupéré. Zani avait, grâce à l’aide de deux autres prêtres du temple de Sha’ana, qui avaient apporté une étrange malle remplie de fioles, d’ingrédients et d’outils étranges, réussi à stabiliser l’état de la jeune femme brune. Il était parvenu à extraire la majeure partie du poison, permettant à son organisme de mieux se défendre contre ce qu’il en restait.
« Cela devrait suffire. Je ne peux en faire plus, son sort est maintenant entre ses propres mains. Mais elle est forte, je suis étonné qu’elle ait résisté aussi longtemps aux premiers effets de la sève avant de perdre connaissance. Elle devrait s’en sortir, il lui faut du repos à présent, avait-il au bout d’un peu plus de trois heures de soins intensifs. »

Thrista avait vu le soulagement sur le visage de Todd qui était resté fermé depuis qu’ils étaient de retour au palais. Le vieil homme était resté au chevet de la jeune femme toute la nuit pour veiller sur elle, permettant aux deux adolescents de se reposer, mais le blond avait insisté pour rester avec elle. Thrista était donc retourné seul dans la salle du bal après avoir dit au garde du corps qu’il pouvait avoir confiance en Zani. A sa surprise lorsqu’il arriva dans la grande salle rien de l’agitation à laquelle il s’attendait ne transpirait. Seuls quelques gardes supplémentaires révélaient la tension sous-jacente qui régnait dans le palais. La reine et les autres chefs de la garde avaient fait un impressionant travail pour que la panique ne s’installe pas. Ce fût la princesse qui le rejoint la première.
« Thrista ! Mes dieux, tu vas bien !, s’écria-t-elle en s’approchant rapidement. »

Le jeune avait sourit.
« C’est plutôt à moi de te dire ça Siléna, ce n’est pas moi qu’on a essayé d’assassiner…, répondit-il mi-joueur mi-sérieux. »

La princesse se renfrogna légèrement mais reprit rapidement la parole.
« Oh ! Et Hannah ! Comment va-t-elle ? Ma mère m’a dit qu’elle avait été blessée et me protégeant !, questionna-t-elle au moment ou Thédric les rejoignaient. »

Il parut soulagé de trouver Siléna et salua Thrista d’un signe de tête.
« Elle ne va pas bien, elle a été gravement blessée par le poison sur la dague. Mais le prêtre Zani et Todd s’occupent d’elle, je leur fait confiance. Zani à réussi à empêcher le poison de prendre complètement effet et il en a extrait autant que possible de son corps. Elle n’a pas encore repris connaissance mais d’après lui, elle devrait s’en sortir. »

Cela parut rassurer la jeune femme qui s’autorisa enfin à sourire légèrement.
« Ouf, tant mieux… »

Puis vint la question que Thrista attendait.

« Et l’assassin, vous l’avez retrouvé ? »

Le jeune homme hésita un instant mais su que quoi qu’il arrive, la princesse aurait les réponses à ses questions d’une façon ou d’une autre.
« Non, nous ne l’avons pas eu. L’émissaire des Iles Karnines à réussi à nous échapper en se jetant dans la mer depuis le haut du mur.
– Cette grande femme rousse ?, s’exclama la princesse un peu trop fort, ce fit se retourner plusieurs personnes.
– Oui, acquiesça Thrista. Je ne sais pas pourquoi elle voulait ta mort, mais je l’ai reconnue de ce matin. »

La princesse allait lui poser d’autres questions lorsque la reine arriva et les interrompit sous l’expression agacée de Siléna, mais la jeune femme se détendit rapidement.
« Je suis désolé de vous interrompre mais ce n’est pas le moment de poser des questions Siléna, pour le moment nous ne connaissons pas tous les faits et nous ne pouvons que conjecturer. Mais, continua la reine alors que la princesse allait protester, tu pourras poser toutes les questions que tu voudras une fois que je saurais ce qu’il s’est réellement passé de la bouche de Thrista et des gardes présent. Pour le moment Marco a réussi à faire taire tout bruit sur l’incident et à faire continuer la soirée dans le calme, profitez en, nous en discuterons à nouveau demain. Et pas de mais jeune femme !, ajouta-t-elle en direction de sa fille. »

Elle se tourna ensuite vers Thrista.

« Lorsqu’Oscius sera de retour nous aurons à te poser à nouveau des questions mais, pour le moment tu peux rester aux côtés de Siléna, dit la reine avant de s’éloigner et de rejoindre son mari. »

Thrista acquiesça silencieusement. Cela ne le surprenait pas, malgré la confiance que les royaux avaient en lui, ils voudraient vérifier l’exactitude de son témoignage et la concordance avec ceux de Hannah et des autres garde pour obtenir le plus de faits possibles. Il comprit également le discret message de la rein lui demandant de veiller sur sa fille pour le moment.
« Je te raconterai tout ce que je sais, promis, dit Thrista à l’attention de la blonde. Mais pour le moment, ne spolions pas le travail de ton père et profitons de la soirée. Elle est en votre honneur, raison de plus !, s’exclama-t-il avec un sourire légèrement forcé. »

Il était encore fatigué de sa course pour rattraper la femme rousse et fut donc soulagé de voir la princesse accepter son conseil sans protester.
« Une dernière danse ?, proposa le prince à sa femme, ce que Siléna accepta volontiers.
– Je te tiens à ta parole Thrista, ajouta-t-elle alors qu’ils s’éloignaient vers la piste de danse. »

L’adolescent passa le reste de la soirée à flâner autour du buffet, picorant ici et là des fruit exotiques, des pâtisseries et des boissons rafraîchissantes. A un certain point Todd le rejoint, lui expliquant que l’état de santé d’Hannah était stable et qu’elle dormait à présent. Ils discutèrent ensuite de tout et de rien, faisant des petit commentaires sur les invités, certains vêtus de tenues excentriques, d’autres ne possédant plus une seule once de sobriété. Thrista ne parvint pas à se détendre complètement, toujours tendu à l’idée qu’une nouvelle tentative sur la vie de la princesse puisse avoir lieu, mais il parvint tout de même à profiter du moment qu’il passait en compagnie du blond. Il fut rassuré lorsque les premiers invités commencèrent à partir et étonné qu’autant de temps se soit écoulé sans qu’il ne le remarque. Le septième septime de Primaire débutait déjà lorsqu’il se retira enfin, acceptant volontiers l’offre du roi de passer le reste de la nuit dans l’une des chambres du palais qui servaient à accueillir les invités. Il ne se changea même pas, déposant simplement son pendentif sur la table de chevet, avant de se laisser tomber comme une pierre sur le lit et de sombrer.
« Je n’arrive toujours pas à croire que quelqu’un ait tenté d’assassiner la princesse…, commenta discrètement le garde du corps blond à l’attention de Thrista qui était assis à sa droite. Quel intérêt les îles Karnines auraient-elles à faire une chose pareil ? Tébor est le pays avec lequel elles font le plus de commerce… » Thrista secoua discrètement la tête.
« Je n’en sais pas plus que toi. La femme rousse n’a rien dit avant de sauter… » Répondit-il la mine sombre.
« Personne ne comprends son geste, intervint Zani en se penchant légèrement vers eux, les deux jeunes hommes se tournèrent vers lui. Le fait qu’on ait attenté à la vie de la princesse est grave mais ne pas en connaître les raisons l’est encore plus. Cela ne présage rien de bon… »

Il allait ajouter quelque chose lorsqu’un groupe de gardes s’approchèrent de l’assemblée et s’arrêtèrent devant les souverains et Oscius en les saluant. L’un d’eux s’avança, tenant un parchemin scellé entre les mains, et prit la parole.
« Mes salutations mon Roi, ma Reine, dit-il en s’inclinant.
– Des nouvelles ?, demanda alors le roi.
– Non messire, répondit le garde en secouant la tête. Nous avons fouillé les eaux tout autour du mur, les falaises et les rochers mais il n’y a aucune trace de corps. Nous poursuivons les recherches mais il y a peu d’espoir de le retrouver un jour, il a sûrement été emmené au large. »

Le roi hocha la tête l’air grave en se tournant vers sa femme.
« Très bien, continuez ainsi et prévenez nous s’il y a quelconque nouvelle, dit-elle alors, le soldat hocha la tête.
– Bien ma Dame, répondit-il, mais il ne fit aucun mouvement pour partir.
– Autre chose ?, demanda la souveraine.
– Oui ma Dame. Une missive des forces galadéennes, expliqua-t-il en tendant le parchemin scellé qu’il tenait en main. »

Le roi Marco le récupéra et l’ouvrit, sa femme se penchant par dessus son épaule pour le lire. Lorsqu’il eut fini il avait l’air légèrement surpris, il le tendit à Oscius qui le lu à son tour.
« Puis-je me permettre de vous demande ce que c’est ?, intervint Zani d’un air curieux.
– Un message du commandant De Guidre qui nous informe qu’il a assisté à l’incident lors du bal et qu’il a ordonné des recherches de son côté. Malheureusement il nous informe que lui non plus n’a rien trouvé pour le moment, expliqua le roi. Je dois avouer que cela me surprend un peu. Je ne m’attendais pas à ce que l’armada galadéenne se soucie de cela. L’intention est cependant bienvenue.
– Je me chargerai de le remercier pour son aide, annonça la reine. Merci, vous pouvez disposer si cela est tou. Passez vous rassasier en cuisine si vous avez faim, ajouta-t-elle à l’attention des gardes qui saluèrent à nouveau le groupe et repartirent du côté d’où ils étaient venu.
– Nous devons la vie de notre fille et celle du prince à votre courage, annonça le roi en se tournant vers Todd et Thrista. Votre amie également, elle n’a pas hésité à mettre sa vie en jeu pour protéger Siléna, et pour cela nous vous seront éternellement reconnaissant.
– En effet, confirma la reine. Sans Hannah, notre princesse ne serait peut être plus là aujourd’hui. Nous ne savons comment vous remercier, si vous désirez quoi que ce soit vous n’avez qu’à demander et ce sera vôtre. »

La surprise s’afficha sur le visage de Todd et il regarda les souverains avec de grand yeux un instant avant de répondre.
« Je suis honoré par votre générosité, mais Hannah et moi n’avons fait que ce pour quoi vous nous aviez engagé. A vrai dire je n’étais même pas apte à réagir à ce moment. Vous avez sauvé la vie de ma partenaire et vous nous avez déjà payé, nous ne pouvons rien demander de plus.
– Balivernes !, s’exclama le seigneur Junon, faisant sourire Marco. Ne soyez pas si modeste jeune homme ! Votre amie est sauve et vous avez empêché un meurtre certes, mais ne gâchez pas cette oportunité, vous n’en aurez pas beaucoup d’autres comme celles-là, croyez moi !
– Merci seigneur Junon. » Répondit Todd, légèrement mal à l’aise. Mais nous ne le méritons pas. J’en parlerais avec Hannah mais pour ma part il n’y à rien que je désire, ajouta-t-il. »

Le père du prince allait répliquer à nouveau mais le roi le coupa dans son élan.
« Allons Stanis, si Todd ne souhaite rien nous ne pouvons l’obliger. »

Stanis Junon soupira avant de lever les mains en signe de reddition.
« Je ne vous force à rien bien sur. Comprenez juste la valeur de la faveur que vous souhaitez refuser, répliqua-t-il, un léger sourire amical au visage. »

La reine proposa alors des rafraîchissements et une collation, on fit venir des boissons et des plats légers des cuisines et les souverains reprirent les discussions à propos de l’incident de la veille et des préparations futures pour le jeune couple. Zani quant à lui préféra discuter avec Thrista et Todd, ce dernier le remercia longuement d’avoir sauvé Hannah d’abord, puis ils discutèrent des connaissances de Zani en matière de poisons et ce dernier leur expliqua en quelles occasions il avait acquis son savoir, leur donnant à plusieurs reprises des conseils pour reconnaître tel ou tel substance. L’après midi avança à grand pas et alors que le soleil déclinait déjà depuis un moment dans le ciel Zani prit congé du groupe pour aller vérifier l’état de la garde du corps brune. Todd en fit autant et suivit le vieil homme jusqu’à la chambre ou la jeune femme se reposait. Thrista lui resta quelques temps pour profiter des rayons faiblissant du soleil avant de rentrer, se promettant de passer voir la jeune femme plus tard. Le prince vint s’asseoir à côté de lui, prenant place là où se trouvait le blond un peu plus tôt et ils discutèrent pendant le reste du temps, parlant principalement de la princesse et du mariage. Le ciel était sombre et la nuit tombait lorsque le jeune homme brun rentra enfin au château, prenant congé du couple royal, du seigneur Junon et d’Oscius, seuls personnes restantes sur la terrasse après que la princesse, son maris et sa sœur aient décidé d’aller se promener dans les jardins.

Il marchait à présent dans le dédale de couloirs en direction de la chambre où se trouvait la garde du corps, profitant de l’agréable lumière qui filtrait à travers les fenêtres. Lorsqu’il entra dans la pièce il aperçut la jeune femme assise sur un large lit près de la fenêtre, elle était étonnement pâle mais en dehors de cela semblait s’être remise et fixait le ciel bleu à travers les immenses fenêtres. Todd, lui, était debout sur une petite terrasse qui donnait sur la ville et admirait silencieusement le paysage illuminé par le soleil couchant. Hannah se tourna vers lui lorsqu’il referma la porte et le fixa un instant sans rien dire ce qui rendit le jeune homme un peu mal à l’aise.
« Bonjour, dit-il un avec un petit sourire nerveux. Je venais voir comment tu allais.
– Je vais mieux, répondit la jeune femme brune en détournant le regard. Je ne suis pas encore en pleine forme mais le prêtre qui m’a soigné à dit que je devrais être sur pieds dès demain. Pas de quoi s’inquiéter, j’ai vu pire, ajouta-t-elle l’air blasé.
– Pas beaucoup pire, je dois dire, intervint le blond en rentrant dans la pièce, il salua Thrista d’un signe de tête.
– Qu’est-ce qui te dis que tu sais tout de moi ?, rétorqua la jeune femme. »

Son ton était resté neutre mais le regard qu’elle lança au blond indiqua à Thrista qu’il avait dû se passer quelque chose avant qu’il n’arrive. Il ne voulait pas interférer dans leurs affaires et préféra tenter de changer de sujet pour calmer l’atmosphère.
« Je suis désolé que nous n’ayons pas pu l’attraper, tu t’es mise en danger plus que nécessaire pour ce résultat…, s’excusa-t-il. »

Cela sembla marcher car la jeune femme le fixa à nouveau un instant, ses traits se détendirent très légèrement et un semi sourire s’invita sur son visage avant de disparaître aussitôt.
« Je sais, Todd m’a expliqué. Ce n’est pas grave, je ne faisais que ce pourquoi nous sommes payés, répondit-elle.
– Tu aurais quand même être plus prudente et me laisser y aller, commenta le blond, l’air morose alors qu’il vint s’asseoir sur l’un des fauteuils en face du lit. »

Hannah le fixa un instant mais ne répondit pas et préféra se tourner de nouveau vers le paysage.
« Hannah, tu ne peux pas continuer comme ça !, s’exclama Todd en se levant à nouveau. Ce n’est pas la première fois que tu agis comme ça, tu te mets en danger sans raisons. Un jour cela va- »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase, la brune se tourna vers lui d’un coup, le regard noir et les jointures de ses poings serrés presque aussi blanche que les pierres du palais.
« Laisse moi tranquille, répondit-elle seulement d’une voix basse mais emplie de colère. »

Thrista cru voir une lueur violette dans son regard mais cela s’était passé si vite qu’il pensa avoir rêvé. Todd se leva lentement et soupira.
« Je vais faire un tour, annonça-t-il avant de se diriger vers la porte. Je suis juste inquiet pour toi, ajouta-t-il avant de la refermer derrière lui et de disparaître dans le couloir. »

Le jeune homme brun resta là un instant sans rien dire, observant la jeune femme qui fixait le mur du regard, le poings toujours serrés.
« En tout cas je suis content que tu ailles bien, dit-il au bout de quelques longues secondes de silence avant de se retourner lentement vers la porte lorsqu’il comprit qu’elle ne répondrait pas. »

Il s’arrêta un main sur la poignée, hésitant à donner voix à ses pensées mais renonça finalement.

« Je te laisse tranquille, à plus tard, ajouta-t-il en jetant un dernier regard vers la jeune femme avant de sortir de la pièce. »

Il aurait juré qu’elle réprimait ses larmes mais, à nouveau, ne put en être sûr. Il marcha un certain temps, laissant ses pas le guider le long des colonnes de marbre blanc pendant que ses pensées volaient librement d’une idée à l’autre, et se retrouva dans la cours intérieure du palais. Il n’arrivait toujours pas à comprendre pourquoi la femme rousse avait tenté d’assassiner la princesse. Pourquoi le Îles Karnines auraient-elles intérêt à faire une chose pareille ? Plus frustrant encore, il avait l’étrange impression que les derniers mots de la femme rousse n’étaient pas destinés à Hannah mais annonçaient quelque chose d’autre, quelque chose de plus grave encore… Il soupira, sa rencontre avec Hannah et Todd quelques minutes plus tôt ne cessait de lui revenir en tête et il ne comprenait pas ce qui avait bien pu se passer pour les mettre en de si mauvais termes. Il n’eut pas le temps d’y songer davantage car, alors qu’il arrivait devant la large fontaine au centre de la cours, il aperçut le jeune homme blond et celui-ci l’aperçut également.
« Thrista !, s’exclama Todd en lui faisant signe de venir s’asseoir à ses côtés. »

Thrista se dirigea vers lui et s’installa sur sa gauche.
« Je suis désolé pour tout à l’heure, annonça le blond. Hannah et moi venions d’avoir une discussion qui l’horripile au plus haut point mais que je trouve nécessaire. Excuse nous si nous t’avons manqué de respect, c’est juste que…
– Tu es inquiet pour elle ?, finit le brun en hochant la tête.
– Oui, elle est toujours trop impulsive et prends trop de risques… J’ai peur qu’un jour cela finisse par finir mal. »

Le blond arborait un air sombre en disant cela.

« Et elle ne veut pas me l’entendre dire… Enfin, bref !, s’exclama-t-il en se forçant à sourire. Changeons de sujet veux-tu… Dis-moi, que compte tu faire maintenant ? »

Le brun lui lança un regard interrogateur.
« Je veux dire, maintenant que le mariage est passé. Tu disais que tu ne restais que le temps du mariage et qu’ensuite tu reprendrais la route.
– Ah oui !, acquiesça le brun. »

Il réfléchit un instant avant de répondre.

« Eh bien à vrai dire, je ne sais pas encore, je pensais repartir vers l’ouest, mais rien n’est fixé. Cela dépendra de mon humeur au moment de partir je pense. Et puis je vais peut-être rester quelques jours de plus, avec ce qu’il s’est passé…, répondit-il en portant son regard vers l’horizon. Il n’est pas encore temps de rentrer, je veux voyager, découvrir de nouvelles choses et apprendre encore plus. Pour être honnête je ne sais pas… »

Todd acquiesça et le regarda un instant, semblant réfléchir à ce qu’il allait dire, avant de sourire à nouveau, cette fois-ci sincère.
« Dans ce cas, que dirais-tu de voyager avec nous ? »


Chapitre précédent *-* Sommaire *-* Chapitre Suivant

Ombre & Plumes – 13 – Le mariage


D’ombre et de plumes

13

Le mariage


La procession avançait lentement au milieu de la foule nombreuse. Des gardes délimitaient un passage de chaque côté, maintenant le public à une certaine distance du convoi. La princesse était installée sur un carrosse en bois ouvert tiré par deux étalons noir et pouvait ainsi saluer le peuple de la cité en passant. Le roi et la reine eux se trouvaient un peu en avant et avançaient eux aussi à cheval. De nombreux nobles suivaient leur exemple entre eux et la princesse et derrière le carrosse de la jeune femme, soit à cheval soit à pied. Venaient ensuite à la fin du cortège les prêtres d’Eneleïa, chargés de transporter le coffre renfermant les joyaux de la couronne. En théorie ce devait être le cas, en pratique seuls deux diadèmes se trouvaient dans le coffre, un pour la princesse et l’autre pour son époux. Les deux diadèmes étaient quasiment identiques, forgés en ivoire blanc ils possédaient chacun une gemme en leur centre l’une une émeraude pour le prince et l’autre un saphir pour la princesse. Six prêtres étaient présent à l’arrière de la procession, chacun représentait l’un des six temples de la ville, ils formaient le conseil religieux d’Eneleïa, composé uniquement des hauts prêtres de chaque temple. Chacun était vêtu d’un habit cérémonial respectif à l’ordre auquel il appartenait. Quatre d’entre eux portaient le coffre en fer forgé, les deux autres menaient la marche avec un brûleur d’encens, qui expulsait une légère traînée de fumée derrière eux, et un rameau d’olivier sacré afin de bénir l’union des deux jeunes gens. Des pétales de fleurs tombaient de tous côtés, jetés par les passants en l’honneur de la princesse et de son mariage.
Thrista se trouvait derrière le carrosse de Siléna un peu en retrait, il marchait à côté du garde du corps blond. Todd, qui avait tout d’abord décidé de suivre Hannah et de rester le plus proche possible de la princesse, avait rapidement abandonné l’idée devant l’absence de réaction de sa partenaire lorsqu’il avait tenté d’entamer une conversation.
« Elle ne se rend pas compte à quel point elle est frustrante à vouloir trop bien faire…, se plaignait-il en soupirant à un Thrista amusé. Au moins le courant passe plutôt bien avec la princesse… Encore heureux… »

La veille ils avaient passé le reste de l’après midi en compagnie de la princesse alors que celle-ci parcourait le palais afin de veiller au bon déroulement des derniers préparatifs. Thristé ne s’était retiré que lorsque la nuit était tombée, après avoir salué le roi et la reine une nouvelle fois, et était rentré afin de se reposer pour la journée à venir. En effet, il devait se réveiller suffisamment tôt pour se rendre au palais sans être importuné par la foule de visiteurs qui se masserait devant afin de retrouver la princesse avant la procession. Il s’était revêtu de ses plus beaux habits pour l’occasion, à la surprise de Siléna visiblement puisque celle-ci ne sembla pas le reconnaître immédiatement. Il avait ensuite suivit celle-ci ainsi que Hannah et Todd jusqu’à l’entrée du palais d’où devait commencer le trajet jusqu’à la cathédrale.

Le convoi arriva par l’entrée sud de la grande place. Celle-ci était bondée, les citoyens de la ville comme les touristes s’étaient regroupés autour du centre de la place où se trouvait un piédestal de plusieurs dizaines de mètres carrés qui était surélevé d’un bon mètre cinquante par rapport à la place. C’est habituellement là que se plaçaient les commerçants les plus influant de la ville lors du marché, aujourd’hui cependant cet espace était totalement recouvert d’une foule compacte qui attendait patiemment l’arrivée du convoi. Au centre se trouvait une immense statue en bronze représentant les deux frères fondateurs de la ville. A son entrée la procession fut acclamée par des milliers de voix, la rumeur se propagea rapidement et bientôt toute la place retentit d’acclamations et de cris de joie à l’intention de la princesse qui était tout sourire en saluant la foule en retour. Le carrosse passa à côté du centre de la place et le contourna pour s’arrêter devant la grande arche à l’entrée du temple d’Esselia, la divinité du soleil. Toute la procession s’arrêta à son tour. Seuls les prêtres continuèrent d’avancer, passant parmi les nobles et les invités présents dans la procession qui s’étaient regroupés en deux rangs sur chacun des côtés, ils montèrent les marches du temple et disparurent à l’intérieur. Le roi et la reine descendirent de leurs montures et allèrent rejoindre leur fille, ils montèrent alors tous les marches du temple. Le roi Marco et sa fille disparurent à l’intérieur à la suite des prêtres tandis que la reine attendait dehors l’arrivée du prince en saluant la foule. Celui-ci arriva quelques secondes plus tard accompagné de son père, ils chevauchaient tous deux des chevaux blanc. Le prince était habillé de noir et de rouge et portait une longue cape sur le dos. Lorsqu’il passa devant Thrista et Todd, les deux jeunes hommes en profitèrent pour l’étudier de plus près. Il était de taille moyenne, brun, les cheveux mi-longs et bien coiffés, mais Thrista se doutait qu’il devait les avoir en bataille habituellement car il semblait faire extrêmement attention à ne pas les ébouriffer. Il avait une courte barbe, les sourcils légèrement plus foncés et en bataille ainsi que les yeux d’un vert sombre. Ses traits étaient à la fois déterminés et jovial, il souriait chaleureusement à la foule en la saluant mais semblait un peu stressé. Son père au contraire restait droit et fier en saluant la foule, il ne regardait rien d’autre que devant lui à mesure qu’il avançait.

« Je comprends mieux à présent pourquoi elle n’a pas trop protesté…, glissa Thrista au blond avec un clin d’œil. »

Ce dernier répondit par un sourire.
« Plutôt charmant n’est-ce pas ?, acquiesça Todd avec un petit sourire en coin. »
L’ensemble de la procession repartit pour suivre le prince et son père à mesure qu’ils approchaient du temple. Ils descendirent de leurs montures et parcoururent les marches menant à l’entrée avant de s’arrêter au niveau de la reine et de s’incliner. Lena les salua à son tour puis ils firent un dernier signe au public avant de pénétrer dans l’imposant bâtiment de pierre taillée. Les membres de la procession firent alors de même et pénétrèrent dans le temple, ils furent suivis par de nombreux citoyens et visiteurs qui se trouvaient sur la place. Tous ne purent rentrer mais plusieurs centaines de personnes se trouvaient déjà dans le bâtiment lorsque Todd et Thrista aperçurent de nouveau Hannah. Ils s’étaient placés sur la droite, un peu en retrait, de l’autel en l’honneur de la déesse où la cérémonie allait réellement avoir lieu. Le prince se tenait debout à côté de la reine Lena et en face de son père. Les six prêtres étaient debout devant l’autel, l’un d’entre eux se tenait  en avant et semblait être celui en charge de la cérémonie. Thrista observait chacun d’entre eux tour à tour lorsque l’un d’eux se tourna discrètement vers lui. Le jeune homme reconnu Zani, le Maître Ancien du temple de Sha’ana. Celui-ci lui fit un clin d’œil rapide avant de se tourner de nouveau vers la salle. Thrista repensa aux mots du vieil homme la veille. Evidemment ! Il n’était pas juste l’un des trois Maîtres Anciens du temple mais le Haut Prêtre de Sha’ana…  Thrista sourit à cette pensée. Il ne s’en serait pas douté, le vieil homme ne se comportait pas du tout comme les autres prêtres qu’il avait pu croiser. Il regarda autour de lui et aperçut soudain la jeune femme brune qui s’approchait discrètement de l’autel du côté opposé. Elle l’aperçut mais ne lui fit aucun signe et se tourna simplement vers l’entrée.
« La cérémonie va bientôt commencer je crois, annonça alors Todd en faisant un signe de tête vers la jeune femme qu’il avait également aperçu.
– Oui, la princesse de devrait plus tarder maintenant, acquiesça Thrista. »

Le brouhaha qui s’était installé dans l’immense espace de la salle du temple se dissipa peu à peu pour laisser place au silence. Plus un bruit ne vint perturber ce silence pendant de longues secondes jusqu’à ce que les cloches de la ville sonnent annonçant maxima. Des trompettes se firent alors entendre, le prince se redressa. Tous se levèrent dans la salle et se tournèrent vers l’entrée du temple. Siléna se tenait debout au bras de son père, souriante. Les trompettes raisonnèrent de nouveau et cette fois des cœurs se firent entendre de chaque côtés de chaque côté des immenses colonnes qui bordaient la salle. La princesse et le roi avancèrent lentement le long des rangs, à mesure qu’ils se rapprochaient de l’autel les sujets présents dans la salle saluaient leurs souverains. Ils s’arrêtèrent uniquement une fois arrivé en face du jeune prince. Marco lâcha la main de sa fille avec un sourire et alla se placer à côté de Stanis Junon. Siléna et Thédric se tournèrent alors vers le haut prêtre qui se trouvait en face d’eux. Ce dernier les observa un instant, demandant silencieusement s’ils étaient prêts, ils hochèrent imperceptiblement la tête et il s’avança vers eux un grand livre à la main.
« Mes Seigneurs, mes Dames. Nous sommes aujourd’hui réunis dans la maison d’Esselia pour célébrer l’union de deux jeunes gens. Notre bien aimée héritière, la princesse Siléna Daastan va aujourd’hui épouser l’estimé Thédric Junon, dernier fils de la noble maison des Junons. C’est pour nous tous une grande fierté que de voir ces deux familles s’unir dans notre belle cité et c’est sous l’auspice favorable de la déesse que nous allons célébrer cette union. »

Il ouvrit alors l’imposant tome et commença à réciter une prière en ancien langage. C’était un long éloge à la déesse Esselia, divinité du soleil et bienfaitrice de cette cité qui jadis avait donné aux fondateurs de la cité la larme de lumière. Selon la légende cette larme avait coulé de la joue même de la déesse lorsqu’elle avait assisté impuissante à l’exécution de son fils. Cette larme avait été gardée par Esselia et donnée en signe de bénédiction à l’aube des temps. Perdue pendant un temps elle fut retrouvée par le père des fondateurs de la cité et serait soit disant gardée en lieu sûr depuis ce jour, attendant patiemment le moment de sa libération. Car la légende ajoute qu’elle ne sera libérée que par le cœur le plus bon et le plus courageux lorsque tout semblera perdu et que l’espoir aura quitté ce monde. A mesure que le prêtre récitait ces lignes, les autres les chantaient en cœur et elles étaient reprises en canon par les chœurs sur les côtés. Lorsqu’il arriva enfin à la fin et qu’il se tut seul la respiration des centaines de personnes présentes dans la salle pouvait être entendue. Il fit alors signe au prêtre qui se trouvait le plus à droite, ce dernier approcha avec le brûleur à encens. Le premier prêtre posa le livre sur l’autel et le second se plaça devant les futurs mariés. Il entama un chant tout en balançant lentement le brûleur de droite à gauche, il fit alors le tour du couple par la droite puis par la gauche et revint se placer devant eux. Le premier prêtre s’approcha de nouveau.
« Jurez vous de vous de rester fidèle à la promesse sacrée jusqu’à la fin, Thédric Junon fils de Stanis Junon ?, demanda-t-il alors en regardant le jeune homme dans les yeux.
– Oui, je le jure, répondit le jeune homme d’une voix assurée après un instant de silence. Thrista fut surpris par la voix grave du jeune homme lorsqu’il répondit. Le prêtre hocha simplement la tête et se tourna vers Siléna.
– Et vous, Siléna Daastan, fille de Marco Daastan et de Lena Daastan, jurez vous de rester fidèle à la promesse sacrée jusqu’à la fin ?
– Oui, je le jure, répondit la jeune femme quasi-immédiatement. »

Le premier prêtre hocha de nouveau la tête. Thrista aurait juré qu’à ce moment la pièce s’était éclaircie. Le prêtre au brûleur se retira et reprit sa place. Un troisième prêtre s’approcha alors avec un calice en bronze rempli d’un mélange d’eau et d’huile. Le premier fit signe au roi et à la reine ainsi qu’au seigneur Junon de s’approcher.
« Que la bénédiction de vos aînés et de leurs ancêtres scelle cette promesse, ajouta-t-il alors. »

Chacun leur tour le roi, la reine et Stanis Junon tempèrent leur pouce dans le calice et marquèrent la princesse et le futur prince. Puis, les prenant par la tête, ils les embrassèrent sur le front en signe de bénédiction. Le troisième prêtre se retira alors également, laissant cette fois-ci la place à Zani. Ce dernier s’avança avec une longue bande de tissus blanc. Il prit les mains des jeunes gens et tendit celle du prince en avant, paume vers le bas puis, posant celle de la princesse par-dessus, il les enroula délicatement dans le tissus. Il se recula ensuite légèrement avant de parler d’une voix forte pour que tous entendent.
« Cette étoffe symbolise le lien unique et sacré qui vous unit à présent devant les dieux. C’est un lien fragile et précieux, il sera de votre devoir de le préserver et de le renforcer pour le faire devenir indestructible et éternel. »

Zani s’inclina alors respectueusement devant les futurs mariés avant de reprendre sa place sa place. Ce fût enfin au tour des deux derniers prêtres de s’avancer, ils portaient tous deux le lourd coffre en bois d’ébène recouvert de feuilles d’or. Ils le posèrent devant le couple et se reculèrent à l’instar de Zani quelques secondes plus tôt. Le haut prêtre en charge de la cérémonie s’avança vers le coffre et l’ouvrit. Il en sortit une première couronne en ivoire qu’il déposa délicatement sur un coussin bleu marine que lui présentait l’un des deux prêtres porteurs du coffre. Il sortit ensuite une seconde couronne qu’il déposa sur un second coussin tenu par le second prêtre. Refermant le coffre il s’approcha du prince et de la princesse. Il se tourna vers la couronne au saphir et la prit entre quatre doigts, il la déposa délicatement sur la tête de la jeune femme blonde. Il fit de même avec la seconde couronne pour le jeune homme brun.
« Vous êtes les héritiers de la volonté d’Esselia. Vous devrez vivre par ses principes et faire en sorte que chaque âme de ce royaume puisse en faire de même, telle est votre mission en tant que souverains. Il marqua une courte pause pendant laquelle il observa l’audience. A présent, de part les pouvoirs qui me sont conférés par le conseil des six hauts prêtres, et selon la volonté des dieux : dans le sanctuaire sacré qu’est la maison d’Esselia, je vous proclame mari et femme !, acheva-t-il en plaçant sa main au dessus de celles des deux jeunes gens. »

Pendant plusieurs longues secondes il ne se passa rien. Puis une lumière aveuglante envahit le temple, illuminant chaque recoin, faisant entièrement disparaître l’ombre du monde l’espace d’un instant. Lorsqu’elle se dissipa le tissus avait disparu et aux doigts des héritiers on pouvait apercevoir deux bagues d’or, d’argent et de bronze forgés ensembles. Thrista observa ces dernières un moment. De là ou il se trouvait il ne pouvait pas voir tous les détails mais il devinait une excellente finition, une union parfaite de ces trois métaux en un seul anneau. Il aperçut brièvement Hannah en train de ranger sa dague et de se redresser lorsque le blond lui donna un coup de coude pour attirer son attention.
« Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais en tout cas Hannah était prête à agir…, soupira ce dernier en chuchotant. »

Le prêtre alors les mains des mariés dans les siennes et les leva de nouveau bien haut.
« La déesse à béni cette union sacrée. Vive les héritiers, vive les mariés !, s’exclama-t-il. »

Toute l’assistance reprit alors ces mots en cœur en se levant et en applaudissant joyeusement. Les nouveaux mariés et leurs parents se dirigèrent lentement vers l’extérieur du temple, suivis de près par Hannah, Thrista et Todd ainsi que les prêtres et toutes les personnes venues assister à la cérémonie. Lorsqu’ils furent enfin à l’extérieur Siléna et Thédric saluèrent le peuple de la cité qui attendait impatiemment la fin de la cérémonie. Celui-ci n’attendait que cela pour démarrer les festivités et c’est dans une explosion de cris, de sifflements de joie et de nuages de couleur que la célébration du mariage débuta.

—–

Des musiciens, des danseurs, des jongleurs, des cracheurs de feu, des funambules et une myriade d’autres artistes paradaient dans les rues aux côtés des chars que les habitants avaient passé les semaines précédentes à construire, produisant ainsi un festival de son, de couleurs et d’odeurs. Chacun chantait ou dansait, courrait ou riait en voyant passer le défilé en l’honneur des mariés. De gigantesques chevaux, oiseaux, lions et dragons avançaient lentement le long de rues de la ville en crachant des flammes ou battant des ailes. Tous se rejoignaient ensuite sur la grande place et en faisaient le tour en passant devant le jeune couple royal avant de disparaître à nouveau dans les rues de la ville. Du ciel la ville ressemblait à présent à une fourmilière géante qui se serait réveillée de son hibernation. La cérémonie du mariage en elle-même n’avait pas duré plus d’une heure et demi mais à présent venait la grande parade. C’était un rituel et une tradition pour tout mariage royal dans la cité portuaire, la ville organisait un immense défilé de chars et les souverains se devaient d’y participer. Le roi Marco et la reine Lena, accompagnés du seigneur Junon avaient déjà embarqué sur le leur, c’était un char en forme de grand étalon noir. Mais tout le monde attendait impatiemment que le jeune couple donne le départ de la parade en embarquant sur leur char. Lorsqu’un hippogriffe de bois géant coloré de rouge et d’or apparu sur la place la jeune femme blonde se leva et avec l’aide du prince elle embarqua dessus suivie de près par sa garde du corps et de Thrista et Todd. Le couple s’installa sur les deux trônes sur la tête de l’animal, saluant le peuple d’Eneleïa alors que le char démarrait, tandis que Thrista et les deux gardes du corps se tenaient debout un peu en retrait. L’hippogriffe fut accueilli par de nombreux cris de joie lorsqu’il arriva à l’entrée est de la place, Siléna et Thédric se levèrent et saluèrent la foule à mesure qu’ils s’enfonçaient sur la grande avenue. L’étalon noir venait ensuite avec à son bord les deux souverains souriant, puis venait un lion, un gigantesque goéland, un éléphant, un renard et un dragon. Sur chacun d’entre eux se trouvaient des gens, que ce soient des nobles de la cour, de riche marchands ou de simple citoyens de la ville, tous participaient à ce défilé et suivaient les deux chars royaux. En se retournant Thrista pu apercevoir deux des capitaines des vaisseaux Galaediens sur le goéland, il cru aussi reconnaître la femme rousse en grande discussion avec le propriétaire de l’immense renard qui n’était autre que le ministre Horace Vilnius.
Le défilé s’étendait sur plusieurs kilomètres, des dizaines de chars s’étaient à présent joints à celui de la princesse et de son époux à mesure qu’ils parcouraient les rues de la ville. Certains étaient tirés par des bêtes, d’autres poussés par des gens, certains mêmes avançaient grâce à de la magie. Thrista pouvait ressentir la puissance qui émanait du bois et qui l’animait en se concentrant un peu. La file immense parcourait ainsi toutes les grandes avenues de la ville pour annoncer au peuple la bonne nouvelle et marquer le début officiel des festivités qui allaient durer quasiment trois jours. Les chars passèrent successivement par les quartiers est, là où étaient regroupés de nombreux marchands, par les quartiers nord, où se trouvaient les casernes militaires et deux des trois hôpitaux de la ville. Puis enfin par le quartier ouest, quartier d’habitations, où Thrista pu apercevoir l’auberge de Carmen, avant de rejoindre les quartiers en passant par les immenses docks du port alors que le soleil commençait à disparaître à l’horizon. Lorsque l’hippogriffe géant revint enfin à son point de départ le soleil avait déjà à moitié disparu et le ciel s’était assombri, l’après midi était terminé. Le couple descendit et partit en direction du palais après avoir salué la foule une dernière fois, accompagné du roi et de la reine, pour finir les préparations du repas et du bal organisés le soir même. Le seigneur Junon lui repartit de son côté pour régler une affaire urgente d’après ce que Thrista pu comprendre en le voyant s’excuser auprès du couple royal. Il descendit du char avec Todd et Hannah à la suite de Siléna et du prince Thédric et les suivit jusqu’au palais avant de s’excuser à son tour. Le jeune homme ne souhaitais pas attendre au palais l’ouverture du banquet et préféra plutôt aller se promener sur les quais du port en attendant la tombée de la nuit. Il fut rejoint par le jeune homme blond qui avait laissé le soin de protéger la princesse à sa partenaire.
« Je n’en peux plus d’être confiné à devoir suivre la princesse en permanence, non pas que je ne l’apprécie pas, elle est très sympathique, mais le métier de garde du corps n’est pas fait pour moi…, expliqua-t-il à Thrista lorsque celui-ci s’étonna de voir le blond le suivre. Il est temps que ça soit fini, deux semaines c’est bien suffisant à mon goût… »

Todd soupira ce qui fit rire Thrista.
« Je te comprends, je ne pourrais pas faire ça je pense, je tiens trop à ma liberté…, commenta le jeune homme brun alors qu’ils marchaient le long de l’un des docks de chargement des marchandises en partance pour les autres continents.
– J’ai été fou d’accepter ça…, ajouta Todd. »

Les deux jeunes hommes saluèrent alors des marins qui passaient dans le sens opposé au leur.

« Mais bon, il faut bien se nourrir…
– Dis-toi que c’est bientôt fini, le taquina Thrista avec un sourire moqueur. »

Le blond eut un petit soupir amusé mais ne répondit pas à la provocation. Ils passèrent non loin des vaisseaux de la Trinité qui étaient stationnés dans une partie réservée et inaccessible au public du port et remontèrent en direction du palais par une route parallèle à la grande avenue sud. Les étoiles étaient déjà bien visibles dans le ciel, la constellation d’Ystos était étonnamment claire pour une journée de printemps remarqua le jeune homme brun. Elle n’apparaissait en général que lors des plus douces nuits d’été.
« Que comptes-tu faire ensuite ?, demanda soudain Todd alors qu’ils passaient devant le dernier entrepôt marquant la fin de la zone portuaire et le début du vrai quartier sud de la ville.
– Après ce soir ?, demanda Thrista. »

Le blond hocha la tête en signe d’approbation.

« Eh bien je ne sais pas trop encore, je ne compte pas rester très longtemps, deux ou trois jours tout au plus, le temps des festivités, ensuite je pense repartir, voyager vers l’ouest ou le sud, c’est à voir. J’ai encore beaucoup d’endroits à découvrir et de mages à rencontrer pour m’entraîner avant le tournoi, répondit-il. »

Todd hocha de nouveau la tête, l’air pensif.
« Cela fait longtemps que tu voyages ?, demanda-t-il. »

Thrista regarda le ciel un instant avant de répondre.
« Oui, pratiquement deux ans maintenant, répondit-il sans quitter le ciel des yeux. »

Il n’avait plus pensé à Asselia et à la ferme depuis un long moment. Soudain l’image de son père le jour où il était parti lui revint, il l’avait laissé partir sans même un regard derrière lui. Ces souvenirs en rappelaient d’autres plus ancien encore et plus douloureux aussi, des souvenirs qu’il aurait préféré oublier mais qu’il ne pouvait se résoudre à laisser tomber dans l’oubli. Le jeune homme ne put se départir d’une certaine mélancolie durant tout le trajet depuis le port jusqu’au palais, et si le blond remarqua quoi que ce soit il ne posa pas de question, au grand soulagement de Thrista. Il appréciait Todd mais ne se sentait pas du tout apte à répondre à des questions trop personnelles. Ils marchèrent ainsi, discutant de leurs projets, des grandes nouvelles qui circulaient dans le royaume et qui venaient de toute l’alliance. Lorsqu’ils atteignirent enfin le palais ils comparaient les caractères similaires de la princesse et de Hannah à coups de petites moqueries et d’anecdotes dont-ils gardaient tous deux de mauvais souvenirs. Ils montèrent les marches du palais et à mesure qu’ils se rapprochaient de la grande salle ils pouvaient entendre la clameur et le son de la musique qui émanaient de l’intérieur.


Chapitre précédent *-* Sommaire *-* Chapitre Suivant

EoP – Part 121


Echoes of Power

Part 121


Back. And forth. One way and then the other, slowly and gracefully. The blade of grass danced in rhythm with the beats of his heart, slowly swaying from left to right and the from right to left. He could see it as clear as day. His eyes were closed, the sounds around him had all faded into the distance and he could barely feel the soft breeze or the warm sunrays on his face. His concentration was solely directed at his inner self, his thoughts and his feelings were focused on a single image: a lone blade of grass. It was a strange sensation that Alexandre had never quite experienced before. He knew he hadn’t moved from his spot on the grass but it felt like he was somehow floating around, he could still feel his whole body but it felt weightless.

In any other circumstance it would have felt completely to him to say this but at that precise moment it was as if he was one with the grass: floating around lightly and without a care in the world. It wasn’t as easy as he had thought to keep focusing his mind on a single object but somehow he managed to drive away any distraction that came his way for a period of time that felt like hours. He couldn’t say how long it had been however, perhaps even just a few minutes, and therefore he did not dare break his focus in fear of being reprimanded by Damian. The teenager suddenly noticed something peculiar however: as the blade of grass kept undulating it seemed to begin to glow slightly. It was almost unnoticeable, a sort of thin halo running along the border of the plant, however Alexandre couldn’t tell if it was the way he imagined the light around it or if it came from the blade of grass itself.

Just as he was beginning to focus on that strange vision, it disappeared. The teenager felt like he was suddenly pulled backwards, he was falling! He gasped and opened his eyes with a start. He had tried to yell but it had come out as a sharp gasp. His heart was beating loudly as he looked around and he felt beads of sweat roll on his face and arms. The sky was still as blue and as clear as before, the wind blew lightly on the hillside. The only thing that was different was the sun which had risen higher in the sky. Alexandre somehow deduced he had remained in his state of meditation (or whatever that had been) for a bit more than two full hours! As he calmed down his heart, his eyes darted all around, looking for the silhouette of the older man but, after a few seconds and having looked everywhere, the teenager realised that his teacher was gone. He must’ve left while I was deep in the meditation exercise.

“Without even a goodbye or anything…”, he groaned as he stood up.

Alexandre started stretching, taking that time to think about what he should be doing. If he left, does that mean it’s over for today or should I wait for him to come back? The young man was pondering the best option, carefully weighing the possible consequences to the next decision he would make, when he felt his phone vibrate in his pocket. ‘Next week, same place, same time.’ That was all the message said, short and to the point. Even the number was hidden, but Alexandre didn’t doubt for a second that it was coming from Damian.

“Well then…”, he sighed after a few minutes of stretching his stiff limbs.

He ran off towards the city at a slow pace, preferring to warm back up a little before picking up the pace.


Previous – Chapters – Next

EoP – Part 119


Echoes of Power

Part 119


“No.”

Alexandre shivered and corrected his body position for the third time in less than a minute as Damian tried to make him get in an uncomfortable sitting stance. The older man’s voice contained chilling accents and the teenager couldn’t help being affected by them.

“To begin training in the art of Empirium you must first learn the basics and to learn the basics you must first learn how to feel the flow of mana around you. Only when you manage to achieve the minimum requirements I impose on you, will you be able to begin trying to sense the energy circulating all around us. As I said, this training will not be easy.”, Damian said in a flat voice as he circled around the teenager.

The older man was slowly making Alexander correct his posture as he did so.

“Yes master.”, Alexandre replied.

“Quiet. You are not to talk anymore, not until I give you permission to do so again. Listen, learn and apply. That is all I require from you at the moment.”, Damian cut him off almost immediately.

“Now straighten your back, a little bit more… Good. This is the position you will learn to maintain while I teach you this exercise. Is that clear?”, he added as he kept circling his pupil.

“Yes master.”, replied Alexandre after an uncertain silence.

Damian did not speak, simply nodding (which Alexandre managed to guess, even with his eyes closed) and continuing to slowly walk around him. A few minutes passed like this in complete silence. The teenager could feel the warmth of the rays of light hitting his face and the soft wind rustling his hair. He tried his best not to move but he realized this was much harder than he had anticipated, it hadn’t even been ten full minutes (in his estimation) and he already wanted to get up, move his body, stretch his limbs and run around. He had also been able to feel the gaze of the older man fixated on him the whole time despite his lack of words. Finally, as he was feeling his legs getting numb, his teacher spoke.

“Good. Notice how your breathing has become slower and more even, this is proof that you are holding the right position,” Damian said, sounding satisfied, “what I want you to do know is to relax as much as you can, try to empty your mind as much as possible at the same time.”

Alexandre hesitated on whether to react to his master’s words or not, but decided to remain silent and simply do as he said. Moving or talking would mean breaking his position and he was almost sure it wouldn’t be well perceived. He tried relax, though it wasn’t really easy with him natural flexibility (or lack of, to be more accurate), so he quickly focused on emptying his mind. He had already tried a to do a bit of meditation in the past, mostly at the request of his mother and had heard quite a bit about it from her. Sadly he had never managed to completely focus on the task and always ended up distracted. This time was not exception. Each time he tried to focus on nothing in particular, a number of wild thoughts barged to the front of his consciousness. For a few minutes he struggled with it and it must have shown on his face because once more he head his teacher’s voice from his side.

“Stop. I can see you’re not doing this right, you’re going nowhere with this. You mustn’t force yourself to focus on nothing, don’t try to think about a void in your mind, you’ll only drive yourself crazy. That is the worst way to calm down and to clear your thoughts.”, Damian paused and Alexandre heard him walk in a circle around him a few times before continuing. “Exceptionally, and since this is only the beginning, I will give you a chance. Here is a piece of advice, the only one you’ll be receiving from me about this: don’t focus on nothing or on everything, start small. Try focusing on a single thought and work from there. Repetition is the greatest training.”


Previous – Chapters – Next

Tales of Ore – Part 5

Thrista blinked a few times as he finally set foot on the solid ground of the harbor of Eneleïa. The sudden contrast between the cool shade of the clothed gangway and the illuminated docks was almost painful. When he got used to the brightness around him again, the young man was truly able to see the agitation that had taken over the docks and the whole harbor: people were shouting, running and transporting cargo everywhere. Though he had waited for the crowd to thin down a bit, there seemed to be an endless flow of passersby. One of the members of the crew saluted him and wished him an enjoyable stay in the city as he began walking towards the city center, to which he replied with a polite smile and a “thank you”. Slowly, and with great care, Thrista managed to make his way towards the outer rim of the harbor and to enter the eastern district. Passing through the huge building of the customs took much less time than expected, after all this wasn’t his first visit, he had come prepared. Soon he found himself on the other side. The eastern district’s streets were almost as crowded as the harbor itself and he had to smartly and swiftly navigate between waves of people going in every direction.

The young man’s pace was slower than he would have liked but it allowed him to enjoy the sights around him. Multitudes of multicolored pieces of cloth were hanging on the walls and from the balconies, hundreds of people walking all around, dressed in just as many colors. In some larger areas of the streets groups of musicians had gathered and were entertaining an ever-changing audience, small stalls accompanied by their merchants were also visible on the sides, tasty smells emanating from the food they tried to sell. Some chariots, which were being prepared for the great parade during the princess’s wedding, were even exposed here and there, still waiting to be completed. As he slowly progressed towards his destination he took it all in, a living and breathing rainbow of colors, tastes and sounds, animated by music and the city’s inhabitants. Thrista couldn’t help smiling at the memories this brought back.

Once he made it to the northern part of the eastern district the streets got quieter, slowly emptying themselves to leave a less dense flow of passersby. He let out a relieved breath, moving through that huge crowd had been more stressful than he had thought. Fortunately, this wasn’t the first time he came to Eneleïa, contrary to many a tourist, which meant that he knew his way around. Keeping an eye out for thieves was something crucial, a single second of distraction and one would find themselves dispossessed of the most valuable of their goods. He realized, as he had predicted, that the northern part of the city was more quiet than its counterparts. He paused a moment to look around at the indications, making sure he was in the right direction, before resuming his walk. The palace was visible on his left, tall and white in the distance. But his destination for the day was a small tavern a little bit more to the north.

He kept walking through the quieter streets, looking at his surroundings to check if he didn’t recognize something. The sun was beginning to set over the horizon when he finally noticed a few familiar facades, night wouldn’t be long to fall, an hour at most. A wave of warmth spread through his chest, it had been a long journey but he was finally coming back. The city of two worlds was slowly recovering the mysterious and charming atmosphere that had seduced him the first time. Yes, it was indeed time for him to come back. Thrista ran a hand through his short dark hair, taking his hood off at the same time, and let a smile spread on his face. This was where the voyage had begun and this is where it began anew.

Finally, he was back.


Previous PartChapters — Next Part

EoP – Part 118


Echoes of Power

Part 118


The older man hadn’t looked away even once since he had begun his explanation. Alexandre could feel his cold blue eyes fixedly studying his reaction as he listened to him.

“What I am going to teach you,” Damian said after another short pause, “is how to sense, refine and use this energy to make it do your biding. It will not be easy, not even one bit. You will have to work extremely hard, harder than you have to this day, and potentially hurt yourself quite gravely to achieve any result. But if you do, in exchange, you will completely push open the doors to a world you can’t imagine yet, and perhaps you will be able to tread more safely along this path…”

“Now,” continued Damian, “I have already explained to you what geigers -the creatures that attacked you- were, I have given you a few indications about what Empirium is and you have seen for yourself some of what it could do. Do you have any question that you wish to ask before we begin? This is the perfect chance because after this morning, you will do everything as I ask. Though I must warn you: ask only questions that are worthy of answering because I am a firm believer that stupid questions exist!”

Alexandre nodded and remained silent for a while, pondering. He racked his brains in search of potential questions for a few seconds, unsure if he had any that wouldn’t seem stupid to his teacher (he couldn’t help feeling slightly weird at the thought of Damian being his ‘magic’ teacher).

“Yes master, I do have one question.”, he finally said.

Damian looked at him but did not reply, simply staring at the teenager as if silently inviting him to ask it if he dared.

“Why would you decide to show me any of this? You don’t know me so why help me back then? Why not… let me die?”

Alexander almost cringed as he spoke, only barely managing to keep a straight face. The question didn’t seem stupid to him, he wanted to know the reason why someone like Damian would decide to help him. There were a few reasons to that, the main one being that the blue-eyed man in front of him didn’t seem like someone who really cared about others. So why save him? Was there something behind this decision? He looked at his newly found teacher as the man seemed to ponder if his interrogation was worthy of an answer.

“Not bad,” Damian finally said, “that is a passable question so I will answer it.”

The man paused for a moment before continuing.

“It was not because I particularly cared nor because I am usually inclined to do this, I saved you simply because I felt it might be entertaining afterwards. The reason I am offering to train you now is mostly the same: I do this to entertain myself, nothing more. That is why, if I am ever discontent with your attitude or investment in what I kindly offer you, I will simply put a stop to it. So, if you want to learn as much as you can, you have better make sure to keep my interest up… Is that clear?”, Damian said in a casual tone, not looking away once as he spoke.

Alexandre swallowed with difficulty as his teacher went silent again. He had somehow been expecting that, that man wasn’t quite… normal, if that was the word. The teenager had a feeling things were not going to be very pleasant from then on…

“Yes master.”, he finally replied with a short nod.

Damian seemed pleased, or something akin to that, if anything. He stood up, towering over the teenager who was sitting on the ground, as walked behind him.

“Very well then, let us begin. Sit straight and close your eyes!”, he exclaimed, his voice clear but cold.


Previous – Chapters – Next

EoP – Part 117


Echoes of Power

Part 117


“As I am sure you have noticed, there is something different about you, something… unusual, to put it in kind words.” Damian started as Alexandre sat besides him on the grass, “Those creatures that attacked you, they were real. I can assure you that much. You are not dreaming, this is not some hallucination, or delusion of your mind, this is reality. Cold and harsh.”

He paused to look the teenager straight in the eye. Alexandre had to refrain a shiver as he found himself immediately made uncomfortable by the two blue orbs, it felt as if the older man could look directly through him, into the deepest corners of his mind.

“If I hadn’t intervened, you would probably have died. It’s as simple as that.”

Once again he was silent, giving Alexandre time to take it in. If the teenager couldn’t at least come to terms with that then it was useless to waste time on him. At least he seems to be reflecting on that, Damian thought. That seemed a positive sign.

“I- I understand that,” Alexandre replied.

It was true, he did understand the point the older man was making. It had already started dawning on him some time ago and he hadn’t been able to refrain the icy chills since then. What if he hadn’t been there that time? The first time had been pure luck, the teenager still couldn’t say how he had managed to survive it… Plus he had a feeling it wouldn’t be the last time he encountered such strange -and dangerous- things, so he had to be ready, to be able to defend himself. Even if just a little. Damian silently nodded before speaking again.

“What I am going to teach you will not make you invincible, it will not make you strong. You will not learn to bend the laws of our world, at most, and depending on your hard work, you will be able to blur them a little, to curve them slightly. My teachings do not have the goal to make you a superhero or anything close. I will simply be opening your eyes to new possibilities and showing you the potential ways to go. Only you will be able to act upon this new knowledge and explore them. Is that understood?”, he then asked.

“Yes master,” the teenager replied, listening carefully.

“Good,” said Damian before pausing for a short moment as if he was pondering something. “Tell me, what do you know about mana?”, he then asked.

Alexandre furrowed his eyebrows, trying to think about what he knew. He knew that it was something used by video games as a magical energy but that it was based of beliefs and myths about a secret inner energy that could be shaped by one to affect their bodies and the world around them. Apart from the other names it had in different cultures he didn’t know much, though apparently it seemed important for what Damian was about to teach him.

Once again he older man nodded as Alexandre gave voice to his thoughts.

“Yes, you are partly right. Mana, under this name or others, appears in many cultures, mostly in video games nowadays. Why do you think that is? Because there is truth to it, like there is to many of the tales and legends that people tell,” the man in his forties explained. “To an empirist, one who trains in the art of empirium, it is the name of the energy -if you wish to call it that way- that we act upon to bend the laws of this world. It is somewhat akin to fuel that is used to power vehicles. To an empirist it is, to make another analogy, both the paint and the brush that we use to give form to our desires.”


Previous – Chapters – Next

EoP – Part 116


Echoes of Power

Part 116


“You are late,” was the first thing the teenager heard as he approached the man he had met just a few days before.

“Yeah, I know, I’m sorry I-“, he began his reply but was interrupted.

“I told you not to be late,” he heard Damian say, cutting him in the middle of his sentence and

Alexandre looked at the older man, frowning as his surprise slowly passed. He almost grunted. Almost. The only reason he managed to refrain himself from doing so was that he had a feeling that in doing so he would earn himself another snarky remark. He was realizing too late he had been right in his negative premonition a few minutes earlier, almost regretting his decision to have come. Damian’s face was an unreadable mask as he sat on the ground, his blue scarf around his neck and his legs crossed. His hands were on his thighs and he was visibly doing something akin to meditation. The man hadn’t even opened his eyes or moved to greet the teenager even though Alexandre was sure he had heard him approach and recognized him. The light-haired teen was beginning to regret his decision to accept someone like that as his teacher, whatever the odds of him being killed by dangerous creatures in the future…

“Do you regret your decision?”, suddenly asked Damian, still in the same position, as if he had read the teenager’s thoughts.

“Uh…”, Alexandre began, his surprise making him hesitate, “no, no! I don’t regret it, I just…”, he paused again, unsure of what to say.

Damian remained silent, as if he was waiting for his student, inviting him to explain himself. Alexandre’s hesitation didn’t last long though. He had been prepared to anything when he had accepted Damian as his teacher, well, not anything, as he didn’t even know what would happen next, but he knew it wasn’t going to be something ‘normal’… Plus, despite the thoughts that had crossed his mind, he wasn’t ready to die yet and if that weird dude, sitting on the grass in front of him, could help with that he wasn’t going to say no. Plus he wanted answers, he needed answers. Whatever I have to do, he thought as he opened his mouth again, no matter if this is a bad decision.

“I just have so many questions that I don’t know where to begin,” he replied as he walked the few paces that separated him from the strange man who had agreed to tell him about what was going on.

“Alright then!”, Damian exclaimed as he finally opened his eyes, looking at the teenager with his unsettling blue eyes.

“I will answer your questions, that I have promised, but before we begin anything I must ask you, are you willing to let me teach you about the art of Empirium?”, he then said, still looking straight at Alexandre, before adding, “You know why I am asking that, don’t you? This is not going to be easy in the least, learning to read and use the flow of mana will come with a price, do you accept that?”

“Yes.”, replied Alexandre with a nod, not even letting himself a moment to think about it.

He wanted to know and he saw no other way, at least none in which he could keep it all to himself… Damian looked at him silently for a moment, as if he was evaluating the teenager’s resolve, before nodding and standing up.

“Very well. From now on you are my student, I am your master and that is how we will refer to each other. You will do as I say, no question, no complaint, just follow my orders. I will answer your questions, if you have any, when the time comes, that is when I decide so. I will do it then and only then. In the meantime you will know only what you need to know. Is that understood?”

“Yes!”, replied Alexandre, looking straight back.

The teenager saw Damian frown slightly, the man took a few steps towards him, their gaze never breaking off.

“‘Yes master.’, that is how you will reply to me from now on, only in that manner. Once more, is that understood?”

Alexandre almost froze again, the intensity of the gaze was barely sustainable as it became clear he hadn’t been wrong about Damian. This was not going to be easy.

“Yes master.”, he repeated, straightening slightly at the words.

Damian nodded, seemingly satisfied, before sitting back down.

“Now sit, there are things you need to know before we begin…”


Previous – Chapters – Next

The rider in the storm

Image source unknown


Night. The darkest hour. When all hope disappears. Thunder is rumbling, the wind is howling madly. The grass on the hills is bending under the power of the storm. Rain is falling hard on the ground, plundering the earth. A dark shadow is moving. A horse is running, a rider on its back. Running as fast as it can, as if its life depended on it. Running as quick as the wind. He rides, never looking back, hoping they are okay. Praying to reach them in time. The world seems against him; as if the gods were mad at him. As if they had unleashed Hell on Earth. Droplets of water, as cold and hard as ice hits him in the face, rendering him unable to see more than a few meters in front of him.

Lightning strikes, once, twice, giving shape to the shadow of a ghost. A ghost from the past that is catching up on him. He knows he should run away but he can’t. He has to cope with that growing unease growing inside him. They need him! He has to get there at all cost! He has to make it, his steed knows it also. The mighty stallion gains speed, outrunning the heavy gusts of wind. Its mane buzzing frantically as it gains more speed, sparks forming around its legs. Getting bigger and more frequent with each new step. Suddenly it lights up in a thunderous boom, thousands of tiny lighting bolts coming out of its mane and its tail, covering its entire body. It gains even more speed, running so fast it outruns even the heavenly flashes. Cutting through the mad rain, leaving a burnt trail behind it. He runs an impossible race. A race for his friends. A race against time, against himself. A race against death…


Here is a text I wrote some time ago, a scene from one of my stories that I have had in mind for some time.