Soleil couchant

.

Tu es faite de feu et de poussière d’étoile,

Tu es faite d’émeraude et d’ichor,

Le monde est ton pinceau et tu en es la toile,

Chaque minute est ta scène, chaque endroit ton décor;

Et je suis spectateur de cette symphonie

Qui joue de mon battant et de mes insomnies.

Derrière le projecteur je trace les ombre chinoises,

Saccadées, indistinctes, trépidantes et sournoises.

Par chance quelque fois, ou par jeu du destin,

J’aperçois les fils qui tirent les ficelles

De l’ode captivante que tu danses pour les cieux.

Tu es le lion et la vie est ton festin,

Mais parfois tu trébuches, tu chancelles

Sous le poids de ce cadeau des dieux,

Et dans le miroir où chacun y perd un peu de soi,

Du doigt les formes touchant,

Doucement tu souffles une vieille oraison.

Parfois, parfois, c’est toi qui m’aperçoit,

Et alors ta crinière de soleil couchant

Coule sur ma peau comme le jour sur l’horizon.

.


Pour insertion.