The Shore

The waves had carried the small boat to the shore. She didn’t know where it could have come from but somehow it felt it had arrived right where it should be. As she approached she noticed the young man, lying in it, his face pale and his side bloody. His breath was ragged, his skin was cold and yet he was obviously burning with fever. He was dying. She knew it immediately. He was dying and there was nothing she could do. Nothing to save him at least, but perhaps she could ease his pain. The heavy wrinkles were unmistakable traces of the suffering. They were not scars and yet they were, momentary scars of the turmoil that went on inside. He was dying and she wanted to help.

How she managed to make her voice carry to the castle she couldn’t say, all she knew is that it had and somehow the guards had found her. She had given orders and the young man had been carried to a room in the high tower, her room – she would sleep in her sister’s, it was long unoccupied anyway. Her father had come with the doctor, finding her on her knees, by the large bed, lost in her patient’s form. Her patient he was now, for even after the doctor repeated the words she had already formulated in her own mind, she insisted that she would nurse him. Perhaps not back to health but at least to a more painless death. She would nurse him if none other would try, even if were to fail, even if he died. He wouldn’t die though, she could feel it. Or at least she hoped so with all her heart, day and night, by his side, she hoped and hoped. She would not stop hoping. She simply could not. Even thought she knew perfectly well that she didn’t know him, he was nobody to her, but she had found him on the beach and thus it had become her duty to take care of him.

Day and night. Night and day. Day after day. Week after week. For months she remained by his side, only leaving to attain to the basics of her status as the castle’s lady and to sustain her self. A full moon came and went and he remained bed-ridden, shivering with cold and burning up at the same time, unresponsive but breathing. He was alive. Alive weeks after the short time the doctor had given him, alive in spite of all common sense. Hanging by a thread of sheer willpower, or luck, or divine clemency – she could not say – and taking in breath after breath, each ragged and difficult, but taken in nonetheless. Finally, one fine morning, as winter began to melt upon the world and the sun rose to the east, after refusing to go away for so long, the wound at his side finally shed its last bloody tear.

No matter the cataplasms, the potions or the spells, nothing had worked, it had kept spilling the life out of him, each day annulling the care that the lady had put into treating and keeping the young man on the edge of the last breath. Nothing had worked. It was cleaned, disinfected and stitched shut each night, and every morning it would be found open again, spewing blood. Not profusely but never a small enough amount to hope for him to recover. However, that one morning it had stopped, after hours upon hours of sweat and prayers, after days of struggling and nights of wakes, as the young woman woke up she saw no blood. It had refused to close, the deep and fateful cut as fresh as on the first day she had laid eyes on him, but bleeding no more. The day had passed and although his state had not changed in any way, it had not gotten worse. Then came night and then day again, with no sleep on her part, no rest for her weary heart and mind, which over time had grown accustomed to his uneven breathing and the boiling chill of his skin.

It was on the first light of the next day that the countless prayers she had thrown into the air, all the hopes she had kept afloat for so long, for the first time, crystalized into something beautiful. A single tear, running from the corner of the eye to the corner of the mouth. It glided soundlessly on the pallor of his skin, stopped only by her finger as she ran it on his cheek. Awestruck, she had seen the water collect and the power of gravity slowly do its deed as it attracted the painful rains to the ground. She could barely believe it but, refusing to let this miracle be lost, she let her hand shoot to his cheek without a second though and collected the living pearl. Reflexively, as her fingers touched the cold and gruff surface, she let them keep contact and run further, along the hill of his cheekbone to the ledge of his jaw line. A small beard had begun growing again and the fever had kept him at the edge of freezing and boiling, and yet, under her finger, nothing had ever felt more soft.

Still in the most complete of silence, a small wind began to blow through the half-open window and sunlight poured in over the bed. Suddenly, the world seemed to halt as she felt it. It was lightning quick and softer even than the songs of birds outside, yet she had felt it. As clear as she saw the tear run along her finger now and as strongly as she heard his ragged struggle for life, something she felt she had not in an eternity. A heartbeat. A single, solitary heartbeat, lacking strength, lacking its ever-present echo, but a heartbeat nonetheless. There, in the morning-lit room, where the dead man had kept bleeding for so long, and where silence reigned unchallenged, her shoulders began to shake…


The scene where it all begins again.

In a part of the story inspired by an old legend.

Advertisements

Butterfly

.

Their cries echo so far away

And I smile under this bright day,

I can hear them in the distance;

Despite this heavenly burden,

Unwavering, I keep my stance,

For this moment is my guerdon,

The sole goal of my existence,

That is the path I have taken

With fortitude and unshaken

Despite my father’s insistence,

I have succeeded in this quest

Throwing away my subsistence,

How it feels numb to be the best;

I can see her in the distance

As I kneel back down on the ground,

She cries but I can hear no sound…

.

Ombre & Plumes – 12 – Essayage royal

Résultat de recherche d'images pour "cloitre"


D’ombre et de plumes

12

Essayage royal


Alors qu’il arrivait près de la jeune femme blonde et de l’homme aux cheveux blanc Thrista salua discrètement Todd et Hannah de la tête. Cette dernière lui lança un bref regard mais Thrista décela la noirceur qui s’y cachait encore. Il ne l’aurait pas avoué si on lui avait posé la question mais il réalisait qu’il prenait un certain plaisir à énerver la jeune femme brune. Il n’y avait aucune raison particulière à cela sinon qu’il trouvait cela étrangement satisfaisant de tester les limites de sa patience. Il s’arrêta à quelques pas de la princesse, sur la gauche de l’homme et attendit qu’elle le salue avant de la saluer à son tour. Siléna et son interlocuteur se retournèrent tous deux vers Thrista presque immédiatement.

« Ah Thrista ! Je suis contente de te voir !, s’exclama la princesse, gratifiant le jeune homme d’un léger hochement de tête auquel ce dernier répondit en s’inclinant.

– Moi de même chère princesse, répondit le jeune homme.

– Je ne crois pas que tu connaisse messire De Guidre, il est capitaine de l’un des trois vaisseaux de l’armada Galadéenne. »

L’homme aux cheveux blanc s’inclina alors à son tour et tendit une main que Thrista serra.

« Messire De Guidre, j’ai l’honneur de vous présenter Thrista Daener. C’est l’un de mes plus ancien et fidèle ami. Il est aussi le fils d’Ellias Daener, l’un des plus illustres gardiens du royaume. »

Thrista sourit légèrement, il était reconnaissant envers la princesse de le présenter ainsi. Il n’aimait pas se vanter de ses origines mais dès qu’il donnait son nom on voulait savoir s’il avait un lien de parenté avec « le grand » Ellias Daener. Cela avait eu pour effet de le décourager de se présenter complètement, il préférait en général ne donner que son nom, surtout aux militaires car ceux-ci ressortaient alors des tréfonds de leur mémoire tous les détails qu’ils connaissaient de la vie de son père. La princesse avait su comment s’y prendre, le présenter comme son ami avant d’annoncer sa parenté avec Ellias Daener permettait d’atténuer grandement le nombre de questions, recentrant la conversation sur l’amitié du jeune homme et de Siléna plutôt que sur son lien de parenté avec son père. Au grand soulagement de Thrista le vieil homme sourit simplement à la mention de son père et ne posa pas de question.

« Ah oui ! Je le connaissais peu mais, bien que cela ne fasse pas toujours plaisir à entendre, je vois la ressemblance. Vous avez une présence très similaire, remarqua De Guidre ce qui fit sourire les deux jeunes gens.

– Oui, je m’entends souvent dire que je lui ressemble. Cela ne me déplait pas mais il est vrai que ce n’est pas toujours réjouissant. Et vous maître De Guidre êtes donc l’un des capitaines de la flotte de Galaeda ?

– Tout à fait, je suis le capitaine de l’Archéniss, le meilleur des trois vaisseaux de l’armada !, répondit l’homme aux cheveux blanc en rigolant.

– Je ne crois pas que le capitaine du Leïkan soit du même avis, rétorqua Thrista un sourire aux lèvres. »

Le vieil homme eut un petit sourire à cette remarque.

« Non, en effet, acquiesça-t-il. Vous avez donc pu rencontrer Irina ?

– Non, je n’ai pas eu l’honneur de la rencontrer directement, mais j’ai eu la chance de croiser son second lors de la traversée et d’après ce qu’il m’a dit j’en ai déduis qu’elle est très fière de son vaisseau.

– Ah, ce cher Jacob, il à la vie dure le pauvre ! Oui, Irina Evinsky est la première femme à être devenue capitaine de l’un des trois bateaux de la flotte, elle en est très fière. Mais elle a aussi de quoi, c’est une très bonne capitaine et navigatrice !, expliqua le capitaine de l’Archéniss souriant toujours.

– La première seulement ?, s’étonna Siléna. Aucune autre femme n’y était parvenue avant elle ? »

De Guidre se tourna vers la princesse.

– Non, malheureusement aucune avant elle n’avait réussi à obtenir ce poste. Mais le capitaine Evinsky a du caractère et elle a passé toutes les épreuves qui se dressaient devant elle avec brio. Elle fait une très bonne addition à notre flotte.

– Evidemment, une femme apporte toujours du positif !, avança Siléna avec ferveur. »

Le vieil homme rit de bon cœur et approuva la jeune princesse.

« Tout fait chère princesse, ou du moins sa présence nous empêche de dire le contraire, répondit-il avec un clin d’œil. »

Ce fut au tour de Thrista et de la princesse de sourire à cette remarque.

« Attention à ce que vous dites messire De Guidre, l’une d’entre elles pourrait vous entendre…, le mit en garde Siléna. »

Le capitaine rit à nouveau avant de s’excuser.

« Veuillez m’excuser à présent mais, malgré tout le plaisir que j’ai a discuter avec vous chère princesse, le devoir m’appelle et je me dois de retourner à mon navire pour surveiller l’avancement des préparatifs. Je vous souhaite tout le bonheur du monde, à votre famille et au peuple de cette magnifique cité. A une prochaine fois peut-être. »

Il s’inclina devant la princesse puis devant Thrista.

« Et vous jeune homme bonne chance, même si le chemin n’est pas de tout repos il faut continuer à aller de l’avant. Passez le bonjour à votre père de ma part lorsque vous le verrez. »

La princesse le salua de la tête et le jeune homme s’inclina légèrement à son tour avant que le vieux capitaine ne fasse demi tour et se retire.

« Au revoir messire De Guidre, au plaisir de vous revoir !, s’exclama Siléna alors que l’homme s’éloignait. Elle se tourna ensuite vers Thrista. Tu n’imagine même pas le nombre de personnes ennuyeuses que j’ai dû saluer et auxquelles j’ai dû sourire et faire des courbettes ce matin…, soupira-t-elle.

– Tu n’avais pas l’air de t’ennuyer avec le capitaine De Guidre pourtant, la taquina Thrista. Mais heureusement que j’arrive alors, ajouta-t-il avec un sourire narquois.

– Ne te crois pas aussi intéressant que cela cher ami, tu vas prendre la grosse tête ! Mais je dois dire que ça fait du bien, la salle du trône était pleine à craquer au lever du jour. Je vais enfin pouvoir prendre une pause, la première de toute la matinée, et me reposer. Viens avec moi, marchons un peu, ajouta-t-elle avant d’entraîner Thrista à l’écart dans l’un des couloirs secondaires. »

Elle fit signe à ses deux gardes du corps avant de disparaître.

« Je leur indique qu’on sort, Père a menacé de me m’interdire toute sortie du château pour les dix prochaines années si je sortais encore sans être accompagnée avant le mariage…, expliqua la jeune femme devant le regard interrogateur de son ami. »

Ce dernier sourit à cette remarque en imaginant très bien le roi essayant de raisonner sa fille et devant en venir à des menaces pour se faire écouter.

« Je vois, dit-il simplement. Et où allons nous alors ?

– Me préparer pour mon mariage évidemment !, s’exclama la jeune femme. Mon futur époux est sûrement déjà en train de se préparer, il est temps que moi aussi je m’y mette. J’ai quelques derniers essayages à faire pour ma tenue.

-Très bien, je te suis alors, acquiesça Thrista. Mais, d’ailleurs, pourquoi n’était-il pas là ce matin, ton cher futur mari ?

– Mon cher Thrista, après tout ce temps passé à courir dans les couloirs du palais n’as-tu rien appris des traditions de Tébor ? Aujourd’hui est un hommage à l’héritière du royaume en honneur de son mariage, c’est-à-dire à moi. C’est seulement demain soir, après la cérémonie, que les hommages en l’honneur des mariés auront lieux. Et je vais encore devoir faire des courbettes à de nombreux hypocrites… Siléna soupira. Au moins je serais avec Thédric, ça devrait faciliter ces longues heures. Peut-être que je m’amuserais même un peu, qui sait ?, ajouta-t-elle avec ironie.

– C’est ton mariage Siléna, essaye d’en profiter, ça n’arrive qu’une seule fois. Enfin ça dépend pour qui…, dit Thrista. Et si ton prince est aussi charmant que cela il saura quoi faire. Sinon, je suis désolé de te le dire, mais c’est un imbécile…

– Eh !, s’exclama la princesse en donnant un coup de coude au jeune homme qui se mit à rire.

– Excusez-moi princesse…, répondit Thrista en s’inclinant jusqu’au niveau du sol. Cette réflexion était tout à fait inappropriée de ma part et j’en suis désolé. Mais c’est tellement drôle de te voir défendre ton âme sœur avec autant de passion !, ajouta-t-il avant de s’écarter précipitamment en riant lorsque que la jeune femme tenta de lui asséner un second coup.

– C’est ça ! Cours parce que si je t’attrape… !, alors que le jeune homme s’éloignait en parcourant le couloir à grandes enjambées.

– Si je puis me permettre, ce n’est pas digne d’une princesse de se comporter ainsi en public !, s’écria le brun alors qu’il disparaissait dans la cours intérieure du palais. »

Celle-ci était construite sur le modèle d’un cloître mais de taille bien plus grande et était ornées d’arbres, de statues et d’une fontaine en son centre, sur le même principe que les jardins. Le jeune homme avait juste eu le temps de voir le regard amusé de Todd, qui les suivait en retrait accompagné de son binôme, avant de se retrouver à l’extérieur. Lorsqu’il vit enfin arriver la princesse et ses deux gardes du corps il était assis sur le rebord de la fontaine et admirait la statue d’un des premiers rois de Tébor accompagné d’un oiseau de proie. La jeune femme blonde était rouge et lui lança un regard meurtrier qui signifiait sûrement « Tu ne paie rien pour attendre ! », mais qu’il préféra interpréter comme « On ne s’assoit pas sur le rebord de la fontaine ! ». Il se leva donc et alla rejoindre Siléna qui se dirigeait déjà vers l’autre côté de la cours.

« J’ai comme l’impression que j’ai provoqué le courroux de sa majesté…, chuchota Thrista au blond avec un sourire complice alors que celui-ci arrivait à son niveau. Pourtant je ne vois pas ce que j’ai bien pu faire… »

Celui-ci lui répondit par un haussement d’épaules et un petit sourire amusé avant de lui emboîter le pas à la suite de la princesse. Thrista croisa brièvement le regard plus sombre et désapprobateur d’Hannah à l’intention du blond et de lui-même et ne put s’empêcher de sourire, ce à quoi cette dernière soupira et détourna le regard. Le jeune homme rattrapa la princesse et marcha en silence à ses côté pendant un moment le long des immenses couloirs du palais avant de reprendre la conversation.

« Où allons-nous alors ?, demanda-t-il enfin en évitant de nouveau un coup de coude de la jeune femme. Mais je n’ai rien dit cette fois !, s’exclama-t-il.

– Mesures préventives, répondit simplement la blonde avec un sourire sarcastique. »

Elle s’arrêta devant une grande double porte pour répondre au jeune homme avant de les ouvrir d’un mouvement sec.

« Et pour ton information, nous allons dans les ateliers du palais, je dois aller me changer. Je te rappelle, au cas où tu l’aurais déjà oublié, cher ami, qu’aujourd’hui est le dernier jour de préparatifs avant mon mariage… »

Ils entrèrent dans une large salle où une dizaine de femmes s’affairaient autour de nombreux tissus et étoffes. Des coffrets de bijoux occupaient chaque centimètre carré restant des trois tables disposées dans la pièce. Seule une ou deux d’entre elles se retournèrent à l’entrée de la princesse et la saluèrent avant de se focaliser sur les étoffes à nouveau, ce qui ne sembla pas déranger cette dernière et ce qui n’étonna pas Thrista. Depuis le temps qu’elles la côtoyaient, les couturières avaient dû s’habituer à ses exigences familières en matière d’interactions, de gré ou de force.

« En parlant de mariage…, le jeune homme fouilla dans sa sacoche et en sortit une boite en bois rectangulaire, j’ai oublié de te donner ça tout à l’heure. »

La jeune femme le regarda un instant, la curiosité pouvant se lire dans son regard, puis pris la boite et la posa sur une petite table basse qui était dépourvue de tout objet.

« Merci, dit-elle avec un sourire avant de se diriger vers l’une des femmes se trouvant dans le fond de la pièce. Je le mets ton cadeau de côté, je l’ouvrirai plus tard si cela ne te dérange pas. On dit qu’il n’est pas bon de trop vouloir se précipiter dans ce genre d’événements. »

Elle lui tira la langue puis se tourna vers une femme âgée habillée d’une tunique pourpre.

« Madame Angelis, on m’a dit que vous aviez besoin de ma présence. Dites moi où vous en êtes. »

La femme se retourna et salua la princesse avant de la conduire vers l’une des trois tables se trouvant derrière elles.

« Mes hommages princesse. Votre robe est prête, il ne vous reste plus qu’à la porter pour que nous puissions faires les derniers ajustements nécessaires. »

Elle désigna une large pièce d’étoffe blanche et bleu marine reposant au centre de la table.

« Bien, allons-y alors, je préfèrerais que cela soit terminé au plus vite… Je n’aime pas les essayages…, répondit la princesse avant de se diriger vers un grand rideau beige dressé au centre de la pièce.

« Ma dame, ne voulez vous pas faire sortir ces jeunes gens d’abord ?, demanda la femme en désignant Thrista, Todd et Hannah.

– Non, ce sont mes gardes du corps personnels et un ami d’enfance, ils peuvent rester s’il ils le désirent. Je leur fais confiance pour qu’ils se tiennent correctement.

– Bien Ma Dame, elle s’inclina puis se tourna vers les autres femmes. Bien, nous avons peu de temps alors mettons nous au travail !, s’exclama-t-elle en frappant dans ses mains. »

Chacune des femmes présente connaissait son rôle parfaitement, pas une n’hésita avant de se mettre au travail, choisissant les étoffes et les bijoux nécessaires avant de disparaître derrière le rideau. Hannah alla se poster près de la porte d’entrée, s’appuyant contre le mur. Todd lui alla s’asseoir sur l’un des bancs en bordure de la pièce et Thrista vint le rejoindre. On pouvait entendre les courtières s’affairer derrière le rideau, la voix de la femme âgée donnant des ordres, prodiguant des conseils et s’informant des préférences de la jeune femme pour sa tenue.

« On dirait qu’elle me fait la tête, elle n’a même pas regardé mon cadeau plus de quelques secondes avant de le mettre de côté, dit-il après s’être assis sur la gauche du jeune homme blond. »

Celui-ci sourit à nouveau à cette réflexion.

« C’est le moins que l’on puisse dire. Mais cela ne devrait pas durer, elle à bien d’autre choses à penser en ce moment qu’une simple querelle avec un ami… Et puis, si je peux me permetre, au vu de son attitude depuis hier, je ne pense pas qu’elle t’en veuille beaucoup, elle te fais marcher.

– Je n’en suis pas si sûr, soupira Thrista. Même dans les pires situations elle sait se rappeler des choses les plus insignifiantes. Elle saura me le faire payer en temps voulu.

– Espérons que le futur prince saura la raisonner et tempérer son caractère…

– Il est vrai qu’elle a beaucoup changé depuis la dernière fois que je l’ai vue mais ça m’étonnerait… Enfin bon, je survivrai. Il faut juste que je trouve un moyen de me faire pardonner. »

Thrista lança un regard en direction du rideau, se rappelant les quatre cent coups que lui et la princesse avaient fait plusieurs années plus tôt, avant de reprendre la parole.

« D’après ce que j’ai cru comprendre ce Thédric Junon à l’air d’avoir un caractère plus calme et réfléchi que la princesse. Je n’ai pas grand espoir que cela la fasse changer radicalement mais qui sait… Peut-être qu’elle en oubliera mon affront de ce matin…, dit-il avec un petit rire amusé. En tout cas, Siléna à l’air de beaucoup l’apprécier. C’est plutôt bon signe.

– Vous vous connaissez depuis combien de temps ? Si je puis me permettre, demanda Todd.

– Je l’ai rencontrée pour la première fois alors que j’avais à peine sept ans. Mon père a été chargé de plusieurs missions pour le roi au cours des années et, lorsqu’il était parti en voyage, je séjournais ici, au palais. Ça a pris quelques temps mais nous sommes devenu de bons amis Siléna et moi. C’était elle la plus casse cou de nous deux, toujours à vouloir aller plus loin et elle refusait d’écouter qui que ce soit excepté elle-même. Cela fit sourire Todd. Elle est restée très indépendante très longtemps, toujours à s’éclipser du château et à mener la vie dure à ce pauvre Oscius. Même depuis tout à l’heure, depuis que je l’ai vue discuter avec Messire De Guidre, je ne peux m’empêcher de le remarquer. C’est subtil mais le changement est bien là. Bien sûr elle ne se laissera jamais dompter, la preuve avec son escapade d’hier qui, vu votre réaction, ne devait pas être tout à fait prévue ni organisée, mais j’ai l’impression qu’elle mesure plus le poids de ses actions. Je me demande si ça à un lien avec sa rencontre avec le futur prince…, ajouta Thrista, pensif.

– C’est possible, acquiesça Todd.Heureusement que j’ai l’habitude de faire avec les personnes têtues, chuchota-t-il en faisant un signe imperceptible de la tête vers sa coéquipière.

Le brun se contenta, pour toute réponse, d’afficher un sourire amusé hochant la tête. Todd et lui se mirent à rire silencieusement. Ils attirèrent les regards noirs de la Dame Angelis, par derrière le rideau, et d’Hannah, dont ils sentirent le froid dans leur dos.

« Et vous, comment en êtes vous arrivé à être gardes du corps de Siléna ?, demanda alors Thrista.

– Hannah et moi voyageons ensemble depuis un certain temps déjà. Pour découvrir le monde et nous entraîner à l’art de l’empirium. »

Thrista acquiesça.

« Oui, c’est bien ce que je pensais. J’ai senti son énergie magique quand Hannah m’a surpris dans les jardins du palais, dit-il.

– Oui. Excuse là pour ça, elle à tendance à prendre ses missions trop au sérieux…, répondit le blond en souriant l’air gêné.

– Aucun problème, elle ne faisait que ce qui lui était demandé. Thrista écarta l’incident d’un geste de la main. Et vous voyagez dans toute l’alliance ?, demanda-t-il.

«  Oui, nous parcourons l’Alliance à la recherche d’autres mages pour s’entraîner et de temps en temps nous offrons nos services en échange d’argent ou de nourriture.  Nous sommes arrivés en ville il y a trois semaines et nous avons appris que le roi cherchait des gardes du corps pour la princesse. Il a été convaincu lorsqu’on lui à montré ce qu’on pouvait faire.

– Il pensait sûrement qu’avec vous et vos capacités la princesse serait plus en sécurité.

– Sûrement oui. Nous sommes censé la protéger jusqu’à la fin de la semaine, après le mariage. Ensuite, eh bien, nous partirons sûrement vers le sud. Il y a quelqu’un à qui je dois aller rendre visite là bas.

– Et vous allez participer au prochain Tournoi ? Thrista vit Todd froncer imperceptiblement les sourcils à la mention du Tournoi des Sages mais ne releva pas.

– Je ne sais pas encore, commença le jeune homme blond. Hannah aimerait bien y aller, moi aussi, mais de là à y participer rien n’est décidé. Et puis, avec toi comme adversaire, ce ne sera pas simple…, ajouta-t-il alors que son sourire revint. »

Le brun sourit également à cette remarque.

« Oh je n’en suis pas encore là !, s’exclama-t-il. J’ai encore beaucoup de choses à apprendre. Mais j’espère vous y croiser tous les deux si j’y arrive moi-même. »

Todd hocha la tête.

« Alors je vais y réfléchir, répondit-il. »

Les deux jeunes hommes discutèrent pendant l’heure qui suivit, partageant leurs expériences de voyages et leurs impressions de la princesse. Thrista remarqua que la jeune femme blonde et la dénommée Hannah se ressemblaient sur plusieurs points. D’ailleurs, elle n’avait pas bougé depuis tout ce temps, remarqua-t-il en jetant un coup d’œil vers la jeune femme brune. Elle était toujours adossée au mur dans la même position, les yeux fermés. Quelqu’un de non initié à la magie aurait pu penser qu’elle se reposait ou même dormait mais Thrista remarqua qu’elle méditait, son esprit était replié sur lui-même et elle semblait ne pas être dérangée par les bruits provenant de la préparation de la princesse. Ni le bruit des outils de couture, ni les réflexions des femmes ou les jurons de la princesse ne semblaient la déconcentrer. Au bout de trois quarts d’heure de discussion vieille femme émergea enfin de derrière le rideau. Elle se dirigea vers Thrista et Todd et ces derniers relevèrent la tête.

« Je suis désolée messires, mais cette fois je vais devoir vous demander de bien vouloir sortir. La princesse doit essayer sa nouvelle robe et, comme le veut la tradition, personne autre que nous ne doit la voir avant la cérémonie. »

Todd se leva et se dirigea vers sa coéquipière mais Thrista s’adressa à la princesse.

« Es-tu sûre ?

– Certaine !, lui répondit la voix de la princesse depuis l’autre côté du rideau. »

Il sourit, sachant pertinemment que la princesse ne les congédiait que pour en finir avec les préparatifs, il s’inclina alors vers femme âgée.

« Dans ce cas Dame Angelis je me retire. Merci de nous avoir autorisés à rester. » Ce à quoi la femme le salua de la tête avant de se retourner et de se diriger vers le rideau. Il s’adressa ensuite de nouveau à la princesse avant de se diriger vers la sortie.

« A tout de suite votre altesse. »

Thrista rejoint Todd et Hannah au niveau de la porte et fit signe au jeune homme de le suivre.

« Ne vous inquiétez pas, tout va bien. Il ne faut pas contredire les ordres de la princesse.

– La tradition veut qu’aucun homme ne voie la princesse avant le début de la cérémonie. Je ne suis pas un homme, je reste au cas où, déclara la jeune femme brune.

– Hannah !, commença Todd, mais Thrista intervint avant qu’il ne puisse contredire sa coéquipière.

– Non, c’est bon. Elle peut rester si elle le souhaite. Après tout il est vrai que la tradition n’impose pas aux femmes se retirer. »

Todd regarda Hannah pendant un cours instant, le regard de cette dernière ne vacilla pas, puis levant les mains en signe de défaite il soupira.

« Bien, alors allons y. »

Ils se dirigèrent donc tous deux de nouveau vers la cours intérieure après avoir refermé les doubles portes derrière eux.

« Je n’y crois pas !, s’exclama le blond une fois qu’ils furent arrivés au niveau de la fontaine. Elle n’en fait qu’à sa tête…  C’est vrai que notre mission est de protéger la princesse mais quand même, elle prend tout trop au sérieux je trouve… »

Thrista sourit à ces mots.

« Ne t’inquiète pas, tant qu’elle ne ralentit pas la bonne marche de l’essayage en organisant une fouille de dernière minute, ce qui lui vaudrait les foudres de la princesse, tout devrait bien se passer.

– Elle en est bien capable malheureusement…, s’esclaffa le blond. »

Ils marchèrent alors dans les allées du petit jardin intérieur, profitant de la fraîcheur de l’ombre que projetaient les arbres et discutant de leurs différents projets pour la suite. Ils aperçurent parfois quelques servants et gardes qui s’affairaient aux préparatifs mais dans l’ensemble cette partie du palais était calme. Tout le personnel devait déjà être à son poste en train de veiller à ce que tout se passe bien bien lendemain. Une autre heure s’était écoulée lorsqu’ils virent enfin la princesse, suivie de près par Hannah, ressortir de l’atelier en soupirant bruyamment.

« Je sature ! Il est vraiment temps que la cérémonie commence ! Plus vite ce sera passé, mieux ce sera…, s’exclama-t la blonde en les rejoignant. »

Thrista ne put s’empêcher de pouffer légèrement de rire, ce qui eut pour effet de lui valoir un autre regard noir de la part de celle-ci.


Chapitre précédent *-* Sommaire *-* Chapitre Suivant

Prince

.

I have travelled the lands

And seen the truth of life,

Men are grasping at strands

Of hope to escape strife,

Look at you, poor creatures,

All barely surviving,

Such sad, weary features,

None is truly living.

But I, I the new Prince,

I have had a vision:

End your indecision

That you should have long since,

For it is consuming

Your hearts from the inside

And no matter the stride

You will feel it looming…

.

Daily Prompt: Mystical

The god of the well


He looked back up at the woman dressed in a deep-violet-colored robe, unsure if he had heard well.

“You must undress before you enter the water”, she repeated with a flat voice.

A light breeze was flowing making the thin cloth flutter around her body and her short raven-colored hair ripple in waves. Her emerald eyes however were fixed on him and did not waver, he felt that she was somehow peering directly into his soul.

“The guardians of the lake will not be pleased to meet you if you are tainted with earthly possessions, one must enter pure of body to hope to have a chance to communicate with them”, she added .

Her voice echoed around them against the stone and mud walls, reverberating infinitely in his ears. He knew she was serious but he couldn’t help being a tad unwilling to comply. Being naked in front of her was the least of the reasons he could think of: the air was cold, he could see the small clouds of steam coming out of his mouth each time he breathed, and he was sure the water would be even colder. What really bothered him however was the idea of leaving his equipment behind, he knew enough to not blindly trust the sorceress nor the guardians and yet he had to do this without any means to defend himself in case something happened… He looked up at the sky, only partially visible even through the gigantic opening. The myriads of stars paled against the brightness of the Rift’s bluish glow that illuminated the aethers. The night was dark, as dark as it could have been. Apart from his breathing and the slight rustling of the clothes, everything was silent, even the water, as if nature around the lake had gone to sleep.

“You have to decide soon, traveller. The spirits will not be patient indefinitely…”

He turned to her once more, her pale face reflected the bluish gleam of the night, before setting his eyes on the dark body of water. It was even darker than the sky, barely reflecting the scar on its ink-black surface. Unmoving, its calm stillness not even disrupted by a single ripple, it seemed like black mirror made of onyx, darker than darkness itself, barely visible to the human eye as if it sucked in all the light around. He had never seen such a sight. He had never felt such a thing either. He could feel its cold presence emanating from the darkness and saturating the whole space. He knew he had to go in, not out of duty or necessity but, for once, out of curiosity. He had to. If he didn’t then he would never know… But if he did… The thought made him shiver. He felt like a butterfly flying towards a bright fire, blinded by the light and not realizing it would burn itself.

The stillness of the black body of liquid in front of him was eerie, but it wasn’t that or the freezing temperature that covered his skin with goosebumps. No. It was the things he had heard about it, about those who had tried such a thing before him. Tales of madness and death, crippling pain of unimaginable proportions and visions that would shatter more than one sane soul. Plus the look the robed woman was shooting at him wasn’t reassuring one bit. He took a quick glance at her once again, his dark gaze meeting her emerald one. Her face betrayed no emotion but he could have sworn he had seen the shadow of a smile flash through her eyes. Even the resemblance was eerie… But he couldn’t be thinking about that right now. He took in a deep breath and steeled his resolve.

He might have seemed calm in appearance but, as he began undressing himself, his heart was racing and his mind was in overdrive. What if something happened? Would he be able to react in time? Would he even know how to react? Slowly he took each and every piece of cloth on his body off. He felt his cheeks burn as he started undressing. The fresh breeze on his skin made him shiver. Finally, once he found himself in nothing but his underwear he looked at the sorceress again.

“You are on the right path, traveller…”, she commented with a smirk.

He sighed, knowing she was enjoying every bit of this, that she would not advert her gaze and that it was useless to try to cover himself for it would remain intently fixed on him. Finally he took the last piece of cloth off. Once it was done he felt completely vulnerable, more than he had ever felt in his life. And he couldn’t be sure it was because of what he was going to attempt… He took off the necklace around his neck and carefully places the silver pendant on the top of the pile of clothes. If he had been less worried he might have chuckled at the slightly ironic sight of the finely designed butterfly. He then turned towards the lake. He sighed once more before taking a tentative step towards the dark and completely still body of water, feeling her gaze on himself with every step.

As his bare foot touched the cold water it sent a unique ripple throughout its surface. The breeze got stronger as he began entering the water. He clenched his jaw and wondered what he would find on the other side, trying his best to take his mind of the freezing temperature. It took him an eternity to reach a waist-level depth but as soon as he did he felt an intense wave of magic hit him at full force. It surrounded him and grasped his body and mind like a vice. He tried to stop it, to resist, almost backing out of the lake, but found himself unable to keep control over his limbs, they wouldn’t respond to him anymore. He knew his will to be strong but against such a quick and powerful aggression, and having to face the freezing temperature of the lake, he had not been able to react in time.

He cursed himself for his carelessness, barely halfway in and he was already caught in a trap. He tried to free himself from this unknown power but it was as if he was an insect caught in a spider’s web, the more he resisted, the more he lost control. Slowly he felt himself be pulled towards the depth of the water by invisible but irresistible strings. He wanted to turn around, to yell at her for betraying him, he wanted to let his fury rage about but he was frustratingly unable to do anything except witness his own demise… As he was about to be completely submerged in the cold darkness, he heard the voice of the sorceress behind him.

“Now you must surrender everything you are to them, otherwise he will never see you… And so will your friends…”, she said with a wide smirk before turning around and slowly disappearing into the night.

That was the last thing he heard before the strings dragged him into the depths and the lake swallowed him whole. As the ripples faded away on its surface the breeze calmed down and everything became still again. It was as if nothing had ever happened, the only remainder of a human presence was the pile of clothes atop which was placed the silvery pendant, gleaming as it reflected the bluish light of the Rift.


Here is a scene I have had in mind for quite some time now and that I finally came around to write for this prompt.

I hope you enjoy it despite perhaps not getting everything.

via Daily Prompt: Mystical

Dis moi pourquoi…  / Tell me why… 

mask

Piece of evidence n°1 : Le Masque


Dis,  pourquoi ta photo de profil sur ton site c’est une tête de mort ?

Alors déjà, commençons en clarifiant le fait que non, ce n’est pas une tête de mort, et même si c’en était une, ce serait un peu plus profond que ça. C’est autre chose, vous allez voir.

Ensuite, pourquoi répondre à cette question ? Eh bien parce que ce n’est pas la première fois qu’on me la pose et que je remarque que cela déstabilise quelque peu les gens. Mais aussi parce que ça me frustre légèrement qu’on puisse penser que c’est une simple tête de mort ‘pour le style’ alors que pour moi il y a toute une signification derrière. Bon, je vous l’accorde, ce n’est peut-être pas extrêmement intéressant pour vous de savoir pourquoi j’ai choisi cette image mais ça a de l’importance pour moi alors sortez le popcorn et asseyez vous bien confortablement, je vais vous expliquer. (Non, je rigole, ça ne va pas être si long que ça, rassurez-vous.)

Primo, ce n’est pas une tête de mort. Bien qu’elle en ait l’air, qui y regardera de plus près remarquera que, non pas une tête de mort, c’est bien un masque que l’on peut apercevoir sur cette image. Plus précisément (pour les amateurs de détails) c’est un masque de Paintball (ou sport du genre) grimé et coloré pour lui donner un aspect métallique usé ( vous le noterez grâce aux couleur argenté et fissures). J’ai trouvé cette photo sur les interwebs en cherchant des représentations précises d’un masque de ce type et c’est celui qui m’a le plus attiré l’œil et le plus plu. Du coup j’ai choisi ce masque là en particulier.

Maintenant, pourquoi un masque ? Hé bien parce que cela à un rapport avec mes histoires bien sur ! (Évidemment !) Comme vous aurez pu le remarquer, ce site/blog (appelez le comme vous voulez) est centré sur la publication de mes écrits (poèmes, histoires courtes ou longues, etc.) et ceci est en lien avec l’une d’elle en particulier. A la base, Tales of Ore devait accueillir mes deux histoires principales plus une histoire un peu plus secondaire: Récits d’Or, Le masque du héros et Echoes of Power (qui n’a pas de titre en français car je l’écris uniquement en anglais). C’est cette deuxième histoire, Le masque du héros qui impliquait ce masque (comme le titre a du vous le suggérer déjà). Malheureusement, tout ne s’est pas passé exactement comme prévu et je me suis retrouvé à délaisser cette histoire au profit des deux autres, ce pour quoi elle n’apparaît pas vraiment sur le site.

Ce devait être à la base (et ça l’est toujours, car un jour je m’y mettrai, rassurez vous) l’histoire de Maximilien, un jeune homme qui découvre qu’il a des pouvoirs étranges et qui décide de se lancer à la recherche de son passé (notamment de l’identité ses parents) pour tenter de comprendre ce qui lui arrive. Au fur et à mesure de l’histoire il va développer ses capacités et cela va nécessiter le port d’un masque, pour les besoins de l’histoire (je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler), et ce dernier deviendra par la suite son symbole. Ce masque qu’il porte est presque exactement celui que vous pouvez voir en haut de cet article et en ‘photo de profil’ de Tales of Ore. Un masque fait de métal argenté et strié de haut en bas, voire rayé, abîmé (mon idée la dessus n’est pas encore arrêté).

Je tire cela d’une scène précise de l’histoire qui a beaucoup d’importance et de signification pour moi. Voici donc tout simplement l’origine de cette image et le choix que j’ai fait de la prendre. Ce n’est pas une tête de mort pour faire peur ou pour donner un air sombre à mon site, c’est simplement un morceau de mon imagination plutôt important et qui est en lien étroit avec la création de ce site.

Voila, maintenant vous savez tout. J’espère que cela vous aide à comprendre un peu plus mon univers et ce site et que la prochaine fois qu’on posera la question vous soupirerez lassement en vous demandant comment on a bien pu poser une question aussi bête et évidente…


Tell me,  why is your profile picture a skull?”

Let us begin by saying that, no, it is not a skull, and even if it was it would mean a bit more than just what you might imagine. This image means a few things, you’ll see.

Then, why answer this question? Well, because it is not the first time I have been asked that and because it seems to make people a little bit uneasy. But also because I am slightly frustrated at the idea that people might think this is a skull and that I chose it for the style when there is a real and more complicated signification behind it. I will concede the fact that it may not be that interesting for you to know why I chose this picture but it is important for me so sit down comfortably and take out your popcorn, Imma gonna explain it to y’all! (I’m just kidding, it’s not gonna be that long, don’t worry).

Firstly, it is not a skull. It may look like it from afar but if one were to take a closer look they would notice that it is in fact not a skull but a mask. More precisely (for the people in desperate need of details) it is a Paintball mask (or from some similar sport) that has been decorated to look like an old metallic mask that has aged after being used/hit for a long time (fact that you may deduce thanks to the silver color and the cracks that spread all over it). I found this image on the interwebs while I was looking for precise representations of an idea of mask that I had in mind and I fell upon this one which caught my eye and which I immediately liked. That’s why I decided to choose that mask in particular.

Now, why a mask? Well, because it is linked to my stories of course ! (Obviously !) As you may have noticed, this site/blog (call it what you will) is focused on the publication of my writings (poems, long or short stories etc.) and this is related to one of them in particular. At the beginning, Tales of Ore was to welcome my two main stories and one secondary story: Tales of Ore, The Mask of the Hero and Echoes of Power. This second story, The Mask of the Hero, was the one related to this mask (as the title may have already suggested). Unfortunately, everything didn’t go according to plan and I found myself putting that story aside to bring forth the other two, reason why it doesn’t really appear on the site.

It was to be (and it is still destined to be for I will get back to it one day, don’t worry) the story of Maximilian, a young man who discovers that he has strange powers and that decides to launch himself in a search for his origins (mostly revolving around the identity of his parents) to attempt to understand what is happening to him. As the story progresses he is going to develop his ability and it will require wearing a mask, for the needs of the story (I won’t say why exactly so as not to spoil anything), and it will eventually become his symbol. This mask he wears is almost exactly the one you can see at the top of this article or on the profile picture of Tales of Ore. It is a silvery-colored mask which is striated or has cracks due to it being worn out (my idea of it is still not completely set in stone).

This idea comes from a scene in the story which has quite some importance and signification to me. This is the reason behind the origin of this image on my site and why I chose this one in particular. It is not a skull made to scare people away or to give a darker vibe to this site, it is simply a piece of one of my stories that feels important to me and is closely linked to the creation of Tales of Ore.

There. Now you know everything. I hope it will help you understand my universe and this site a little bit more and that the next time someone will ask this question you will be able to sigh wearily while wondering how anyone could have ever asked such a stupid and obvious question…

Ombre & Plumes – 3 – Les jardins de Sha’ana

3095596059_1_3_n7ac0k6r


D’ombre et de plumes

3

Les jardins de Sha’ana


Alors que la nuit était au plus sombre, sur la table basse en bois le pendentif se mit à émettre une faible lueur argenté. Celle-ci s’intensifia de plus en plus pour finir, au bout de quelques secondes, par éclairer toute la pièce. L’adolescent se retourna dans son lit, le visage légèrement crispé et le front perlé de sueur. Depuis que la lueur était apparue ses rêves s’étaient retrouvés remplis d’innombrables images, de sons et de sensations, s’imposant à son esprit dans un flot continu et venant peupler ses rêves d’ordinaire paisibles. Cette surcharge d’information le prit d’assaut avec force, sans discontinuer pendant de longues minutes et, lorsque ce maelström s’arrêta enfin, elle laissa le jeune homme trempé et haletant. Ce dernier sombra ensuite dans un sommeil profond et sans rêve duquel il ne sortit qu’au petit matin, se réveillant avec un léger mal de tête.
Lorsque Thrista ouvrit les yeux il fut ébloui par les rayons du soleil, déjà haut dans le ciel, qui lui éclairaient le visage. Il mit un certain temps à comprendre où il était avant de reconnaître les gravures familières au plafond, elles représentaient un paysage forestier avec un sentier au milieu menant à ce qui semblait être un lac. Bien qu’il ne soit pas d’habitude très matinal, il lui arrivait de temps en temps de se lever tôt lorsque la journée promettait d’être intéressante. Il était à peine plus de la première septime du secondaire lorsqu’il reprit conscience alors qu’habituellement il ne se levait pas avant le milieu de celui-ci, ce qui le surprit légèrement. Il se redressa sur le lit, cherchant à se remémorer son rêve de la nuit car il lui avait semblé très étrange et important. Mais après plusieurs minutes de réflexion et n’y étant toujours pas parvenu, il se décida à s’habiller. Thrista enfila un haut en tissus blanc, pas trop épais pour ne pas étouffer mais utile en cas de chute de température et un pantalon marron fait de la même matière. Il s’apprêtait à mettre son haut de tunique mais se rendit compte que quelque chose manquait. Il balaya la pièce du regard et aperçut son collier, celui-ci était fait d’un lacet en cuir dont la couleur rouge écarlate avait un peu passé au cours du temps et d’un pendentif en forme de papillon aux ailes ouvertes finement gravé dans du métal argenté. Il le mit et au moment ou le métal froid de la petite sculpture d’insecte toucha sa peau son rêve lui revint d’un coup et le déluge de sensations le fit chanceler. Il se souvenait à présent de ce qui lui semblait si important à son réveil.
Des fleurs, un doux parfum. Des ailes gigantesques aux plumes du blanc le plus pur. Une étendue de terre sèche. Un froid qui se répand lentement à travers son corps.  Des yeux noirs, menaçants et brûlants de rage. Une voix profonde et hors du temps. « Pas encore… L’heure n’est pas encore venue… ». Un cavalier solitaire chevauchant dans la nuit profonde, le ciel menaçant gronde. Un éclair, le cavalier s’effondre. Un mur de flammes avance lentement, ravageant tout sur son passage, brûlant terres, villages et être vivants sans distinction. Qu’est-ce que cela signifiait ? Pourquoi avait-il rêvé de cela maintenant ? Thrista n’en savait rien, il avait appris par expérience que les réponses à ces questions viendraient avec le temps et que, malgré toute la frustration que l’inconnu pouvait apporter, il n’était pas bon de trop y réfléchir. Un rêve était un rêve après tout et était fait pour rester dans le royaume de la nuit. Il se décida donc à laisser cela de côté pour le moment, se promettant de tout de même de méditer sur ce qu’il avait « vu » en temps voulu, et finit de s’habiller pour pouvoir descendre prendre un repas dans la grande salle avant d’aller se promener en ville.
Malgré l’heure encore matinale, la salle commune était déjà occupée par une vingtaine de personnes, hommes, femmes, en groupes ou solitaires, voyageurs ou locaux. Ils venaient tous ici pour goûter au délicieux déjeuner que proposait l’hôtesse. Thrista alla commander une assiette de crêpes de céréales au sirop, plat qu’il affectionnait particulièrement depuis qu’il y avait goûté, auprès de la jeune fille qui s’occupait de l’accueil des clients pendant les heures de repas. Il vint ensuite s’installer à une table proche d’une fenêtre et attendit patiemment que l’on vienne lui servir son plat, réfléchissant à la façon dont-il allait occuper sa journée. Il pensa à passer au dojo du nord pour se défouler un peu puis à aller flâner dans les rues marchandes pour acheter ce dont-il aurait besoin pour la suite de son périple. A son étonnement ce fut la patronne elle-même qui vint lui apporter son plat, ce qu’elle ne faisait presque jamais aux heures de repas habituelles.
« Avec les compliments de la maison,  lui sourit Carmen en prenant place en face de lui.

– Eh bien, que me vaut cet honneur ?, demanda Thrista d’un ton moqueur en entamant sa première crêpe.
– Tsss ! C’est cela, moque toi, petit insolent…, le brima gentiment la femme, je voulais simplement te parler, rien de plus. Ce matin j’ai repensé à notre discussion d’hier et je me suis rappelé de quelque chose qui pourrait t’intéresser, toi qui cherche des compagnons de route. Il y a quelques semaines de cela il y avait justement un jeune homme ici, il m’a dit voyager à travers l’Alliance à la recherche de connaissances à lui. Il avait un étrange lézard avec lui et semblait très intéressé par toute information que l’on pouvait lui donner sur les créatures de la région. Je suppose que lui aussi devait être un mage, peut-être même se prépare-t-il pour le prochain Tournoi ? Enfin bref, je me suis dit que ça t’intéresserait peut-être; il est parti il y a plusieurs jours, vers le nord, en direction de Lagos je crois. Il doit avoir fait du chemin depuis mais qui sait, vous vous croiserez peut-être ! Vicker qu’il s’appelait si ma mémoire est bonne, les cheveux roux bouclés et la langue bien pendue… Enfin ! Souhaite-lui le bonjour de ma part si jamais c’est le cas.
– C’est possible en effet, confirma l’adolescent après avoir écouté la femme, peut-être un invocateur au vu de ce que tu me dis. Je ne suis pas certain que je le croiserai un jour mais qui sait ? Merci quand même du renseignement Carmen. Je suis venu pour le mariage de la princesse donc je ne partirai pas avant la fin de la semaine, au plus tôt. Il est donc peu probable que je le croise, mais si un jour cela arrive, je n’y manquerai pas.
– Bien, tu fais à ta guise. C’est tout ce que je voulais te dire pour le moment, si autre chose me revient je te préviendrai, conclut-elle avant de se lever et d’annoncer que les chambres n’allaient pas se faire toutes seules. »
Thrista la remercia de nouveau et commença à manger, dégustant les délicieuses crêpes au sirop et imaginant quel genre d’adversaires il pourrait bien rencontrer au tournoi. Lorsqu’il eu fini son assiette et qu’il se sentit enfin rassasié il se décida à y aller, faisant mettre ce repas sur sa note avant de partir en direction des quartiers nord de la ville.
Il lui fallut une bonne heure de marche pour atteindre le temple du nord de la ville, il avait prit de nombreux détours par des rues calmes pour éviter un maximum la foule qui était de sortie ce jour là. Cela lui avait également permis de digérer tranquillement le repas du matin. Ce qui était communément appelé temple était en fait un ensemble de bâtiments en bois, de style oriental, disposés en carré autour d’une grande cour habillée par un jardin. Celui-ci était composé de différents arbres et arbustes de toutes sortes, d’espaces de relaxation pour que les visiteurs puissent venir s’y détendre ou y méditer ainsi que d’un pont qui chevauchait une petite rivière artificielle. Tout ceci était fait pour refléter le plus possible le calme et faciliter la paix intérieure, voie que poursuivaient tous les initiés du temple à travers la méditation. Car en plus d’être un centre d’entraînement aux arts martiaux, le dojo était aussi un lieu où l’on rendait hommage à Sha’ana déesse instigatrice des valeurs du temple : Force, Honneur et Esprit. En effet, tous les disciples devaient avoir un niveau élevé dans au moins un art martial, respecter les règles et les codes de vie imposés par la déesse mais aussi se cultiver et renforcer corps et esprit pour ainsi devenir des initiés accomplis. Chacun pouvait venir rejoindre le rang des disciples, sans critère de restriction, mais le dojo était également ouvert à tout étranger désirant simplement passer un moment de calme ou souhaitant se mesurer aux arts martiaux du temple.
Thrista pénétra dans l’enceinte et alla s’asseoir sous un grand arbre près d’une des quatre petites fontaines qui étaient dispersées dans cet espace de verdure. Il posa son sac à côté de lui en se mit en position pour méditer, vidant son esprit de tout ce qui pouvait le tracasser, il laissa ses sens vagabonder à leur gré et se concentra sur son cœur spirituel, le point central des flux de mana chez un individu. Une fois qu’il eut une image claire en tête, il étendit sa concentration à tout son corps puis, petit à petit, à l’environnement qui l’entourait, l’étendant sur une dizaine de mètres de diamètre autour de lui. A l’intérieur de ce rayon il pouvait ressentir tous les détails des changements dans les flux d’énergie. L’exercice qu’il faisait aujourd’hui, il l’avait appris quelque temps auparavant, il lui permettait de se reposer physiquement tout en entraînant son maniement du mana et son endurance à l’utiliser. Il avait encore du mal à rester concentré sur la totalité de ce qui l’entourait très longtemps, il se focalisait très vite sur des petits détails comme les mouvements des feuilles de l’arbre non loin ou les battements d’ailes d’un oiseau qui passait au dessus. Mais il était impossible de nier qu’il avait tout de même fait d’énormes progrès. L’adolescent pouvait rester dans cet état pendant plusieurs heures sans être déconcentré ou se sentir fatigué lorsqu’il émergeait ensuite, ce qui représentait un réel avancement par rapport à ses premiers essais. Il se tint ainsi, immobile et observateur pendant ce qui lui parut ne durer qu’une dizaine de minutes, à étudier en même temps les mouvements organisés d’une colonie de fourmis à ses pieds, les mouvements des feuilles au dessus de sa tête et les battements de son propre cœur. Mais lorsqu’il revint à lui le soleil était presque au tiers de sa course dans le ciel. Un bruit sur sa gauche lui fit tourner la tête, l’un des anciens du temple se tenait debout à côté de lui en l’observant.
« Bienvenue à vous visiteur. Veuillez m’excuser si je vous dérange dans votre méditation mais je ne peux m’empêcher d’admirer une telle concentration de la part d’un jeune homme. Peu de jeunes de votre âge arrivent à rester aussi concentré que vous une heure durant, même parmis les fidèles de notre temple, lui dit le vieil homme en le saluant, un léger sourire aux lèvres.
– Merci, lui répondit Thrista en souriant à son tour, ne vous inquiétez pas, je finissais à l’instant. J’ai peut-être l’air très concentré mais je ne le suis pas autant en vérité, lorsque je commence je n’ai qu’une hâte c’est que cet exercice soit fini pour que je puisse passer à quelque chose de plus physique. »
Le vieil homme se mit à rire de bon cœur à cette remarque.
« Eh bien mon jeune ami, vous faites extrêmement bien semblant alors, ça je vous l’accorde. Mais je dois dire que moi aussi, dans ma jeunesse, je pensais à bien d’autres choses que de méditer pendant des heures chaque jour, annonça-t-il, riant toujours. Vous êtes donc venu dans l’esprit de vous défouler après votre méditation ?
– Oui c’est bien cela, acquiesça le jeune homme. D’ailleurs savez vous si je puis trouver une salle pour m’entraîner ?, demanda-t-il ensuite.
– Bien évidemment mon jeune ami, je suis actuellement l’un des trois Maîtres Anciens de ce temple, quelle honte aurais-je si je ne le connaissais point comme le fond de ma poche ! Reprit-il avec un petit rire. »
Thrista sourit à son tour, ce vieil homme lui plaisait bien, il semblait bien moins austère et conservateur que la plupart des prêtres et grands maîtres des autres temples qu’il avait rencontrés jusqu’à présent.
« Suis moi, je vais te montrer le chemin. »
L’homme le mena alors vers l‘ensemble des bâtiments directement à l’opposée de l’entrée principale, ils passèrent devant plusieurs salles où avaient lieu des entraînements aux arts martiaux de contact pour s’arrêter finalement devant une porte en bois à d’apparence simple. Ils pénétrèrent dans la pièce qui contenait de nombreuses armes de tous genres allant de l’arc à l’épée lourde en passant pas des protections pour tout le corps.
« Je me suis dit que cette salle serait tout à fait appropriée pour ton entraînement. Elle est renforcée grâce quelques sorts et est faite pour résister à des chocs violents, donc n’hésite pas te donner à fond.
– Merci à vous Maître Ancien, c’est vraiment très généreux de votre part, le remercia le jeune homme en commençant à se changer. »
Il en profita pour observer la riche gamme d’armes mises à la disposition des personnes venues utiliser cette salle. Thrista savait la faveur que lui faisait le vieil homme, seuls les fidèles du temple devaient normalement avoir accès à cette salle, pourtant il avait eu l’autorisation d’y pénétrer et même de s’y entraîner. Il n’allait pas laisser passer une telle chance !
« Je t’en prie mon jeune ami, mais ne crois pas que je te laisse utiliser librement cette salle pour ton simple plaisir, lui annonça le prêtre, le faisant relever la tête. J’ai senti une présence spirituelle intéressante provenant de toi tout à l’heure et je voudrais te voir à l’œuvre. Cela fait un moment que quelqu’un ne m’a pas rendu curieux à ce point. J’ai beau me faire vieux je suis toujours fasciné par l’empirisme et les combats, expliqua-t-il ensuite avec un petit sourire en se rapprochant. M’accorderais tu le plaisir de voir de quoi tu es capable ? »
Le vieil homme affichait un sourire bienveillant, de plus devant tant de générosité l’adolescent ne pouvait se permettre de refuser.
« Bien sur, c’est la moindre des choses que je puisse faire pour vous remercier de votre accueil, répondit Thrista sans hésiter. »
Il vit alors une flamme dans les yeux du vieil homme, comme si sa réponse venait de raviver quelque chose d’enfoui en lui depuis longtemps. Il ne décela cependant pas le soupçon de malice qui venait ajouter du pétillant à ce regard remplis de sagesse. Au grand étonnement du jeune homme, le plus âgé ôta le drap qui cintrait son corps pour se retrouver dans une tenue identique à celle des jeunes qui suivaient l’entraînement aux arts martiaux et vint se placer au centre de la pièce dans une posture d’attente. Thrista fit de même après une courte hésitation et vint se placer en face de lui.
« J’ai bien peur de ne m’être pas présenté jusqu’à présent, je te prie de m’en excuser. Mon nom est Zani, je suis l’un des trois Maitre Anciens de ce temple et suis également réputé comme le meilleur combattant de ma génération parmis les disciples de Sha’ana. Que dirais-tu d’un petit duel pour s’échauffer mon ami ? »
Tout en disant cela le vieil homme se pencha en avant pour saluer son adversaire potentiel et se mit en garde, une main dans le dos l’autre en avant paré à toute éventualité. Ce dernier semblait avoir instantanément perdu plusieurs dizaines d’années. L’adolescent mit quelques secondes à revenir de sa surprise, mais finit par saluer également son adversaire avec une courte révérence, avant de se mettre en position de combat. Il se mit en garde, les poings brandis devant lui, prêt à réagir à la moindre attaque.
« Mon nom est Thrista, je suis un apprenti empiriste, je n’ai pas non plus une grande expérience dans les arts martiaux, mais je suis ravi d’accepter votre défi Maître Zani, s’exclama-t-il avec un sourire.
– Bien, acquiesça le vieux prêtre, alors es-tu prêt ? Je suis peut-être vieux, mais je ne suis pas impotent, bien au contraire. Sois attentif mon garçon, qui sait, peut-être pourras-tu même apprendre quelque chose ?, ajouta-t-il le sourire aux lèvres, en commençant à tourner autour de Thrista. »
Le jeune homme fit de même, lui aussi un sourire au visage.
« Juste un conseil, commença Zani, le pétillement dans ses yeux s’intensifiant visiblement, ne me sous estime pas ! »
Il bondit vers Thrista avec une vitesse surprenante pour un homme de son âge et le frappa au ventre sans que celui-ci n’ait eu le temps de réagir.
« Tu pourrais le regretter… »


Chapitre Précédent *-* Sommaire *-* Chapitre Suivant

*

Récits d’Ore

500 posts mark passed!

Today I have officially posted the 500th post of this blog!

This is cause for a little celebration, is it not?! :D

I have been thinking about this post for a few days now, ever since I realized that I was getting nearer and nearer to post number 500 so here are a few things I wanted to say (I promise it won’t be too long):

Firstly, I wanted to congratulate myself on making it this far, I had hopes that I would when I began posting the Quotidians and writing Stanley (the first serial I decided to write and publish on this blog) but I didn’t know if I was going to make it, if I was able to do it. Many things changed over time, I stopped the Quotidians and paused Stanley to focus on other stories like Echoes of Power or Tales of Ore, I started writing more poetry and, lately, I even began posting some texts in French. I can’t say it’s been easy, I haven’t always felt inspire to write on a daily basis and I have often not felt satisfied with the quality of my writings, but despite that I have kept doing it. I have kept typing words one after the other and posting texts (more or less) regularly. and, over time, it has become easier and I have managed to better myself along the way. For that reason, I am proud and I want to congratulate myself. But enough about me, now it’s time to talk about you, my dear readers!

The second thing I wanted to say was a huge “Thank you!” to all of you readers who feel interested by my writings and taker some time to stop and come read them. Thank you for that, thank you for your comments (always kind and interesting), thank you for liking what I write and thank you for taking time to read me! I had originally planned to delay this post a little because of another incredibly awesome piece of news: Tales of Ore has almost reached one hundred followers! How awesome is that?! The counter has, at the moment, stopped at 98 followers (darn! so close to a hundred!), but you can’t believe how happy and proud I am! Ninety-eight followers! Can you imagine! So many people!Wow… Such wow, much excitement, very happiness! -Ahem- So, yeah, again, thank you so much to all of you who let me know you enjoy reading what I write, it means a lot! And thank you for simply taking time to read it!

The third, and last (don’t worry, it’s almost over!), thing I wanted to say was that I can only hope that in the future you will keep enjoying what I read because I do not plan to stop any time soon! I have so many projects in mind, so many ideas and feelings I still want to share with all of you. May this adventure keep going for as long as my love of writing burns bright! So, yeah, keep reading because I have a lot more in store for you guys and gals!

I think that is all I had to say so, once more,

THANK YOU!

for everything and may you keep enjoying what I write in the future!

giphy

Writer thoughts about writing

As a reader, or perhaps a writer your self, you may have a certain idea of what an author’s vision about his story is like. A few years ago, before I really started to work on my ideas and try to put them down on paper, I had such a vision (which I kept for a long time and only recently realized it might not always be the case): to me an author (but it also applies to any other creations) is the master of his world, everything they say is considered ‘canon’ in the story, no matter if it is good or bad. They are the ones who imagined the universe, the characters and the whole plot of the story they tell (whether it’s inspired by real events, like historical books, or based off another story or completely made up, doesn’t matter) and so they are the ones who can whatever they want about the story, and that despite all that other people might say.

A few examples of this are when J.K. Rowling said that in her mind Dumbledore was gay, fact that was not ever mentioned in the stories though it may have been implied a little. It was quite a controversial announcement and many people were not okay with that. The fact is, however, that it’s her universe, whatever she imagines in the books is her decision and cannot be contested. Criticized yes but never contested. It is fact. Or when George Lucas imposed his changing vision of the Star Wars franchise on his fans, changing beloved details to satisfy the image of the movies and the universe he had. Perhaps it’s not exactly the same but to me they have the right to do that, it is, after all, their universes and their creations. I, myself, don’t condone all the decision Lucas made for example, a lot of the CGI that was added afterwards takes out the nostalgia and the charm of the original movies, but I respect it is his decision to offer his ‘true’ vision to his fans. However I also support the fact that he should allow people to have access to the ‘original movies’, when they were still untouched or barely changed. Not just to please them but also because it feel right because they were still good at that stage, perhaps even a bit better than before being changed. Plus it might be financially very profitable to the owner of the licence.

Anyways, this is just to say that an author is the reigning decision maker about his own stories or universes! But one cannot forget that it is also the fans that make the story popular and give the author credit by loving it and making it known. The fans take the universe and make it their own, each person takes it for themselves, that cannot be denied. Still, the author is ultimately the one who decides what comes out in the end, and that should always be independent of the fans, it should his or her own decision. As a fan you have to respect that. I know it’s hard, I for one had trouble accepting that when I read the end of the Inheritence cycle, I was so frustrated by how Paolini had decided to end the cycle, it didn’t feel right because there were still so many questions and things that hadn’t been explored… Or when I read Incarceron, a very good book in two parts by Catherine Fisher, and I found out at the end of the second book that the story ended like that despite me wanting something else so desperately… Yeah, it was hard. It took me time to get over it but, and I think starting to write my own stories helped, we all have to understand that an author has a precise vision for what they want to create and there is nothing we can do about it (especially when it’s already done), it is how it is. Just like real life. You can’t always get what you want, despite how hard you wish for it, so you come to terms with it and keep moving on.

This leads us to the point I wanted to make here. As and author I have realized that I have a precise vision of what I want to make but also that I don’t know everything about my story. In the general public’s idea, an author is thought to have a very precise idea of everything he writes, to know all about his story. As a writer, thought amateur, I can tell you it is very far from the truth, for me at least. I know what I want to create for my stories, I know what will be liked and what might not be, and I know I don’t care because this is what I want to write. But I also know that I have blanks and things that are blurry all over the place. You see, I don’t really feel, like you might imagine, as the creator of my stories in a sense. What I mean is that I am at the same time the ‘god’ reigning over the universe I imagine, knowing everything and capable of anything I want, like bending the rules or creating new ones. I don’t really feel like that. Of course I am the one who imagine the universe and the characters and the plot, and perhaps I was such an entity at the beginning, when I was still playing ‘who has the most Super Sayan transformations’ with my brother in our garden, but now I feel different.

I feel like I am more of an observer, a semi-omniscient narrator/viewer of the stories I create. I have scenes and ideas that pop into my head but it is difficult to say if I really decided to imagine them or if they came to me, created by the world itself. It’s complicated to make the difference at this point. Of course I still make decisions from time to time, like in Echoes of Power, which is a story about a teenager discovering he can use magic, where I consciously decided what the main character look like to sort of make a point, instead of simply let my imagination follow its own course. I, as a writer, am more of a historian, glimpsing moments and scenes of the story and discovering it piece by piece, than a true godly creator. At least that is how I feel. And I think that I am not alone, I think a lot of other creators are like this. That idea came to me when I was thinking about an eventual interview I might give one day, when I have become rich and famous and people want to know all about my stories, I asked myself: what if they ask me a question I don’t know the answer to? Like, what happened to this character to make him become like this? What if I know that something happened but I can’t say what exactly…? Will it make me look like a bad author? And I realized that no, it wouldn’t. I might be looked at weirdly but what i have created and written doesn’t need to have answers to everything. Realism, making the story believable doesn’t necessarily mean to be able to explain everything, just like with History. Which, ironically, makes this more realistic, more life-like…

Anyways! This is a rant I wanted to get out to you readers and authors, ask as many questions as you want but if you don’t get an answer or don’t get one that satisfies you because you are not okay with what the creator of your beloved story made something different from what you had hoped, remember that in the realm of the story, the author is king. and if he doesn’t have the answer it doesn’t mean something has no explanation, that is where ‘canon’ ends and ‘fanfiction’ begins, where you make the story’s universe your own. Respect the bad and blurry sides of what you love and enjoy, imperfections are what makes something perfect! (Such cool, very philosophy, so wow!)

Okay, that’s all! Thank you for taking the time to read, and sorry if I wasn’t very coherent or clear, I wrote this in one go… Alright, see you people later!

Soar Vandergeid out!


tldr; An author always has the final word, no matter what, even if he doesn’t have an answer.

The rider in the storm

Image source unknown


Night. The darkest hour. When all hope disappears. Thunder is rumbling, the wind is howling madly. The grass on the hills is bending under the power of the storm. Rain is falling hard on the ground, plundering the earth. A dark shadow is moving. A horse is running, a rider on its back. Running as fast as it can, as if its life depended on it. Running as quick as the wind. He rides, never looking back, hoping they are okay. Praying to reach them in time. The world seems against him; as if the gods were mad at him. As if they had unleashed Hell on Earth. Droplets of water, as cold and hard as ice hits him in the face, rendering him unable to see more than a few meters in front of him.

Lightning strikes, once, twice, giving shape to the shadow of a ghost. A ghost from the past that is catching up on him. He knows he should run away but he can’t. He has to cope with that growing unease growing inside him. They need him! He has to get there at all cost! He has to make it, his steed knows it also. The mighty stallion gains speed, outrunning the heavy gusts of wind. Its mane buzzing frantically as it gains more speed, sparks forming around its legs. Getting bigger and more frequent with each new step. Suddenly it lights up in a thunderous boom, thousands of tiny lighting bolts coming out of its mane and its tail, covering its entire body. It gains even more speed, running so fast it outruns even the heavenly flashes. Cutting through the mad rain, leaving a burnt trail behind it. He runs an impossible race. A race for his friends. A race against time, against himself. A race against death…


Here is a text I wrote some time ago, a scene from one of my stories that I have had in mind for some time.