Au petit bonheur

Aujourd’hui c’est jour de marché. Je le sais et je compte bien en profiter. L’odeur du basilic sur un étal rectangulaire, les haricots verts tout frais et un cageot de pommes de terre rempli à ras bord ! Tout cela me donne déjà envie, j’en ai l’eau à la bouche. Toutes ces couleurs et ces odeurs alléchantes…

Rouge des poivrons, violine des aubergines, jaune des citrons. Les senteurs sucrées des fraises et les arômes du persil se mêlent à l’odeur boisée des noisettes. Quelle tentation ! Difficile de résister…

Une pile de pommes attend la main qui saisit, la bouche qui croque. Si seulement ce pouvait être la mienne… Quel bonheur en perspective !

Un homme en blouse verte apparaît au dessus de toute cette marmaille de piments survoltés, de menthe sauvage, de dignes asperges, d’opulentes pastèques.

Je virevolte parmi les allées, passant d’étal en étal, impatient de tout goûter. Pourvu qu’il en reste…

“Il est beau, il est bon, il est pas cher mon melon !”

Oh comme je le sais. Je les observe depuis un moment, résistant avec difficulté à leur appel.

“Les beaux melons, les bons melons de Cavaillon; achetez mes bons melons !”

Un peu de patience, la voie sera bientôt libre et alors, droit au bec le melon !

La gouaille de la voix se mêle au brouhaha ambiant, aux cris des commerçants, au rires des passants et s’envole loin des courgettes zébrées et des rustiques poireaux, au dessus, loin au dessus… jusqu’à moi…

Advertisements

Elle : disloquée, réunie.

C’est une fille de haute liesse, à prendre la vie en proue, hisser les heures à vive allure. Une femme libre de son essor, destinée à être maîtresse. Elle exècre son ombre, sa chaleur, sa voix. Ne supporte plus son odeur ni le bruit de sa vie. Une femme d’espace amoureux saturé de miel et d’ombres intimes, de fière approchée, de tressaillement secret. Elle s’obstine à embraser la neige, à interrompre le silence. Elle veut ne plus vouloir sans jamais vouloir ce qu’elle ne veut. A l’aigu de la fatigue elle vacille mais demeure debout. Elle crie son corps de partout. Brûle. Implore : aime moi. Elle est de ce qui croît, persiste et tient. Arpenteuse chargée du poids léger de l’amour. Elle dort. Et le monde alentour tait sa trépidante vigueur.


Texte court inspiré des écrits de Colette Nys-Mazure dans Singulières et plurielles, à base de phrases piochées ici et là et d’un soupçon de réécriture, pour dresser le portrait d’une femme.