Matin matin

.

Ce matin, un lapin a tué un chasseur.

Le matin, le latin perd son professeur.

Le patin à la main, virevolte le danseur.

La satin est si fin et plein de douceur.

Du fade thym, pour la faim, est un peu farceur…

Vil faquin, qui te tint pour amant de ma soeur !

Qu’est hautain le marin qui vogue à toute heure.

De l’étain ne s’éteint même quand vient l’heure.

Et la main dans la main, nous marchons en choeur.

Sois serein, cet essaim ne veut ton malheur.

.


Petite expérience sans prétention pendant un atelier d’écriture.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.