Paperman

.

Il y a quelques jours

A l’aube de l’hiver

Ce rêve m’est venu :

Un homme de papier

D’encre et de belles lettres

Est venu me chanter

La ballade des ans.

J’ai pu entendre monts

Et vaux, par mille brises,

Les ruisseaux du passé

Sifflant en tisses-rêve

La belle décadence

D’un astre sans pareil,

Des chœurs de sanglots longs

Aux vieux corps de ficelle,

De violentes caresses

De sucre poivre-et-sel,

Et tant d’autres splendeurs

Qui jamais par la suite

N’ont retenti en moi

Sans que les bras dorés

De ce pale Morphée

Ne m’enlacent aigrement;

Mais parmis tout ces cors

Et cœurs éclairs jadis

Courant et sautillant,

Virevoltant ici

Et là-bas ou bien hors,

Mon âme n’a point pu

Revivre ces ébats

De couleurs et de sens,

Couleuvres et d’essence,

Et seul quand par ces mots

Mon vieil ami finit

Son aubade esseulée

Ai-je senti couler

L’ultime perle d’eau

De ce puits sombre et froid

Que je suis seul à voir :

Si Damoclès a eu

Raison de son épée,

Ockham et son rasoir

Trancheront vos fins fils.

.


Make of it what you will.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.