Sic transit gloria mundi

.

Sous un pont de pierre noire

Arquebouté vers les cieux

Étincelle un vivant miroir

D’un oeil quoique vif et malicieux,

Caché dans ses belles entrailles

Un vieil esprit se meut parmi les flots

Et dépose sur le vitrail

A l’azur nacré, son blanc halo –

La charrue des ans trace son chemin

Et la pierre s’effrite à chaque demain,

Pourtant l’ouvrage millénaire

Dans un galant et lent élan

Courbe l’échine sous la masse

De la poix imaginaire

Sans arrêt exhalant

Ses douces-heureuses amours contumaces

Mais, tel même que le roseau de la fable,

Il ne rompt point –

Nul ne prétend savoir avec certitude

Mais d’aucuns disent qu’il fut oint

Jadis d’eau sacrée et de rais célestes,

Et que depuis, de son infinie altitude,

Le fier astre en atteste.

.


Gare au troll qui y vit…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.