A l’heure

.

A l’heure où les fleurs fanent

Sur la tombe dorée

Et où les esprits glanent

Les bribes colorées

De souvenirs passés,

Ces corps vivants lassés

Qui marchent à pas lourds

Sur des chemins étroits

Et vivent à rebours

Le temps qu’on leur octroi,

Ne voient l’étincelante

Beauté de la galante

Dame qu’est la nature,

Reine de toute vie,

De toutes leurs envies

D’amour et d’aventure.

.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s