Sombre prédateur

.

Le calme plane au dessus de ma tête

Attendant, cette cruelle et affamée bête

Soudain, avec une grande lenteur,

Voila ses crocs s’enfonçant dans ma chair, douleur !

Proie tentant faiblement de se débattre

Je compte chaque seconde : une, deux, trois, quatre,

Et ma vision s’efface dans le noir

De l’ennui insidieux dont ma vie est miroir.

.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s