Symphonie n°5

.

C’est à toi, ô lointaine reine,

Toi celle qui me cause tant

De sourds soupirs, de pâles peines,

Toi qui pour le temps d’un instant,

Sous ta couronne de lauriers,

De ta silhouette, habilement,

Étincelle furtivement

Et fait mon regard prisonnier,

Mais au coin de l’œil tu habites,

J’ai beau regarder et pourtant

Dans les angles morts tu t’abrites,

Ici et là, virevoltant;

Ombre chinoise en avant scène,

Horizon de mon univers,

C’est donc à toi, lointaine reine,

Que je dédie ces quelques vers.

.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s