Cinquante-et-un

.

Mon oiseau a les plumes

Aux couleurs noir de jais,

Le bec odeur agrume,

La peau chaleur de brume,

Le cœur plein de projets.

Un oiseau sans pareil

Dont les yeux océan

Et perles de soleil

Aux doux reflets vermeils

Dansent en mon céans.

Et qu’il vole si haut

Scintillant sous les cieux !

Me voilà qui prie, “Ô,

Vous, beaux et puissants dieux,

Accordez moi cette eau

Vive comme les mots

Qui coule sous mes yeux.”

.


Je suis pas tout à fait satisfait de celui-là, sûrement à retravailler plus tard.

Un des poèmes les plus frustrants à écrire jusqu’à présent parce que trop d’idées à caser avec une vision hyper précise de ce que je voulais…

Et je ne sais pas si j’ai réussi, donc doublement frustrant. Mais amusant tout de même, un petit défi très intéressant !

A bon entendeur salut ! ;)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s