Titans

.

Que le poète ne s’endorme

Afin que de son cœur énorme,

De ce gouffre noir et béant,

Ne se réveillent les Titans,

Sombres et antiques géants,

Dévoreurs de vie et de temps,

Car pour cet enfant innocent

Qui se cache dans ce grand corps

Espérant toujours et encore,

C’est lors l’orage mugissant

Venant engloutir tout son monde;

Oh ! Nul ne peut lutter contre elles,

Bêtes sauvages et immondes

À qui la peur donne des ailes…

.


C’est pas encore parfait mais les images me parlent alors voilà.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s