Quoi qu’on fasse

.

*

Quelle est cette sublime émotion qui me prend,

Et qui garde mes mots et mes maux en suspend ?

Quelle est cette étrange sensation qui me rend

Si maladroit quand je voudrais être charmant ?

Antique et merveilleuse, aussi belle que toi,

Magique et chaleureuse, lueur qui chatoie.

Vers et prose me sont d’ordinaire facile,

Pourtant quand tu te tiens juste en face de moi

Je cède à la panique de ce fort émoi,

Sur ma langue d’or nul mot ne roule docile.

*

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s