L’amer, l’amor

.

Les ciel est clair, les oiseaux chantent

Le vent est doux, la rosée fraîche,

L’odeur salée, un peu revêche,

De ma mer natale me hante.

En ce paysage immobile

La mort et la vie s’entremêlent

Tournant en rond – lent carrousel –

Avec une finesse habile.

Que fonde alors – précieux écume –

La belle et fugace richesse

Quand tombe la vieille tristesse

Que nul feu jamais ne rallume.

Un homme dort dans le grand lit

Du doux espoir qui, malicieux,

S’infiltre depuis les hauts cieux

Aux racines des pissenlits,

Les yeux fermés, le teint si pâle,

Ses lourds soupirs restent reclus

Dans ses lèvres sous le blanc châle;

Un homme dort, l’esprit n’est plus…

*

Les yeux fermés, le teint si pâle,

Nul souffle ne s’échappe plus

De ses lèvres sous le blanc châle;

Un homme dort, esprit reclus…

.


Avec fin alternative.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s