Quand on s’aime

.

Viens, inconnu, et entend :

J’avais écrit un poème

Sur un voyageur d’antan

Un enfant de la bohème,

L’un de ces grands seigneurs du temps

Qui le cueillent comme on le sème,

Êtres que le Moment attend

Et qui avec tout Homme s’aime,

Un de ceux que monde sous-tend

Du premier au dernier quantième,

Je n’ai su dire de Satan

Ou d’Elohim, un vrai dilemme,

Il marqua mon esprit cent ans,

Un inlassable requiem

Au rythme de mon coeur battant,

Que le doute et l’envie parsèment.

Qu’est hui bien loin le printemps

Où, tel de vivantes gemmes

Voletant au fil du vent,

Je brodais ces jolis lemmes…

.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s