Aurore

.

Il y a au petit matin

Dans le vent frais et la rosée

Quelque chose de bien hautain

Comme parole trop osée

Que l’on formule sans savoir,

Que l’on exprime sans vouloir,

Dans laquelle on n’ose se voir

Qu’une fois seul dans le couloir

Silencieux de notre esprit,

Nul ne sait de quoi notre coeur

Semble à ce moment s’être épris

Ni d’où vient ce rictus moqueur,

Ce n’est qu’alors que le soleil

Colore le ciel de puissance

Et lui rend les larmes de nuit

De sa douce fille la Terre,

Que le spectacle sans pareil

À chacune de nos naissances

Brise enfin les murs de l’ennui

Et dévoile ses vieux mystères.

.


Je tue, il hèle, nous vouons mille zèles.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s