La bobine usée

.

Et la bobine tourne et tourne bien que plus lentement

Et les haut-parleurs crachent la même neige que l’écran

La large pièce s’est assombrie il y a déjà un moment

Mais le film compensait la sombreur imprégnant les rangs

A présent l’écran à retrouvé son originel blanc

Le générique n’est lors qu’un souvenir loin et distant

La musique s’est fondue dans la mécanique tournant

Même les lumières inonde à nouveau la salle à présent

Chaque spectateur a disparu pleurant ou souriant

Et pour les rouge rideaux il est aussi à présent temps

De doucement retomber de tout oublier et pourtant…

.


Le projectionniste ne rêve que d’une chose.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s