Détour

.

Qu’est long le détour de ces quelques lignes

Tracées par mon doigt à l’ancre de sens,

Sanglantes tâches de vin, cœur décent;

Qu’est douloureux l’acte de rester digne

Alors même que le monde s’effondre

Autour de réalités alternées,

Autant de douces icônes mal ternies

Tel neige chaude refusant de fondre;

Nombreux les esprits voyant le tryptique

De ces sons, des sens et de l’intention

Comme une si mystérieuse invention

Que les sourds messages en restent cryptiques;

Au delà de l’obscure sémantique

Pourtant, la transparence de mes maux

Fait écho l’apparence de mes mots,

Car, vraiment, je ne suis qu’un romantique

Qui dore ses fines lettres de plomb,

Fuyant la transparence de son âme

Dont jadis Damoclès perçut la lame,

Par peur, par faiblesse et manque d’aplomb.

.


La poétique des mots est mon seul courage,

Mon épée, mon bouclier, ainsi que ma rage.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s