The Eighth Dead

The Eighth Dead is a project for a short story in three parts that I have decided to try to work on over the course of the next few days. It is based on a script for a hypothetical movie that I wrote last year during a class on script writing. The story itself is something I’ve had in mind for a few years now but, regretfully, I never had the motivation or time or energy to turn it into what I wanted it to become: a short story. At least not until that class last year. It now exists in the form of a script in French, therefore, the broad outline of the story is defined and all that is left for me is to (successfully) turn it into a short story.

It is the story of Jackson Parker, an ex private eye, or private investigator, turned cop (sort of the opposite of the usual “noire” novella) who arrives in Louieville, a small town in the south of the United States, to start his new job and is faced with a series of mysterious murders. The whole “ambiance” is supposed to reflect the early 30s-40s and perhaps 50s, and that “noire” characteristic of movies set in that time period.

I will try to post one part very two days (the key word is ‘try’) for two reasons: one, it will allow you, readers, to be able to read it without having too much time between each part, therefore making it more clear for you. And, secondly, it will give me time to work on it a little more than one part a day (especially considering what I have programmed for myself in the next few days and that each part will be much longer than a poem), while at the same time being a challenge towards myself (idem). Finally, it will make it easier to publish for me (really long pieces always seem to have some kind of issue) and it makes work on a longer and different project while keeping a writing schedule (or at least try).

I will do my best to make this small – albeit important to me – project as entertaining and high in quality as I can. I am starting the actual writing tomorrow, thus the first of the three parts should be published around Saturday (or something). That is all I wanted to say, this post is both a means to catch your attention and to ‘force’ myself to actually do the work by binding my word to it. And, who knows, perhaps it will motivate me to work on all those other shorter writing I have had int he back of my mind for some time now…

So, yeah, we will see how it goes. That’s all folks! See you all later.

PS: Perhaps one day I will make the original script, in French or/and translated, available. Perhaps.

Advertisements

GG

He almost came to regret his decision as light flooded the dim corridor. Air rushed to his face, drowning the deafening cheers of the crowd on the other side. He could hear them since he had left his cell, the hundreds of thousands of feet that made the whole main arena shake, the muffled cries that demanded more, and the screeches of the horns that announced the end of yet another match. Blood rarely flowed in the arenas and when it did, it didn’t stain the ground for long. No, usually the only blood was the one boiling in the veins of the participants and in those of the spectators, or the blood thumping in his ears when he was in the center of it all. Perhaps tonight would be a bit of both…

It felt as if the world started to move again after stopping completely for a moment. His heart was pounding and he forced a smile on his pale face as he stepped into the outer rim of the arena. He had to look, if not for himself or for his audience, for Io. He couldn’t let the young Ehnar worry for him, plus Alexis would beat him to death if she knew what he was about to do and how he felt anything but confident about it… He knew he could do it, somehow. Probably. He had to do it so feeling indecisive about it changed nothing, he was backed into a corner, something he had gloriously achieved himself, and he had no option but to fight his way out.

The spotlights were on him and the three other gladiators that had been chosen that night. Well, “chosen” was perhaps a stretch. True the one in the green corner had been picked almost randomly to fill the slot, but he and Jams had instigated this whole thing, and Kietro had been more than eager to try anything to squeeze herself in-between them. Why she did that, he never knew, but it seemed she had either a grudge against Kietro or a weird fetish for getting into situations that could lead up to violent altercations. Altercations she could then be a part of, sometimes not even to win or beat other people up, but simply for the “thrill of it”.

He looked around and saluted the audience and the casters twice, doing his best to smile as confidently as he could until the moment he would be able to put on his mask. The smiles and the waves were for the audience and the favor points he could get, the mask was for the sponsors, to give a more mysterious image and aura to his gladiator persona. Everyone knew his face but it wasn’t to hide his identity, it was to hide his weaknesses during the bouts and to give himself courage by making himself believe he was becoming someone else, a better, stronger, version of himself. And even if it was only psychologically, and partially, true, it felt right. Finally the first bell rang and he put on the wooden artefact that would hide his features.

It felt as if he was underwater again: everything felt distant and cold, but his heartbeat seemed to calm down instantly. He closed his eyes and focused his mind, which was becoming clear again, on himself and the reasons that has pushed him to do this. Io, he was here to avenge. Or at least, if not to restore their honor, to show that there was still hope. Kietro, he had to defeat. If he could beat him this round it would be perfect but beating him was the top priority. He had to show him what he was capable of and what he, as a more veteran of the league than him, could not. Alexis, he was simply here to prove wrong, to piss her off, like always. And Nerio, he didn’t really know. To show him that he had grown, perhaps?

He had grown. That was obvious, mostly in physique, but also in mentality. He knew he had been too proud, and wrong. But he had learned from this. He hadn’t finished learning, of course. He would never finish learning, as Nerio often liked to remind him, be he dared to believe he had learned enough to call his own bluff tonight. At least, if not for him, for them. Io deserved to know they weren’t alone… The second bell rung and his whole body tensed up. he would have to be ready for the third one, a single misstep as it began and he might be done for. The column, the path, the house. The column, the path, the house. He reviewed his battle plan in his head. Everything would work, it had to. And if it didn’t… well he would make it. Or the arena be damned, he would never utter a single stupidity like this ever again! The third bell rang, his legs felt heavy but as he jumped, he caught the fleeting look of surprise on Kietro’s face. Maybe, just maybe.


A sort of short summary of the opening scene, or prologue, from a story I have had in mind for quite some time now. Perhaps this will motivate me to try to explore it in more detail… Maybe, just maybe.

The break-up

The first thing that hit him when he stepped into the condo was the feeling of something missing. Then his eyes fell on the note. A small piece of white cardboard paper, left there, in plain sight, on the old sideboard in the hallway. His eyes swept around the room, the apartment felt strangely empty. He looked at the note again and hesitated a moment before finally walking up to it. He slowly grabbed the white rectangle and read its content.

William, you have been my greatest love, you are my greatest love and you will probably remain so my whole life. Know that I love you more than anything, truly. But it can’t go on like this, I cannot bear your breakdowns, your bursts of anger, your dark thoughts and all those moments when you don’t seem to live anymore. I cannot bear the thousand wounds you try to cover with your excuses and your apologies, before reopening them the next instant. I know that deep down you are a good person, I truly believe it, but something in you is broken, something I am not sure I could ever repair… I know that I am probably breaking your heart right now but I can’t go on like this, I don’t have the strength anymore. My love for you doesn’t seem sufficient so I have decided to leave. Don’t look for me, I don’t want you to find me. That is the only way to prevent us both from going crazy…

Good bye.

The note was written with blue ink in a thin and gracious cursive. No signature, no name. No need, he though. His hand was shaking as he put it back on the wooden piece of furniture, he could feel his eyes tearing up. He pressed his back to the wall of the hallway and let himself sink down to the floor, his shoulders shaking as if trying to dance away the pain that was rising in his chest. He couldn’t believe it. Was all this real? Was it really the end? After years of love and hardships that they had endured… What had happened for them to let things get to that point? He remained on the ground for a long time, not trying to keep his tears from flowing and his chest from hurting. Only the faint rumbling of water through the walls, sometimes interrupted by his humid hiccups, filled the apartment, now devoid of half the stuff it used to house.

When he finally managed to get up again it seemed as if an eternity had passed, his legs felt heavy and weak. Slowly, giving time to his weary heart to pump enough blood to wake them up, he walked towards the bedroom; the bed was made, the curtains were drawn. Only the pale light of the winter sun managed to light it up a little. On the nightstands stood two small lamps, and on the wall a painting, relic of a distant time that they had found during a garage sale. Despite all of this, the room seemed eerily empty. He had trouble realizing that it was true, that it was over, that this emptiness would now be an integral part of the five-room condo…

He opened the closet, it was only half-full: suits, shirts and trousers. The rest had vanished. The jeans, the colored tops, the scarves and even the fancy underwear, nothing remained. The emotion once again took over him, he only managed to keep the sorrow at bay with the greatest of efforts as he closed the thin door before walking out of the room. He went through each of the rooms, shooting a quick look around. The result was always the same: empty, devoid of part of the stuff that used to fill them. His breathing was ragged and his heart felt like it was beating a thousand times per second when he found himself in the hallway again. The the fight came back to him in a flood of emotions, like a coup de foudre. Or, rather, the opposite.

He had almost been violent. Almost. He would have never dared, he knew it, and yet… The darkness in his eyes left no doubt as to the anger that boiled in side. He might even have surrendered to it and let it out, had he not seen the frightened expression and understood how scary he must have appeared… He had frozen on the spot, staying there, looking lost and powerless as his love walked away into the night. He hadn’t even shown a reaction when he had seen the silhouette turn around halfway. Perhaps he hadn’t wanted to do anything, uncertain he could even forgive himself…? Or perhaps he knew then, perhaps they had both understood what that moment meant?

Had he gone for a walk, or had he remained stuck there, on the sidewalk, for hours before coming home? He didn’t know. All he knew was that when he had come home he had found the apartment empty, not unlike today, but not of its furniture, rather of any human presence, the presence that had become so familiar over the years. Surely he had tried to call as soon as he had been back – the twelve missed calls were unmistakable evidence – before finally letting sadness and weariness overwhelm him. The next morning, night having gone away and his love still not back, he had gone to work, leaving the apartment empty and free for the whole day.

Once back in the corridor he cast another look at the note. He felt tears well up once again and, with a visible effort, fought them back. He read  once more, as if to cement the reality and the truth of what was happening in his mind and in his heart, to make sure that this was indeed what was left of them, of what they had been. Goodbye. The word echoed in his mind. It was over, the end. No tearful parting, no sobbing hug, not more fight. Not even a signature. No need, all had been said. Goodbye. It sounded so false, so empty in his mind, faint echoes in an infinite void… He remained like this for a moment, unmoving, staring at the note between his fingers. Finally he let out a sigh. No, despite everything, he deserved at least that. Alex took out the blue pen from his pocket again and wrote his name under the last word in an elegant cursive writing despite his trembling hand. He put the small rectangle of white cardboard paper on the top of the sideboard and, shooting one last look at the apartment, now empty of his belongings but still full of so many memories, before closing the door behind him.


A translation of this one: La rupture.

I feel that it could be improved, perhaps it remains too unclear… The goal is to incite a second reading but, has it been accomplished in a good way? I don’t know, time will tell.

Of My Ideal of Storytelling

This is not a poem nor a short story, rather it is another one of those incoherent rambles. But don’t leave yet! It will be interesting (maybe, I hope) and I’ll try to keep it short and to the point, I promise! #PinkySwear

The concept I want to talk about today (or tonight, as it’s already night time here) is storytelling. Ah, storytelling… What a vast subject that could be tackled on so many different angles. I, however, shall tell you about something more specific, something more personal. A dream of mine, to be precise.

As you may or may not know, I have been studying English these past two years and a half, English language (how to speak it good), civilisation (why, when and how English) and literature (English but with a glass of champagne in one hand, a cigar in the other and an accent just as fine as your moustache). It has honestly been a blast, I’ve been having a lot of fun and studied many an interesting thing. Well, for the most part, ’cause, you know, there’s always those one or two classes that you don’t know what they are doing there but you still have to go to even if they are as boring as hell.. (Perhaps a bad analogy here, considering hell is supposed to be pure pain for eternity and that pain is not boring at all, far from it… Well, maybe after a whole eternity, who knows… Anyway!)

Boring classes, yeah, and the fact that I am not too good with the format in general, and that I hate working… I do find the subjects very interesting though, that’s a silver lining isn’t it?

So! As I was staying, studying English. This semester, during which I have been studying in Ireland instead of France because the program of my university required me to go abroad for a semester – that was also great, but a story for another time because I can already feel you dozing off here -, I have had to choose classes to follow. Some that I don’t necessarily have back in France. This has allowed me to study film and its relationship with sound, which was awesome in every way, much more interesting than I thought it would be when I picked it! But also literature (Irish authors and also the romantic genre) but of course Irish civilisation and Irish folklore too!

Those last two were great because I learned a lot about the relationship between the history of Ireland and its folklore, and about not only the content of said folklore (mainly through folk tales) but also about the way an Irish folk tale works and is transmitted. This last part, the study of folk tales was what truly got my attention, leading me back to the subject of this post: storytelling.

We studied the mechanisms of folk tales, how they were built, why they worked, why they appealed to us despite their apparent simplicity and why they had lasted so long, all very interesting things to know but not what I want to talk about here. No, what I want to talk about is the way these folk tales are transmitted and what has got me thinking about the whole storytelling concept. You see, traditionally, Irish folk tales are transmitted orally by storytellers. Now, I know that it is the case in many different cultures and that many different peoples have long used the voice as medium to tell stories, and I have known that for a long time too, don’t worry.

So why did it leave such an impression on me now?, you ask. Well, the answer is long and part of what I like to call the ‘latching point’ (another subject for another time), but I’ll try to make it short: basically I have been struggling to write my stories these past years (and it’s not for trying, though not that hard I must admit), but I have been doing a decent job – I would say – at writing poetry, with more than 500 poems posted here to this day and I have not stopped thinking about them, toying with the characters, the plots and fleshing everything out even more than before. And yet, not even three chapters were posted here for Tales of Ore (in French) in the last 6 months, perhaps in the last year…

That is what has been on my mind lately: realising I wasn’t going very fast nor very far with my novel-writing. It was a realisation that came not all at once but over time, and it did not come alone, it was followed by many questions: was I really passionate about it? Was my method wrong? What could I do to remedy to that? Should I think of other stories to write about if those didn’t work? Should I start over? Should I change the medium? And so on and so one… I must admit, I don’t really have an answer, at least not very clear, to this day. I am still trying to figure out what I can do. Or to act upon it because I know there is only one way to move on: move on. I have to do it, to make myself work on them more regularly.

One thought stuck with me however: should I change medium? I have long thought about turning one or more of my stories into comics (as you may have already seen if you have been following me for some time now), and still do (if anyone is interested to talk about a possible project with me, don’t hesitate!), or into audio series or things like that. A few problems arose. One, I don’t draw well, not well at all. Two, I’m too lazy and discouraged to try to learn at this point (though I may get to it one day). Three, audio series need either a diverse range of voices or actors, and good scripting. Which I am not very good at, at the moment, unfortunately…

So, yeah, not a lot of positive things there. That’s why, learning about storytelling and seeing how people like Seán Ó Conaill (look him up, very interesting stuff! [not Sean O’Connel, the professional fighter though, Seán Ó Conaill and his folk tales]) could create very engaging stories through the power of their voice and their way of telling them. No long period of writing, no struggling before a blank page, just a nice, comfy chair, a fireplace on a winter night and a few people to listen.

Okay, yes, there’s more to it than that. ONe has to know how to tell a story, which story to tell, how to manage an audience and many more things than that. It’s something you have to work on and practise, it’s not as easy as I just made it sound. Plus the stories better be interesting. Also, there are some negative aspects to that: you have to be in front of an audience, which reduces the number of people you can reach at one time, and it’s live so, no messing up. So, yeah. But still, it sounded so interestingly awesome to me because I know what my characters are supposed to do in my stories, what happens to them and how to tell it (in which order, in which context, etc.) and I could actually, honestly tell you the story without much difficulty right now if you asked me. It seems so easy and fun to do and the more I though about it, the more I was attracted to this.

Of course, it’s not that simple because I have never done it before (I am not good at it), my stories are not entirely complete (which could lead to useless storylines or digressions) and I don’t have any people interested in listening to me ramble on for hours and hours. So, this solution, although easier to achieve than a comic and easier to do than some sort of audio series or audiobook, is not perfect and requires practice and other people interested in what I have to say. But, it is interesting. No matter how much I think about it.

I would love, and I mean really love, to have my main story, Tales of Ore, completed as a novel and for people to be able to read it and possibly to enjoy it as much as my. However, at the same time, somehow, the prospect of actually telling this story to people, not just giving them the book or reading it to them but actually telling them the story is very attractive. And so, I have kept thinking about it for the last few weeks/months, playing with it, trying to find ways to make it work somehow.

As I write this today, the best solution I have been able to come up with would be to record myself and to post this fireplace-corner-comfortable-seat-storytelling on a platform like YouTube or equivalent in episodes of 15 or 20 minutes and to tell it orally bit by bit, like once a week or something. Perhaps it would work, perhaps not. That’s for future me to see. I feel I would really love to try it! I don’t know if I’d be good at it, if my stories would be interesting or if the concept would work but I really want to try. Also, I have so many stories to tell that I have material to practise for a looooong time before I run out of things to say, so at least I would probably end up being better at it if I did it.

It would require a few different things, a comfortable chair and a fireplace to begin with, but also some training and an actual plan as to what I am going to tell and how. That is not something I view myself as doing in the near future (meaning the next few days or weeks), I feel that until I come back to France at least, it’s no use trying, but it is a possibility I am seriously considering because it would be such an enriching experience, it would allow me to flesh out my stories even more, to try my hand at something different and new for me, but it would also be a fresh concept (at least I haven’t seen much of anything like this on the internet until now) and maybe, just maybe, it would allow me to actually finish and share my stories… Maybe, with a little hope and faith.

So, yeah, that’s my great dream right now: become a storyteller, an oral storyteller, and to tell the stories I have thought about for years now to people, not by writing them down or by drawing them but by actually telling them. A bit like a new Morgan Freeman, when I think about it… With a far less appealing voice though.

One day perhaps… Who knows? Who nose…?

Any thought, tips or comment on this? I’d love to know what your opinion on this is, if you think it would work or not and if you would be interested in this!

Thanks for reading! (This got way too out of hand again, damn it!)


Also, feedback would be appreciated!

An unusual request

The shop had been quiet for a few days now, which was completely normal, mind you, with everything that was going on around the Curve and its gates. It was like this every damn season: Leaf had its refreshing resorts opening their doors, Tear, its holidays and family reunions, Sand had holidays AND great weather, always, and Zephyr and the rest managed to make people get off their asses to move even though she couldn’t understand why after all those years… But what was the most mind-boggling was the people themselves, those who stupidly thought that by starting a few hours or days early they would manage to wiggle through when, after so many cycles, it was always the same thing. The same damn thing, always. Too many people would all think of getting an early start at the same time and it would end up like always, with the gates over-packed and her shop more quiet than usual…

This time was no exception. It even seemed even more quiet than the previous cycles. She knew that clients would always end up coming back at one point, often in much higher numbers in the first weeks following the change but it still managed to freak her out to an extent, even after all this time. I am no better than those idiots, am I? Thinking it’ll be different this time… She sighed and adjusted the new items she had received the previous day. Dust-globes of the citadel, animae of the shuttles gliding along the Curve’s rainbow paths, a bunch of Nat’ur magazines – stupid hipster name – and, last but not least, a dozen pairs of the latest lenses of truth by Trigon, supposedly able to display events past and future of the location you looked at. She knew it was a scam, as most merchants and tourists did – even Trigon themselves, the product’s distributing guild had admitted it sometimes operated in ‘unpredictable ways’ for Io’s sake! – but it never seemed to stop selling, the speed at which they disappeared even seemed to increase.

She was in the middle of putting the contents of the last box on display when the gong echoed. She looked up and saw a red-haired mudborn walk towards her. No, a human, she corrected herself silently. Not cool Vee, not cool… Those were the remains of the old her, she tried to let those apprehensions fizzle out in the far reaches of her mind but it was much more easily said than done. She had learned to see past what her clan had taught her when she had left her home all those years ago but it wasn’t perfect yet. Who is perfect anyway? Nothing it lost as long as you know it’s bad Vee, as long as you know it’s bad, she repeated the words of the preceptor as a mantra. She stood up and dusted her hands on her robe, everything needed a good scrub anyway and she still had some time to get the shop clean and proper before the number of clients soared again.

“Hello, how may I help you?”, she asked, putting on her best smile as the woman walked up to her.

“Hello”, the woman replied with a slight accent, which she found cute, “I am looking for a specific item and have been… unlucky in acquiring it in the shops I have visited previously. I was told that if I asked for a certain Verian here, they would be able to help me…”

The way she had paused in the middle of her sentence had caught Vee’s attention, she studied the woman a little more closely. She looked and sounded like a tourist passing through with her light clothes – an ample white blouse, an equally floating lilac-coloured skirt and a large curved straw hat – and her slightly rolling accent. The only thing missing to complete the look were large sunglasses. But as Vee observed the red-haired woman a bit more closely she noticed the small wooden stick – probably a wand – hanging by her side and the deep yet cold brown of her eyes. Not a passing client, she is dangerous… Vee immediately settled the broad smile on her face so as not to let on her thoughts. Now that she thought about it, the woman had an unfamiliar and spicy aura around her, which was definitely not common. And if he had been recommended to her by her peers, it must mean she was ot a usual client either.

“Of course, I am Verian,” Vee replied, “what is it that you seek to obtain? I may already possess something of the kind in my inventory.”

She went straight to the point and the woman seemed to appreciate that.

“To be frank, I am not looking for an object, rather… a creature. One of great power. I was hoping you would be able to provide counsel on this.”

Interesting, thought Vee. Usually when clients came to her with special orders they were seeking materials or objects, those who came to obtain other types of merchandise like living creatures or other were even more rare. And yet she felt that woman in front of her was of another kind still. She seemed to know exactly what she wanted already and someone who had the means to acquire it by private circuits rather than through merchants or guilds. So why would she come here?

“Come with me.”, Vee said before moving to the back of the shop, not even locking the front door as she was sure no one would disturb them.

The woman followed her to a larger, more lit room which served as a meeting room for the rich and important clients. Windows displaying different landscapes were placed along the walls. Of course they were false, this room had no other physical entry or exit that the one leading to the shop, and it was tailor-made to become a very, very sturdy safe-room if anything went wrong during or after a deal. Or if anything went wrong in general, with her establishment so close to the Curve it was always a risk, no matter what the officials could say, she trusted her judgement more than their corrupted one.

“Have a seat.”, Vee gestured and a row of different seats appeared behind the woman.

She sat on the one covered in pale blue fur. Nice choice, Vee thought, it was the most comfortable one, after her own of course, which she outed immediately after. She also outed a small table with refreshments, she always kept some in case of unexpected business.

“So,” she sat down in her own seat, a thin layer of ochre sand cut into the shape of an armchair, “what exactly brings you to see me?”

She shifted slightly, taking a cookie from one of the jars in front of her, resting her tale on her shoulder. The woman filled a small cup with the sweet ruby liquid in the bottle next to it and took a sip before replying.

“I have a – let’s say a project in mind, small and inconsequential to the scale of the Curve but which I hold quite dear right now. I am very peculiar on the details of this project but it requires a piece that I have not yet been able to put my hands on.”

She paused and took another sip, she seemed to enjoy the drink. Vee did not speak and simply bid her time, she knew when to respect her clients’ pace.

“The creature I am looking for is a dragon,” the woman said after a short silence.

Vee couldn’t help the slight surprise but nodded to hide her small frown. Why would a client come to her for such a simple task as this? There must have been something else…

“As you might expect, I am not looking for simply any kind of dragon, I wouldn’t have come to you if it was the case. I have specific requisites that must be met.”

Of course, it couldn’t be that simple.

“I understand. Would you care to give me these details? I will know immediately what preparations are needed.”, Vee said.

Dragons. She had a few of those in her own inventory but they were common and relatively easy to obtain. They would most likely not be what her client was looking for. That wasn’t a problem though, she hadn’t gotten her reputation by chance, if it existed, she could most likely get her hands on it and most assuredly make a nice deal of it.

“What I am looking for is a hybrid, cross between the black Zora and the small Iyor. It must still be in the egg state, that is very important.”

Vee was mentally reviewing her database to see if she could already pinpoint a location or at least a first move as to how she would fulfill this task and she visibly frowned at the second part of the request. A dragon, whether purebreed or crossbreed was relatively easy to find for someone with her background, but a specific crossbreed and adding the absolute condition it needed to be an egg made things more complicated. Not impossible, though she was confident she could achieve that by going through a few unusual channels. However she froze when the woman added a third condition.

“And you have to bring me along to choose the egg. I would normally ask for its location and go there myself but I am not familiar with these parts and I need a guide…”

Vee checked to see if this was joke, but nothing in her client’s attitude indicated anything of the sort. The red-haired human was completely serious. Damn… I should have expected this…, she silently cursed. Usually, for such a request, she would have her few trusted associates work for or with her and only move once the product was located, or not even move at all sometimes. But that damn woman wanted her to do it herself and to tag along, this was trouble, definite trouble! She did not want to be a babysitter to this human girl, even more so when she had this uneasy feeling about her. She was about to voice her refusal when she felt the spiciness of the air. The woman’s eyes were not cold, nor did they reflect any malice but she felt pressured nonetheless; there was power in those eyes, she could feel it and she wasn’t sure if she was ready to go against her request. She wasn’t even sure she could as she opened her mouth to speak.

“Very well,” she said, refraining a sigh, “I believe I will be able to fulfill your request. However, for this special treatment, the fees will be higher than usual.”

The red-haired woman simply nodded her approbation and Vee waved her hand, vanishing the food from the table and outing the documents to validate this contract.

“Usually for requests like these, I require a month. But since you wish to come with me, I will need a few days to prepare, no more than three, to get the shop in order and to gather some information as to the place where we will begin our search. I hope this is fine for you.”

“I see no problem, it will give me time to continue my preparations and to take a closer look at the citadel.”

“Then if you would press your finger here…”, Vee said, pointing to the thin silver sheet before her on the table.

The woman followed her instructions and Vee did the same on the other side, explaining the exact details, the dangers and the rules that would have to be followed. A copy was then made and one was kept by her, the other given to the woman. Then she accompanied the red-haired human to the door with a smile. It was only partially forced this time, this trip would not be pleasurable to her, she was sure of it, but she would making a nice profit, whether she succeeded or not. However, considering her impression of the one at the origin of the request- no, the demand, she had a feeling that failing was not an option she would enjoy… Vee watched with mixed feelings the woman only known to her by her initial, a cursive E on the contract, take out what she believe was a wand only to have it grow to the size of a broom, and hop on it with elegance before silently flying off.

“Well, this is going to be fun…”, she muttered, her tail purring with apprehension at what was to come.


Prompted by a Reddit thread.

The Shore

The waves had carried the small boat to the shore. She didn’t know where it could have come from but somehow it felt it had arrived right where it should be. As she approached she noticed the young man, lying in it, his face pale and his side bloody. His breath was ragged, his skin was cold and yet he was obviously burning with fever. He was dying. She knew it immediately. He was dying and there was nothing she could do. Nothing to save him at least, but perhaps she could ease his pain. The heavy wrinkles were unmistakable traces of the suffering. They were not scars and yet they were, momentary scars of the turmoil that went on inside. He was dying and she wanted to help.

How she managed to make her voice carry to the castle she couldn’t say, all she knew is that it had and somehow the guards had found her. She had given orders and the young man had been carried to a room in the high tower, her room – she would sleep in her sister’s, it was long unoccupied anyway. Her father had come with the doctor, finding her on her knees, by the large bed, lost in her patient’s form. Her patient he was now, for even after the doctor repeated the words she had already formulated in her own mind, she insisted that she would nurse him. Perhaps not back to health but at least to a more painless death. She would nurse him if none other would try, even if were to fail, even if he died. He wouldn’t die though, she could feel it. Or at least she hoped so with all her heart, day and night, by his side, she hoped and hoped. She would not stop hoping. She simply could not. Even thought she knew perfectly well that she didn’t know him, he was nobody to her, but she had found him on the beach and thus it had become her duty to take care of him.

Day and night. Night and day. Day after day. Week after week. For months she remained by his side, only leaving to attain to the basics of her status as the castle’s lady and to sustain her self. A full moon came and went and he remained bed-ridden, shivering with cold and burning up at the same time, unresponsive but breathing. He was alive. Alive weeks after the short time the doctor had given him, alive in spite of all common sense. Hanging by a thread of sheer willpower, or luck, or divine clemency – she could not say – and taking in breath after breath, each ragged and difficult, but taken in nonetheless. Finally, one fine morning, as winter began to melt upon the world and the sun rose to the east, after refusing to go away for so long, the wound at his side finally shed its last bloody tear.

No matter the cataplasms, the potions or the spells, nothing had worked, it had kept spilling the life out of him, each day annulling the care that the lady had put into treating and keeping the young man on the edge of the last breath. Nothing had worked. It was cleaned, disinfected and stitched shut each night, and every morning it would be found open again, spewing blood. Not profusely but never a small enough amount to hope for him to recover. However, that one morning it had stopped, after hours upon hours of sweat and prayers, after days of struggling and nights of wakes, as the young woman woke up she saw no blood. It had refused to close, the deep and fateful cut as fresh as on the first day she had laid eyes on him, but bleeding no more. The day had passed and although his state had not changed in any way, it had not gotten worse. Then came night and then day again, with no sleep on her part, no rest for her weary heart and mind, which over time had grown accustomed to his uneven breathing and the boiling chill of his skin.

It was on the first light of the next day that the countless prayers she had thrown into the air, all the hopes she had kept afloat for so long, for the first time, crystalized into something beautiful. A single tear, running from the corner of the eye to the corner of the mouth. It glided soundlessly on the pallor of his skin, stopped only by her finger as she ran it on his cheek. Awestruck, she had seen the water collect and the power of gravity slowly do its deed as it attracted the painful rains to the ground. She could barely believe it but, refusing to let this miracle be lost, she let her hand shoot to his cheek without a second though and collected the living pearl. Reflexively, as her fingers touched the cold and gruff surface, she let them keep contact and run further, along the hill of his cheekbone to the ledge of his jaw line. A small beard had begun growing again and the fever had kept him at the edge of freezing and boiling, and yet, under her finger, nothing had ever felt more soft.

Still in the most complete of silence, a small wind began to blow through the half-open window and sunlight poured in over the bed. Suddenly, the world seemed to halt as she felt it. It was lightning quick and softer even than the songs of birds outside, yet she had felt it. As clear as she saw the tear run along her finger now and as strongly as she heard his ragged struggle for life, something she felt she had not in an eternity. A heartbeat. A single, solitary heartbeat, lacking strength, lacking its ever-present echo, but a heartbeat nonetheless. There, in the morning-lit room, where the dead man had kept bleeding for so long, and where silence reigned unchallenged, her shoulders began to shake…


The scene where it all begins again.

In a part of the story inspired by an old legend.

Ombre & Plumes – 18 – Campement


D’ombre et de plumes

18

Campement


Thrista para un coup de pied bas de Todd au moment où celui-ci tentait de le surprendre après une feinte sur la gauche. Il se retourna ensuite rapidement et tenta un coup de poing du dos de la main mais Todd avait vu le coup venir et s’était baissé, le blond recula alors de quelques pas, un petit sourire au visage.

« Tu te débrouille plutôt bien je dois dire…, commenta-t-il avec un sourire en se reculant de quelques pas pour se remettre en garde. »

Cela faisait une vingtaine de minutes déjà qu’ils s’échangeaient des coups, chacun tentant de prendre le dessus de l’autre mais n’y parvenant pas.

« C’est ton père qui t’as appris ces techniques ? »

Thrista acquiesça.

« Pas toutes, mais les bases oui, c’est lui, expliqua-t-il, le sourire aux lèvres, en lançant un coup de pied glissé pour faucher le blond, mais ce dernier s’était reculé juste avant.

– Eh bien il a fait du bon boulot ! Aller, assez d’échauffement pour le moment, montre moi ce que tu as dans le ventre !, s’écria-t-il en se mettant en garde, cette fois l’air sérieux.

– Comme tu voudras !, s’exclama Thrista en se mettant en garde à son tour. »

Jusqu’à présent ils n’avaient fait que s’échauffer, échangeant des coups pour se tester d’abord, puis, au fur et à mesure, en devenant plus sérieux et en tentant de prendre le dessus l’un sur l’autre. Ils n’avaient pas encore eu recours à la magie mais le brun savait que Todd voulait voir de quoi il était capable, aussi se concentra-t-il. Ils s’étaient éloignés du campement près des rochers d’une trentaine de mètres pour ne rien abîmer et pour ne pas déranger Hannah qui méditait à présent, assise sur la plus haute pierre, tournée en direction de l’ouest. Thrista se concentra, puisant dans ses réserves de mana et le focalisant dans ses poings, il fixa ensuite son regard sur Todd et remarqua de légères étincelles qui grésillaient tout le long de son corps. Le blond semblait vibrer sur place, un large sourire au visage. De la magie élémentaire, pensa Thrista, et de la foudre en plus… Il n’avait pas croisé énormément d’élémentalistes de la foudre mais du peu qu’il avait pu voir ils étaient en général puissant et rapides, et se faire toucher par un coup pouvait se révéler dévastateur. La magie de la foudre était difficile à maîtriser mais pour ceux qui y parvenaient, ils contrôlaient une puissance avec laquelle il était difficile à rivaliser. Cet entraînement promet d’être sportif !, pensa le brun avec un léger sourire.

« Quand tu veux…, commenta-t-il, sa voix légèrement plus basse que d’habitude du fait de la concentration. »

Il n’eut pas le temps de rajouter quoi que ce soit, le blond s’était élancé en l’air directement vers lui, son poing se dirigeant droit vers son visage. On pouvait à présent voir de petit arcs électriques apparaître et disparaître sur ses bras. Thrista s’écarta pour éviter le coup et se retourna immédiatement, il ne devait pas rester exposé ou bien il ne durerait pas longtemps. Il eut à peine le temps de se remettre en garde que Todd était déjà à sa hauteur. Un échange de coups s’en suivit, Thrista tentait de dévier les différents coups de poings et de coudes que Todd lui envoyait tout en faisant attention de ne pas le laisser prendre le dessus. Les coups que lui envoyait l’ex garde du corps de la princesse étaient plus rapides et plus puissants que quelques minutes plus tôt. Un poing grésilla en passant non loin de l’oreille de Thrista et ce dernier rétorqua avec un coup de paume au niveau du torse, ce qui eu pour effet de faire reculer le blond de quelques pas. Todd se redressa avec un petit rire.

« Dis donc, tu frappe plus fort que tout à l’heure ! Magie de renforcement ?, demanda-t-il.

– Quelque chose comme ça, répliqua le brun avec un petit sourire. »

Il se décala immédiatement sur la droite car Todd avait repris ses appuis et s’était à nouveau élancé vers lui. Le blond loupa son coup et son poing ne fit que frôler le torse de Thrista avant d’aller s’écraser contre un rocher derrière lui. Thrista vit les craquelures s’étendre sur la surface de la pierre lorsque le blond se remit en position.

« Eh bien ! Mieux vaut ne pas me faire toucher par ça !, s’exclama-t-il avec un sifflement admiratif.

– J’ai comme l’impression que tu ne t’inquiètes pas autant que ça…, commenta Todd d’un ton moqueur. J’essaye de me retenir mais ce n’est pas facile, ajouta-t-il avec un sourire.

– Que dirais-tu de faire les chose un peu plus sérieusement alors ?, demanda le brun. »

Todd l’observa un instant avant que son sourire ne s’agrandisse.

« Si tu es sur que c’est ce que tu veux, alors allons y !, s’exclama le blond en se redressant légèrement. »

Il laissa retomber légèrement ses épaules avant de les contracter à nouveau, ses poings brandis devant lui. Il ferma les yeux pendant une fraction de seconde avant de les rouvrir, Thrista sut ce qui allait se passer mais ne pu retenir sa surprise lorsqu’il ressentit la vague d’énergie émaner de son partenaire d’entraînement. Tout le monde pouvait ressentir, à différent degrés, ce que l’on appelait « l’aura » d’un mage lorsque celui-ci utilisait la magie, mais seuls ses pratiquants ou ceux avec une perception suffisamment affûtée pouvaient la voir. Thrista faisait évidemment partie du second groupe et était donc à ce moment témoin de la densité de mana qui se dégageait du blond, il avait presque du mal à croire que quelqu’un puisse dégager une énergie aussi dense. Mais il savait aussi qu’un bon mage savait comment cacher ou amplifier son aura pour impressionner son adversaire. Il avait eu recours à cette technique plusieurs fois pour faire fuir des voleur ou des animaux sauvages et il avait été témoin de cela lors de son combat contre Zani. Il vit des petit éclairs apparaître et disparaître ça et là autour du corps du blond et confirma l’impression de sérieux qui émanait à présent de lui en croisant son regard. Il n’était pas noir mais ne possédait plus la petite étincelle amusée qui le caractérisait d’habitude. Il est vraiment sérieux cette fois-ci, pensa le brun, eh bien ne le décevons pas alors !

Thrista était déjà en garde et son mana coursait dans chacun de ses muscles, aussi n’eut-il pas de mal à puiser un peu plus dans ses réserves pour augmenter sa magie de renforcement. Ce n’était pas une protection à proprement parler, car elle n’empêchait pas qu’il se fasse blesser, mais le renforcement grâce au mana lui permettait de ne pas subir autant les chocs magiques et de limiter les dégâts pris tout en augmentant son potentiel d’attaque. C’était une technique que Thrista affectionnait particulièrement car c’était la première de celles que son père lui avait appris qu’il avait réussi à maîtriser. Il se concentra pour ne laisser aucune ouverture dans son renforcement et reposa son attention sur le blond qui n’avait cessé de fixer depuis le début et hocha la tête pour lui signifier qu’il était prêt. Todd n’attendit pas plus longtemps pour bondir et s’élança vers le brun, son poing droit levé et grésillant bruyamment. Thrista concentra son mana dans son bras gauche et se tourna pour ne faire qu’à moitié face au blond, il attendit que Todd frappe pour dévier son poing droit et tenta un contre de son propre droit mais fut soudain privé d’air alors que son adversaire lui infligeait un lourd coup de genoux au ventre. Le brun fut projeté sur plusieurs mètres avant de se rétablir tant bien que mal. Il n’avait pas subi toute la puissance du coup mais le fait que Todd ait pu l’atteindre aussi facilement le surprit. Il leva le regard vers le blond alors qu’il se relevait et remarqua à nouveau le sourire moqueur sur son visage.

« Surpris ?, le nargua le blond. »

Thrista ne répondit pas mais afficha son plus faux sourire en se remettant en garde. Il se concentra à nouveau sur son adversaire, augmentant l’intensité de son renforcement une seconde fois avant de faire signe à Todd qu’il l’attendait. Le blond baissa sa garde avant de s’approcher lentement, son sourire toujours large. Il ne s’arrêta qu’une fois en face du brun, à peine à un mètre de distance. Ils restèrent un instant à se fixer, la pression de chacun de leur mana faisant vibrer l’air autour d’eux. Soudain Todd bougea. Il frappa tenta de frapper Thrista simultanément des deux poings, le brun eut le temps de voir des éclairs grésiller autour des poings du blond alors qu’il sautait en arrière pour les éviter. Il dut presque immédiatement s’élancer sur la gauche à nouveau alors que l’ex garde du corps frappait la zone ou il se tenait un instant plus tôt, noircissant l’herbe qui y poussait. Au moment ou il s’écartait de la trajectoire électrisée du coup il tenta de riposter en envoyant un coup de pied, mais à son tour il ne toucha que le sol, Todd s’était élancé en l’air et atterrit quelques pas plus loin. Thrista se prépara à envoyer une décharge d’énergie au blond, il concentra le mana dans ses mains et les joignit au moment de relâcher le mana accumulé, mais il ne put mener son sort à bien. Todd avait déjà retrouvé son équilibre et se tenait à présent à genoux, les paumes des mains plaquées au sol et les yeux fermés. Thrista ne comprit ce qui allait se passer qu’au moment ou le blond rouvrit les yeux et leva la tête vers lui, sa bouche formulant silencieusement la fin d’une incantation. Il remarqua alors les marques au sol qui convergeaient toutes vers lui. Le ciel s’assombrit soudain et il n’eut le temps que de lâcher un juron avant de lever ses bras au dessus de lui et de matérialiser une protection.

« Gass noraes ! »

Dès qu’il eu prononcé les deux mots en ancien langage trois dômes d’énergie verte apparurent au dessus de lui, empilés les uns au dessus des autres. A peine avait-il fait ceci que le ciel noir gronda, l’air vibra et un énorme éclair vint le frapper directement, touchant de plein fouet les boucliers d’énergie, faisant voler en éclat le premier. Thrista dut fermer les yeux un instant tant l’intensité de la lumière dégagée était forte, il concentra le reste de sa puissance sur les deux boucliers restant. Lorsqu’il rouvrit les yeux toute trace d’énergie s’était dissipée, ses boucliers s’étaient évanouis dans le ciel de nouveau bleu. Le jeune homme sentit ses jambes faiblir sous lui, malgré les boucliers et son sort de renforcement il avait été touché de plein fouet. Il se maintint tout de même debout et regarda autour de lui, il dut cependant attendre que la poussière soulevée par le choc retombe. Lorsque les derniers grains de terre se dissipèrent et que l’air fut à nouveau clair il aperçut Todd, debout face à lui, un large sourire au visage. Le blond semblait surpris mais exalté à la fois.

« Wow !, s’exclama ce dernier en s’essuyant la sueur qui perlait sur son front. Ça c’était de l’entraînement !, ajouta-t-il en riant légèrement. »

Il s’approcha de Thrista et fixa son regard bleu sur le brun, l’observant un instant de bas en haut pendant quelques instants avant de poser une main sur son épaule.

« Excuse moi si je t’ai surpris, j’espère que je ne t’ai pas blessé au moins… ?, demanda-t-il ensuite.

– Non non, tout va bien, répondit Thrista, le souffle un peu court.

– Tant mieux alors !, s’exclama le blond avant de redevenir légèrement plus sérieux. Encore une fois je suis désolé, je ne peux pas m’empêcher d’en faire trop quand je suis excité et je dois t’avouer que ce petit combat m’a vraiment motivé. Peut-être trop d’ailleurs, Hannah dit toujours que j’en fais des caisses…, avoua-t-il, l’air penaud. »

Thrista rit légèrement en voyant la tête du blond ainsi avant de répondre.

« Non, ne t’inquiète pas, je vais bien. Ça m’a juste surpris, je ne m’attendais pas à me faire avoir comme ça…, avoua le brun.

– D’accord, tant mieux. Eh bien je dois dire que tu m’a donné du fil à retordre toi aussi, c’est rare que je n’arrive pas à toucher mes adversaires plus facilement. Une fois de plus j’ai voulu en faire trop en t’immobilisant, quand je me bat j’ai du mal à me contrôler…, expliqua Todd en se grattant l’arrière de la tête. J’ai beaucoup de mal à ne pas prendre les duels, même pour un entraînement, à coeur…

– Ne t’inquiète pas, je te le répète, je vais bien. Et puis ce n’est pas comme si je ne savais pas me battre. J’ai déjà fais face à pire.

– Ah vraiment ?, demanda Todd avec une pointe d’ironie. Je dois dire que tu ne te débrouille pas trop mal toi même, c’est rare de voir un bouclier aussi rapidement et bien exécuté !, s’exclama-t-il. »

Thrista hoche la tête en remerciement.

« Merci, je dois dire que j’en suis plutôt fier à vrai dire, j’y ai mis du temps et de l’énergie…, répondit-il. Mais ton maniement de la foudre ne laisse pas à désirer non plus, tu me dépasses de loin en terme de puissance ! »

Ce fut au tour de Todd de hocher la tête en signe de remerciement.

« En parlant de ça, quel type de magie utilises-tu ? Je n’arrive pas à bien te cerner, j’ai l’impression que c’est de la sorcellerie, d’après les sorts que je t’ai vu utiliser, mais la façon dont tu te bats me fais penser à de la magie élémentaire… »

Le blond se recula et s’assit sur l’un des rochers à proximité en attendant la réponse de Thrista. Ce dernier hocha légèrement la tête avant de répondre.

« Eh bien disons que c’est un mélange entre les deux, j’utilise le mana à l’état pur pour me battre au lieu de l’utiliser comme canalisateur pour manier les éléments ensuite, expliqua le brun. Au lieu de le canaliser dans un sort ou dans des runes je le matérialise et je m’en sert comme protection et comme arme. »

« D’accord…, répondit Todd, l’air impressionné. Je dois avouer que je n’ai jamais vraiment envisagé cette possibilité pour me battre. Mon affinité avec la magie de la foudre est venue très facilement et je n’ai jamais envisagé une autre façon de faire… Par contre, cela doit te demander beaucoup d’énergie non ?

– Oui, c’est ce que mon père m’a expliqué au tout début. Le mana est une énergie qui s’épuise vite si on ne l’utilise pas à bon escient. La magie élémentaire est beaucoup plus facile de ce point de vue, on ne dépense que très peu de mana pour contrôler un élément, mais à mesure que j’ai appris à contrôler mes techniques j’ai aussi appris à optimiser mon utilisation du mana, continua-t-il. C’est assez dur et fatigant mais je suis assez fier du résultat et confiant dans son potentiel.

– Je ne peux pas parler pour ce type de magie mais ce que je peux te dire c’est que je te fais confiance pour y arriver !, s’exclama Todd avec un sourire. Après tout, malgré son hétéroclisme, chacun à une affinité différente avec la magie… »

Thrista acquiesça simplement avant de s’asseoir à son tour. Il regarda en direction du soleil, ce dernier avait quasiment disparu derrière l’horizon et le ciel avait pris une couleur orangée presque rouge. Le jeune homme avait retrouvé une respiration quasiment normale mais il sentait la fatigue du combat, court mais intense. Il avait utilisé beaucoup d’énergie pour parer le coup de Todd, trop à son goût. Cela le frustrait légèrement mais il laissa un petit sourire courir sur ses lèvres, il avait fait le bon choix en suivant les deux gardes du corps dans leur voyage. Tous les deux paraissaient puissants et il était sûr de pouvoir progresser avec leur aide ! Il tourna la tête en direction de l’amas rocheux et aperçu la silhouette d’Hannah toujours immobile.

« Elle médite souvent ?, demanda-t-il à l’attention de Todd en faisant un signe de tête vers le haut des rochers.

– Au moins une fois par jour oui, elle dit que ça l’aide à rester calme. Elle a, disons… quelques problèmes de tempérament parfois. Ne lui répète pas ce que je te dis hein, mais elle s’énerve assez facilement je dois dire…, commenta le blond avec un petit sourire en coin. C’est dans sa nature après tout…, ajouta-t-il, les sourcils très légèrement froncés.

« Enfin !, reprit-il, son visage se détendant immédiatement. On a bien fait de s’entraîner un peu, je suis content d’avoir pu me dégourdir et d’avoir commencer à voir de quoi tu étais capable. Je pense que c’est une bonne idée de s’arrêter là pour ce soir mais on pourra recommencer demain si ça te dit. »

Thrista acquiesça avec un sourire en répondant favorablement. Ils se levèrent et se dirigèrent vers le petit campement qu’ils avaient établis à l’abri des rochers. Un feu crépitait silencieusement, faisant réchauffer doucement de la viande séchée et des graines de sélaires dans une petite marmite. Todd appela la jeune femme alors qu’il s’asseyait non loin du feu avec Thrista.

« J’ai une faim de loup !, commenta-t-il alors qu’il servait le brun dans une gamelle en bois. Excuse nous pour les couverts rudimentaire mais nous n’avons pas grand chose d’autre à t’offrir…, dit-il en lui tendant son assiette.

– Ne t’inquiète pas, je m’en accommoderai sans problème !, répondit Thrista en prenant l’assiette qui lui était tendue. »

Il goûta et en pu s’empêcher de donner voix à son agréable surprise. La sauce, bien qu’un simple bouillon aromatisé aux épices, était délicieuse et donnait un goût étonnant mais très appétissant à la viande séchée.

« Merci, répondit le blond. Je n’ai pas fais grand chose, mais je suis content que ça te plaise. J’ai mis du temps avant de savoir bien la faire, c’était une idée d’Hannah au départ ce mélange. On ne savait pas quoi manger et on avait presque rien et puis elle a essayé et c’était délicieux. J’ai mis du temps avant d’arriver à faire la même, mais je suis plutôt satisfait du résultat !, s’exclama-t-il sans cacher sa fierté. N’est-ce pas Hannah ? Ajouta-t-il à l’attention de la brune qui venait de les rejoindre. »

Cette dernière le regarda un instant avant d’acquiescer.

« Oui, tu la réussis plutôt bien. Même si elle ne vaut pas l’originale…, répondit-elle avec un petit sourire en coin en s’asseyant, prenant l’assiette que Todd lui tendait.

– C’est ça, vante toi !, répliqua le blond.

– Mais je ne me vante pas, ce n’est pas moi qui l’ai inventée, c’est… »

Le visage de la jeune femme sembla soudain plus fermé alors qu’elle s’était interrompu.

« C’est… ?, demanda Todd avec curiosité, tenant la fourchetée de viande qu’il s’apprêtait à manger à quelques centimètres de sa bouche.

– Marion…, répondit Hannah en avalant sa bouchée de viande. »

Todd répondit par un simple « Oh… » avant de se remettre également à manger, l’air un quelque peu gêné.

Thrista ne releva pas, il comprit que quelque chose de grave devait s’être passé avec la personne dont Hannah parlait, mais il se promit silencieusement d’essayer d’en apprendre plus sur la jeune femme brune à l’avenir. Ils continuèrent à manger ainsi, un silence quelque peu pesant au départ mais qui s’allégea à mesure que Todd conversait avec Thrista de leur plan de voyage à lui et à Hannah et sur les différentes techniques qu’ils pourraient travailler lors de futurs entraînements. Hannah se joignait à eux de temps à autre, apportant son point de vue ou commentant simplement une réflexion de l’un des deux jeunes hommes. Il discutèrent ainsi jusque tard dans la soirée, se rapprochant du feu à mesure que la nuit tombait et sortant des couvertures pour se protéger du froid qui se répandait. Thrista remarqua que la jeune femme brune semblait moins réticente à l’idée qu’il les accompagne mais elle restait toujours très réservée et elle se renfermait assez rapidement lorsqu’on lui posait des questions trop personnelles. Cela contrairement au blond qui lui semblait plutôt à l’aise avec son histoire, même si il montrait bien qu’il n’appréciait pas tous les souvenirs dont il parlait. Thrista apprit ainsi qu’ils s’étaient rencontrés par hasard à l’occasion de la grande foire annuelle de Val Ysire presque trois ans plus tôt. Todd avait aidé la jeune femme à s’extirper d’une situation plutôt délicate où elle se faisait poursuivre par la garde pour avoir volé de la nourriture. Le blond avait malencontreusement réussi à la faire arrêter, et lui avec, en tentant de l’aider à se cacher. Tous les deux s’étaient retrouvés dans une cellule jusqu’au lendemain où Todd avait réussi à convaincre leurs geôliers de leur innocence. Ils ne s’étaient pas entendus du tout au départ, Hannah lui en voulant beaucoup pour l’avoir faite arrêter, mais ils avaient fini par faire équipe et s’étaient révélés être très efficace pour effectuer de petit boulots et gagner un peu d’argent. Ils avaient ensuite commencé à voyager dans tout le continent et étaient petit à petit devenus des amis très proches.

Ce n’est que lorsque les étoiles, brillant intensément dans le ciel nocturne, ne furent plus que les seules sources de lumière dans le ciel qu’ils se décidèrent enfin à dormir. Ils s’installèrent entre les rochers, non loin du feu dont les braises rougeoyaient encore, à l’abri du vent et d’une pluie éventuelle. Todd n’avait pas vu l’utilité de monter la tente car il faisait toujours relativement bon et sec, comme cela ne semblait pas déranger Hannah et que Thrista en avait l’habitude, ils acceptèrent donc de dormir à la belle étoile. Thrista se plaça un peu en retrait et après avoir souhaité une bonne nuit au duo de voyageurs il s’allongea, les bras croisés derrière la tête et resta un moment à fixer le ciel et les milliers de petit points lumineux qui le parsemaient. Il laissa ses pensées vagabonder, se remémorant le jour où il était parti de chez lui, ses premiers entraînements, l’incident étrange au palais d’Eneleïa et la réaction d’Hannah brune dans la soirée. Il ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il avait dû arriver quelque chose de semblable à la jeune femme car il avait déjà vu cette expression auparavant sur son propre visage, lorsqu’il fixait son reflet sur les berges du lac non loin de chez lui dans ses moments de mélancolie. Il sombra peu à peu, se laissant aller au doux son du vent sur les pierres, avant de s’endormir profondément, son pendentif luisant d’un faible éclat blanc et vert sous ses vêtements. D’autres images allaient venir cette nuit là, il le savait. C’est pourquoi il avait d’autant plus besoin du collier. Qui sait, peut-être cette nuit lui apporteraient-elles enfin des réponses ?


Chapitre précédent *-* Sommaire *-* Chapitre Suivant

A hero’s fate

.

Battle for the future under the night sky

.

When the night has come

And the land is dark

And the moon is the only light we’ll see

No, I won’t be afraid

No, I won’t be afraid

Just as long as you stand, stand by me

When the knight has come

And the stand is stark

And the moon is of red, bright and bloody,

No, I can’t be afraid

No, I can’t be afraid

Just as long as I stand there is glee,

If the sky that we look upon

Should tumble and fall

And the mountains should crumble to the sea

I won’t cry, I won’t cry

No, I won’t shed a tear

Just as long as you stand, stand by me

If I try to fight on and on

But stumble and fall

Then the fountains will rumble, and tears flee,

I will try, I will try,

No, I won’t sheath my spear

For as long as I stand, you are free.

.


I was picturing a scene in my mind, for one of my stories (which you will perhaps one day have the occasion to read), and had an epiphany of some sort and the words of Ben E. King from Stand By Me came to mind.

I now see those words in a whole new light, the moon’s light, bloody red against a sea of dark blue…

Ombre & Plumes – 16 – Au sud


D’ombre et de plumes

16

Au sud


Thrista se réveilla au bruit des pas dans le couloir, il laissa échapper un soupir et ouvrit lentement les yeux, profitant de la lumière tamisée qui filtrait à travers les rideaux. Le jeune homme resta un instant allongé à observer les gravures des murs et du plafond avant de s’asseoir sur son lit, il s’étira ensuite, laissant échapper un énorme bâillement. Cela faisait longtemps qu’il avait pu passer plusieurs nuits de suite dans un lit confortable, le fait de sûrement devoir bientôt y renoncer à nouveau lui brisait presque le cœur. Il se leva et après avoir ouvert les rideaux, laissant la lumière matinale inonder la pièce, puis il prit le pendentif et son collier sur la table de nuit avant de le mettre autour de son cou. Il eu un léger mouvement de recul lorsque le métal froid toucha sa peau mais celui-ci se réchauffa bien vite. Thrista enfila ensuite un haut blanc et un pantalon en tissus bleu marine avant de mettre ses bottes et de se diriger vers la salle d’eau au bout de l’étage. Après s’être lavé il descendit dans la salle commune pour y prendre un petit déjeuner. Une grande pendule située sur la droite de la pièce indiquait un peu plus du troisième septime de Secondaire. Le jeune homme s’installa à une table non loin de la pendule et prit un menu qui était posé au centre, il chercha des yeux les différents plats proposés et après avoir choisi des œufs brouillés, une salade de fruits et de la charcuterie grillée, il se dirigea vers le comptoir. La jeune employée blonde avec qui Thrista avait discuté quelques jours plus tôt était là, elle servait un jeune couple apparemment arrivé la veille. Elle s’approcha de lui dès qu’elle le vit et le salua avec énergie, salut auquel il répondit par un grand sourire.

« Bonjour Juliette, comment vas tu ?, demanda Thrista.

– Bonjour Thrista, répondit-elle avec un grand sourire. Je vais très bien, je suis encore fatiguée des festivités mais je récupère. Tu voulais quelque chose à manger ?

– Oui, confirma le jeune homme avant de détailler sa commande. »

La jeune femme acquiesça en notant le tout sur un papier, elle se dirigea vers la cuisine pour la communiquer au cuisinier, ou la cuisinière, dépendamment de si Carmen était là. Elle revint avec une miche de pain chaud qu’elle lui offrit avant qu’il ne retourne à sa table.

« De la part de Carmen, en attendant que ta commande soit prête, expliqua-t-elle en souriant.

– Merci, quel honneur ! »

Thrista lui fit un clin d’œil avant de se diriger vers sa table. Les deux derniers jours il avait discuté à plusieurs reprises avec la jeune femme de ses voyages et diverses aventures sur les deux continents, ses récits semblaient la passionner, et ils étaient devenu de bon camarades de discussion, échangeant leurs impressions sur leurs vies respectives. Juliette elle, disait rêver depuis toute petite de voyager, d’aller voir le monde et de pouvoir découvrir ses merveilles et ses mystères. Malheureusement, n’ayant ni les moyens ni le courage de faire seule un tel pas en avant dans sa vie elle était coincée chez Carmen pour le moment.

« Mais un jour, je partirais et je ne reviendrais qu’après avoir tout vu !, s’était elle exclamée avec un grand sourire. »

C’est pour cela qu’en attendant, et au grand dam de sa patronne, elle passait ses journées à questionner les clients sur les lieux d’où ils venaient et qu’ils avaient visité. Thrista eu un sourire en repensant à la scène de la veille où Carmen avait été obligée d’intervenir pour forcer la jeune femme à arrêter de poser des questions et laisser le jeune couple s’installer dans leur chambre. Il entama son pain, encore bien chaud et fumant, alors que son ventre lui rappelait qu’il était venu pour le remplir. Le jeune homme en arrachait des morceaux de petite taille avant de les savourer, la mie fondait presque sous sa langue lorsqu’il les mettait dans sa bouche. Il en était au trois quart lorsque Vladislav, un grand homme brun à la barbe épaisse qui travaillait avec Carmen depuis l’ouverture de l’auberge, vint lui apporter son repas sur un large plateau. Le jeune homme le remercia, ce à quoi l’homme répondit avec un simple hochement de tête avant de faire demi tour et de se diriger à nouveau vers les cuisines. Thrista n’en fut pas étonné ni offusqué, Carmen lui avait appris lors de sa première visite que le silencieux homme à la barbe avait fait il y a bien longtemps vœu de silence et qu’il le respecterait jusqu’à la mort. La raison, il ne la connaissait pas, mais de toute les fois ou il était venu il n’avait jamais entendu sa voix, un large sourire lors de son départ avait été la preuve d’affection la plus flagrante qu’il ai jamais reçu de sa part. Cette indisposition à la discussion posait parfois problème lorsqu’un client venait lui demander conseil, et l’on pouvait alors entendre Carmen s’en plaindre. Mais il restait la plupart du temps en retrait, remplaçant la patronne aux fourneaux ou nettoyant les nombreuses chambres de l’auberge, ce qui évitait que ce genre de soucis se produise trop souvent. L’adolescent commença donc à dévorer ses œufs sans retenue, il n’avait pas mangé depuis tôt la veille et mourrait de faim. Alors qu’il buvait une gorgée du jus de fruits pressé qu’on lui avait également servi il repensa à sa discussion avec Todd deux jours plus tôt, lorsque le blond lui avait proposé de voyager avec Hannah et lui après leurs départ de la cité portuaire. Il avait été surpris par cette soudaine offre de les rejoindre lors de leur périple, agréablement, mais surpris tout de même car, comme il l’avait fait remarquer au blond, sa coéquipière ne l’appréciait pas grandement.

« Mais non ! Elle n’est juste pas très sociable, donne lui un peu de temps et tu verra !, avait rétorqué Todd avec un grand sourire. Et puis je peux te certifier qu’elle fait un peu exprès d’être comme ça, elle dit que ça rend son boulot plus facile, même si je me tue à lui faire comprendre le contraire… »

Thrista avait réfléchit un instant, pesant le pour et le contre, mais il avait finalement assez vite accepté cette offre qu’il trouvait beaucoup plus attrayant que de voyager tout seul. Le blond lui avait donné une grande tape dans le dos avant de sourire à nouveau.

« Génial ! J’espérais vraiment que tu dirais oui, parce que tu n’imagine pas à quel point ça peut être pénible de voyager avec elle quand même quelques fois… S’était-il écrié avant d’ajouter. Je ne sais pas quand tu pensais partir mais nous prévoyions de quitter la cité dans deux ou trois jours.

– Je ne pensais pas rester beaucoup plus longtemps, cela me convient, avait-il répondu avec un léger sourire. Vous pensez partir dans quelle direction ?

– Vers le sud, j’ai un proche à aller voir dans les environs de la cité de Kionne pour lui déposer un paquet, on en profiterait pour aller voir l’archipel d’Eos ensuite, j’ai entendu dire beaucoup de choses à son sujet mais je n’y suis jamais allé.

– Moi non plus, mais c’est un endroit fascinant à ce que j’ai entendu dire…, acquiesça Thrista avec un sourire. »

Il se souvenait y être quasiment allé quelques mois plus tôt après avoir entendu parler de leur magie naturelle puissante, mais il avait finalement été convaincu de repartir vers le nord.

« Vers le sud donc, avait-il ajouté avec un sourire en serrant la main que Todd lui tendait. »

Alors qu’il finissait son plateau le jeune homme ne savait pas encore s’il avait fait lez bon choix. Partir vers le sud avec Todd et Hannah voulait dire retarder son retour à la maison, et la jeune femme allait-elle vraiment être d’accord pour qu’il les accompagne ? Mais d’un autre côté il allait ainsi pouvoir découvrir une partie d’Ore qu’il ne connaissait pas et il allait pouvoir s’entraîner avec deux empiristes qui semblaient autant sinon plus expérimentés que lui. Non, il avait fait le bon choix. La dernière fois je me suis posé les même questions… Pensa-t-il avec un sourire en coin. Et pourtant regarde ou ça m’a mené… Il sortit alors un morceau de papier de l’une de ses poches et un crayon avant de commencer à y inscrire une liste d’objets qu’il souhaitait acheter avant de partir. Il avait quasiment fini sa liste lorsqu’il se retrouva devant une assiette vide. Le jeune homme se leva alors et se dirigea vers le comptoir derrière lequel se trouvait la jeune femme blonde, le nombre de clients avait décru un peu depuis son arrivée et elle avait donc droit à un petit moment de répit dont elle profitait pour lire. Thrista aperçu brièvement le titre lorsqu’elle se leva à son arrivée, Carnets de voyage en terres lointaines par Seris Edel, et cela le fit sourire légèrement. Il avait lui aussi lu ce même ouvrage quelques années plus tôt et bien qu’il fut parsemé de descriptions biaisées des populations, il offrait de très belles et vivides descriptions des paysages du monde. Le fait que la jeune femme le lise n’étonnait aucunement Thrista, cela était tout à fait son style.

« Plutôt un bon choix de lecture, commenta-t-il en arrivant au niveau de Juliette. »

La jeune femme rougit légèrement avant de répondre.

« Oui, je trouve aussi, mais Carmen n’aime pas que je lise ce genre de livres. Elle dit que ce ne sont que des tissus de mensonges et que je ne devrais me fier qu’à moi même pour savoir de quoi le monde est fait, répondit-elle. »

Thrista acquiesça.

« Oui, elle n’a pas tort. Tout ce qui y est raconté n’est pas vrai, mais les descriptions de paysages sont tout à fait correctes et sans pareil à ma connaissance, je peux te le confirmer, répondit-il. sont sans pareil à ma connaissance. »

La jeune femme sourit et jeta un regard sur son livre avant de se souvenir que le brun était un client et de le poser sur le comptoir.

« Tu as fini de manger ?, demanda-t-elle.

– Oui, je suis venu régler ce que je dois à Carmen, je quitte l’auberge demain, mais je ne veux pas qu’elle sache que j’ai payé. Elle m’en voudrait jusqu’à la fin des temps si elle le savait, dit-il en riant légèrement. »

La jeune femme blonde eut un petit sourire en se penchant pour prendre l’énorme livre des registres qui reposait sur la table sur sa droite.

« Je ne pensait pas que tu partirais aussi tôt, commenta-t-elle, son sourire presque triste alors qu’elle feuilletait les énormes pages.  »

Thrista chercha quoi répondre mais avant qu’il ne puisse le faire elle s’exclama.

« Ah, ici ! Quatre nuits et quatre jours, c’est bien ça ?, demanda-t-elle.

– Oui, c’est cela.

– Eh bien cela te fera… six dîmes et trente décimes, dit-elle après avoir pris un instant pour compter. »

Thrista sortit la somme qu’il lui devait de sa poche et la tendit à la jeune femme.

« Je suis content de pouvoir la payer, ce n’est pas parce que je suis un ami de longue date que je devrait être invité à chaque fois, commenta le jeune homme alors qu’il rangeait sa bourse. Je compte sur toi pour ne rien dire Juliette, ajouta-t-il, ce à quoi elle répondit par un hochement de tête entendu.

– Tu pars vraiment demain ?, demanda-t-elle à nouveau en rangeant l’argent qu’il venait de lui donner.

– Mon sac est prêt mais je compte aller faire quelques achats avant mon départ, je ne partirais qu’en fin de matinée. Je vais te manquer ? »

Il avait posé la question avec le sourire mais lorsqu’il vit la mine déconfite de la jeune femme son sourire s’évanouit.

« Je dois avouer que oui…, répondit Juliette. Tu es l’une des rares personnes avec qui j’ai pu discuter autant depuis mon arrivée ici. »

Elle soupira légèrement avant de relever la tête. Le jeune homme se força à sourire de nouveau, ce qui la poussa à en faire autant et elle afficha un petit sourire, alors qu’il ouvrait la bouche.

« Je reviendrai tu sais, et je te raconterai ce que j’ai vu. Mais si tu cherches vraiment quelqu’un qui a voyagé pour parler je connais peut-être la bonne personne. »

Le visage de la jeune femme s’éclaira vraiment cette fois-ci.

« C’est vrai ?!, s’exclama-t-elle.

– Oui, répliqua Thrista. Je lui parlerai de toi dès que je le croiserai, je suis sur qu’il serait enchanté de discuter avec toi. »

La jeune femme afficha cette fois ci un sourire sincèrement joyeux.

« Oh merci ! Merci, merci ! Ce serait génial !, s’exclama-t-elle à nouveau. »

Thrista ne put empêcher un petit rire lorsqu’il vit la patronne arriver derrière la jeune femme et la regarder d’un air surpris alors qu’elle le remerciait. Carmen ne fit pas de commentaire mais en passant mais sa seule présence calma la blonde, qui du se retenir de parler fort.

« Merci, c’est vraiment gentil de ta part !, chuchota-t-elle ensuite, lorsque Carmen se fut suffisamment éloignée.

– De rien, répondit le brun. Bon, ce n’est pas tout mais j’ai des achats à faire, bonne journée Juliette, ajouta-t-il avant de faire demi-tour et de se diriger vers la sortie.

– A la prochaine !, répondit la jeune femme avant de s’asseoir à nouveau et de se replonger dans son livre. »

Lorsque Thrista franchit le seuil et arriva dans la rue il fut ébloui un instant. Le soleil, qui brillait dans le ciel depuis plusieurs jours déjà ne semblait pas vouloir faiblir, n’était pas encore à au paroxysme de sa course mais il répandait déjà une écrasante chaleur sur la ville. Le jeune homme enfila une cape légère avec une capuche qu’il avait dans sa besace et se dirigea vers les quartiers nord de la ville, sachant que c’est là qu’il trouverait les prix les moins chers pour les provisions et les divers objets qu’il souhaitait acheter.

La lumière du jour commençait à décliner alors que Thrista retourna enfin en direction de l’auberge, il avait réussi à obtenir la majorité de ce qu’il recherchait. Des provisions, une gourde plus grande que celle qu’il possédait déjà pour de l’eau, des tranches de viande séchées, des biscuits et des galettes de farine à longue conservation, des herbes et du sel pour cuire la viande, quelques légumes et fruits ne s’abîmant pas trop facilement et des graines séchées et grillées au soleil pour manger sur la route. Ce dernier élément n’était pas indispensable mais le jeune homme appréciait en avoir sur lui pour de petits creux qui n’imposaient pas de s’arrêter. Il avait également trouvé de nouveaux habits pour remplacer les anciens lorsqu’ils seraient trop abîmés, de nouveaux gants, une dague (qu’il gardait pour le moment dans sa besace par précaution) et une ceinture pour la fixer, du papier et quelques crayons au cas où et un petit coffre fort en forme de tube qui lui permettrait de garder son argent en limitant les risques. Il devrait encore placer quelques sorts de protection sur ces sacs et ses vêtements pour limiter leur détérioration trop rapide, mais une fois cela fait il serait fin prêt. La seule chose qu’il n’avait pu trouver était une aiguille de plomb suffisamment fine pour pouvoir réparer sa boussole cassée quelques semaines plus tôt. Jusqu’à présent tous les orfèvres qu’il était allé rencontrer lui avaient répondu la même chose : il n’était pas possible pour eux de reproduire un tel ouvrage de précision, il lui faudrait chercher ailleurs. Une seule personne avait réussi à la réparer mais leurs chemins avaient divergé peu avant qu’il ne la brise à nouveau. Il faudra que je lui en reparle la prochaine fois, ou que je retourne à la maison bientôt, pensa-t-il. Thrista se souvenait du jour où son père la lui avait offert, elle semblait tout droit sortie d’un rêve, les quatre aiguilles bougeaient avec grâce et aisance sur le cadran ovale.

« Elle te permettra de connaître sa position peu importe où tu te trouvera, lui avait dit Ellias avec un sourire en voyant le jeune garçon s’émerveiller devant l’outil. Mais fais y bien attention, si une seule de ses aiguilles se brise, elle ne fonctionnera plus correctement et tu ne trouveras que très peu de travailleurs du métal qui sachent les réparer, crois moi ! »

Le jeune Thrista avait alors acquiescé avec un grand sourire et avait serré son père dans ses bras avant de partir en courant dans le jardin pour l’essayer. Thrista sourit alors que le souvenir lui revenait. La ferme lui manquait, son père aussi, mais il ne pouvait pas revenir pour le moment, il n’était pas encore au bout de sa route.

Le jeune homme arriva devant l’auberge à la nuit quasiment tombée, il commanda une bonne ration du potage qu’avait préparé Carmen pour ce soir là et après s’être rassasié et avoir discuté longuement avec Juliette de ses potentielles futurs endroits à visiter, il se retira et se coucha, sombrant quasiment immédiatement dans un sommeil profond.

Lorsqu’il se réveilla le lendemain, Thrista réalisa qu’il avait oublié d’enlever son collier, le pendentif en forme de papillon pendait toujours autours de son cou. Il se leva quasiment immédiatement, sentant monter l’adrénaline et l’excitation à l’idée de repartir. Il enfila une chemise de tissus légère et un pantalon un peu plus large que d’habitude et comportant plusieurs poches qu’il trouvait pratique pour y ranger des petit objets qu’il souhaitait garder près de lui. Le jeune homme prépara ensuite son sac, rangeant soigneusement ses affaires en plusieurs tas dans sa besace. Il allait sortir pour se débarbouiller lorsqu’on toqua à la porte.

« Entrez !, s’exclama-t-il en enfilant ses chaussures.

Ce fut Carmen qui ouvrit la porte, une petite pile de vêtements à la main.

« Bonjour Thrista, je t’apporte les vêtements que tu m’avais demandé de laver, expliqua la patronne de l’auberge en lui tendant la pile de tissus.

– Ah oui !, répliqua le jeune homme avec un sourire. Merci beaucoup Carmen !, s’exclama-t-il en les posant sur son lit pour les ranger ensuite.

– Alors comme ça tu repars aujourd’hui ?, demanda-t-elle.

– Oui, je dois retrouver des amis près du palais en fin de matinée et nous partons ensuite vers le sud, répondit l’adolescent. »

Carmen acquiesça.

« Je vois. Eh bien dans ce cas je te souhaite bon voyage jeune homme, car je dois partir dans quelques minutes pour les quartiers portuaires et je ne reviendrai pas avant ce soir, dit-elle en s’approchant de Thrista. »

Le jeune homme se tourna vers elle et l’invita dans une embrassade chaleureuse.

« Merci Carmen, très bonne saison à toi alors, répondit-il, car je ne pense pas que je serai de retour de si tôt à Eneleïa.

– Je m’en doute bien, trop de lieux à voir et de mages contre qui se mesurer. Elle sourit en le lâchant enfin. Je suis heureuse d’avoir pu te revoir, donne de mes nouvelles à Ellias quand tu le verras !, dit la bonne femme en se retournant et en se dirigeant vers la porte. Lui non plus je ne l’ai pas vu depuis bien longtemps. Bonne route Thrista, et que les dieux te gardent, ajouta-t-elle avant de la saluer une dernière fois et de refermer la porte.

– Merci Carmen, que Cina te voie, répondit le jeune homme avec un sourire alors qu’elle disparaissait dans l’embrasure de la porte. »

Il resta là un instant, à fixer la porte fermée, avant de se rappeler ce qu’il était en train de faire. Il prit la pile de vêtements que Carmen venait de lui déposer et allait les ranger dans son sac quand quelque chose en glissa et tomba sur le sol. Il plaça la pile dans sa sacoche avant de se baisser pour regarder ce qui était tombé. C’était une petite figurine de soldat en bois sculpté. Dès qu’il aperçut le petit piquier avec sa longue lance Thrista ne put s’empêcher de sourire. Le souvenir du moment, plusieurs années plus tôt, où Vladislas la lui avait offerte pour son anniversaire lui revint. Il l’avait surnommée Vlad, en son honneur, et l’avait emmené partout avec lui jusqu’au moment ou il l’avait malencontreusement perdue quelques jours avant son départ. Il avait beau eu chercher partout dans l’auberge, au palais, il n’avait jamais réussi à remettre la main dessus. Thrista ne savait pas comment Carmen l’avait retrouvé, si même c’était bien le Vlad d’il y a plusieurs années, mais il lui en était reconnaissant, il lui rappelait de nombreux souvenirs. Le jeune homme rangea avec précaution la figurine quelque peu grossière dans son sac avant de se diriger vers la salle de bain pour se laver. Il en ressortit une dizaine de minutes plus tard, se sentant rafraîchi, et descendit ensuite prendre son dernier petit déjeuner dans la ville d’Eneleïa. Il discuta un peu avec Juliette et croisa même Vladislav, en profitant pour lui dire au revoir, ce à quoi l’homme de grande taille avait répondu par un hochement de tête silencieux, avant de remonter dans sa chambre et d’y récupérer ses affaires. Il était à peine la demi passé du quatrième septime de Secondaire lorsqu’il salua pour la dernière fois la jeune femme, lui promettant de revenir la voir, avant de se diriger enfin vers le palais pour y rejoindre Hannah et Todd.

– – –

« Alors, prêt à partir ?, demanda le blond en saluant Thrista alors que celui-ci venait d’arriver dans la cours arrière du palais. »

Le blond portait une tunique blanche ainsi qu’un long manteau bleu clair et d’un pantalon noir, il avait un large sac de toile et de cuir sur les épaules mais semblait ne même pas en sentir le poids.

« Fin prêt !, s’exclama le jeune homme avant de regarder autour de lui, n’apercevant Hannah nulle part. Hannah n’est pas encore là ?

– Non, répondit Todd. Elle faisait ses au revoir à la princesse et au roi, elle ne devrait plus tarder maintenant. »

Et en effet, à peine avait-il prononcé ces mots que l’une des doubles portes menant vers la grande cours s’ouvrirent et Hannah en sortit, vêtue d’une d’un haut marron léger mais à manches longues et un pantalon en cuir foncé, le tout recouvert d’une longue cape légère marron avec une capuche pouvant être rabattue en cas de besoin. Elle suivie de prêt par la princesse et son mari. Thrista eut un petit sourire, la présence de la princesse pour leur départ ne l’étonnait pas le moins du monde, Siléna détestait après tout les au revoir trop formels.

« Bonjour Hannah, salua le jeune homme brun, ce à quoi la brune répondit par un bref hochement de tête. Vos majestés, ajouta-t-il en saluant de la tête Siléna et Thédric à leur tour.

– Bonjour Thrista, Todd, répondit la blonde avec un sourire. Je voulais vous voir avant que vous ne partiez. Malheureusement mon père et ma mère ne peuvent vous souhaiter bon voyage en personne, bien qu’ils m’aient demandé de vous le fairede leur part. Je tenais à vous remercier profondément tous les deux, dit-elle en s’adressant à Todd et Hannah. Pour le travail efficace que vous avez effectué et pour m’avoir sauvé la vie. Je ne tenais pas à ce que votre départ se fasse sans que je puisse vous exprimer ma gratitude personnellement. »

Elle s’approcha alors de la brune qui se tenait debout à sa droite et la prit dans ses bras. Thrista pu voir Hannah se raidir à ce contact inattendu, mais la princesse, si elle s’en était rendu compte, n’en dit rien. Elle se tourna ensuite vers Todd et en fit de même. Le prince, lui, leur tendit simplement sa main en les remerciant, ce qui parut plaire à la jeune femme brune davantage.

« Merci encore une fois, et veuillez m’excuser pour mon attitude peu facile à supporter ces derniers jours. Je vous souhaite bon voyage et j’espère que les dieux veilleront sur vous aussi bien que vous l’avez fait sur moi, déclara-t-elle avec un sourire. »

Elle resta silencieuse un instant avant de se tourner vers Thrista.

« Alors comme ça tu comptais partir sans me dire au revoir ?, demanda-t-elle, le regard noir. »

Thrista ne put s’empêcher de se gratter le crâne nerveusement.

« Disons que je me doutais que tu serai ici…, répondit-il.

– Mouais…, commenta la princesse d’un air non convaincu, laissant tomber tout semblant de tenue. Je laisse passer pour cette fois car tu as contribué à me sauver la vie, mais sache que je n’apprécie pas du tout Thrista, ajouta-t-elle en secouant la tête, l’air désapprobateur, se retenant difficilement de sourire.

– Le jour ou tu respecteras le statut de noble qui te revient, je tiendrais compte des conventions…, répliqua le jeune homme avec un sourire avant de répondre à l’embrassade de la princesse. »

Lorsqu’elle le lâcha enfin elle avait un air mélancolique.

« Tu as vraiment grandi Thrista, ça m’a fait vraiment plaisir de te voir. J’espère qu’on en aura à nouveau l’occasion bientôt.

– Cela m’a fait grand plaisir à moi aussi Siléna, je tâcherai de revenir dès que possible. En attendant fais attention à toi, il se passe des choses étranges en ce moment, dit-il. »

La princesse eut un rire avant de répondre à son tour.

« Oui, mais maintenant j’ai un garde du corps à vie à présent alors ne t’inquiète pas. »

Elle faisait signe de la tête vers Thédric qui ne put s’empêcher de sourire. Ce dernier s’approcha alors pour saluer l’adolescent.

« Malgré mon assurance qu’elle est très bien capable de se défendre toute seule je veillerai sur elle, ne t’inquiète pas, commenta-t-il avec un sourire. Je vous souhaite bon voyage à tous les trois et que les dieux veillent sur vous, leur dit-il en serrant la main de Thrista. »

Todd et Hannah s’inclinèrent alors, bientôt suivi de Thrista, puis ils saluèrent les héritiers du royaume avant de se tourner vers les grandes portes en bois. Todd ouvrit la bouche pour signifier le départ mais il fut interrompu par la princesse qui poussa soudain une exclamation.

« Oh ! Thrista ! J’allais presque oublier !, s’écria-t-elle en s’approchant du brun. Zani m’a demandé de te donner ceci, dit-elle simplement en lui tendant un objet enroulé dans une petite poche en cuir. »

Thrista leva la tête, curieux.

« Qu’est-ce ?, demanda-t-il.

– Il ne m’a pas dit, juste qu’il n’en avait plus besoin mais que toi tu y trouverais peut-être une utilité, expliqua Siléna. Il a aussi dit qu’il fallait se concentrer un peu pour le faire fonctionner mais que tu ne devrais pas avoir trop de mal à y arriver. »

Thrista regarda le paquet un instant avant de l’ouvrir. Il contenait une petite sphère métallique de couleur argenté recouverte de fines gravures. Il l’observa un instant sans pouvoir déterminer à quoi elle pouvait bien servir, avant de la ranger dans sa poche et de mettre le tout dans sa besace.

« Je n’ai aucune idée de ce que ça peut être mais dis lui merci de ma part quand même.

– Je lui passerai le message, répliqua la princesse avec un sourire. Bonne route, ajouta-t-elle avant de retourner au côté de Thédric.

– Tout le monde est paré cette fois ?, demanda Todd pour éviter de se faire interrompre à nouveau. »

Ce à quoi les deux autres répondirent par un hochement de tête affirmatif. Le blond sourit avant de saluer le jeune couple qui les regardait une dernière fois et de se tourner vers les grands battants de la porte arrière qui étaient ouverts.

« Alors allons-y, en route pour le sud !, s’exclama-t-il avant de traverser le seuil de plusieurs mètres de haut. »


Chapitre précédent *-* Sommaire *-* Chapitre Suivant

angello i rodin

.

Ces battants aux fines gravures

Qui gardent l’entrée du mur

Se tiennent dignes : hauts et droits

Et ne s’ouvrent pour nul Homme

Qu’il soit simple badeau ou roi,

Qu’il supplie ou qu’il les somme,

Car aucun n’en a le pouvoir

Après l’ultime au revoir

Devant cet antique chambranle;

Mais lorsqu’enfin ils s’ébranlent,

S’ouvrant synchrones et boisés,

Un sentiment malaisé,

Né des enfers, descend du ciel

Et vous assaillit soudain

De maux singuliers et pluriels

Coulant en vos veines, ondins…

.